Aller au contenu

Base Autonome Durable : comment faire et les limites d’un tel concept

Le concept de base autonome durable décrit une communauté ou un groupe d'individus qui est capable de survivre et de s'adapter à des changements imprévus, tels qu'une crise économique, en s'appuyant sur ses propres ressources et en cultivant une indépendance vis-à-vis de l'extérieur.

Selon Piero San Giorgio, cela peut être réalisé en mettant en place des mécanismes de production, de consommation et de gestion de l'énergie plus résilients. Cela peut également passer par le développement de compétences et de connaissances utiles pour assurer la survie et la prospérité de la communauté à long terme.

Dans un monde en constante évolution, il est important de se préparer aux imprévus à l'instar de rupture de normalité et de développer une certaine résilience face aux changements.

Mais qu'est-ce qu'une base autonome durable et comment mettre en place un tel système ? Est-ce plausible et réaliste ?

Base Autonome Durable : danger ? réaliste ?

La Base Autonome Durable en résumé


Une BAD est une théorie particulièrement complexe à mettre en place dans la réalité. Plus ou moins selon les cas évidemment (chaque cas est unique). En gros, c'est plus ou moins possible pour une minorité d'individus hyper motivés, AVEC de la ressource financière importante et AVEC encore plus de temps/huile de coude. C'est un projet de vie.

Il vous faudra également réussir à regrouper un groupe soudé, capable de travailler ensemble en situation de stress sans se taper dessus et en mesure d'investir du temps et de l'argent équitablement pour la création du projet. Notre concept de DOS® est, à mon sens, bien plus réaliste, d'autant plus que tout s'accélère et que le temps nous est de plus en plus compté. À chacun ses choix, vous faites ce que bon vous semble.




Base autonome durable : Définition et principes de base


Une base autonome durable se définit comme un groupe d'individus ou une communauté capable de s'adapter et de survivre à des changements imprévus en s'appuyant sur ses propres ressources.

Cela implique de cultiver une indépendance vis-à-vis de l'extérieur et de mettre en place des mécanismes de production, de consommation et de gestion de l'énergie qui sont durables et respectueux de l'environnement.

Le concept de base autonome durable repose sur plusieurs principes clés :


L'autosuffisance 

Le groupe doit être capable de produire ce dont il a besoin pour survivre, que ce soit de la nourriture, de l'eau, de l'énergie, etc.

Pour mettre en place un système d'autosuffisance, il est important de :

  • Identifier les ressources dont le groupe a besoin pour survivre et prospérer : cela peut inclure de la nourriture, de l'eau, de l'énergie, des matériaux de construction, etc.
  • Établir un plan de production : il faut savoir comment produire ces ressources de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela peut passer par la mise en place de jardins potagers, l'élevage d'animaux, la production d'énergie, etc.
  • Développer des compétences et des connaissances : pour être en mesure de produire ces ressources, il est important de développer des compétences et des connaissances utiles. Cela peut inclure la formation en agriculture, en élevage, en production d'énergie, etc.
  • Établir des liens avec l'extérieur : bien que le concept d'autosuffisance implique une certaine indépendance vis-à-vis de l'extérieur, il est important de maintenir des liens avec l'extérieur pour échanger des biens et des services. Cela peut se faire de manière équitable et respectueuse de l'environnement, par exemple en utilisant des systèmes de troc ou en établissant des partenariats avec d'autres groupes ou communautés.


L'indépendance énergétique

Le groupe doit être capable de produire sa propre énergie de manière durable, en utilisant des sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie solaire, éolienne ou hydraulique.

L'indépendance énergétique désigne la capacité d'un groupe ou d'une communauté à produire sa propre énergie de manière durable et à s'en servir pour assurer ses besoins en énergie. Cela implique de ne pas être dépendant de sources d'énergie extérieures, qui peuvent être coûteuses, polluantes ou non fiables.

Le concept d'indépendance énergétique est lié à celui de base autonome durable, car il s'agit d'une des pierres angulaires de ce système. En effet, pour être capable de s'adapter et de survivre à des changements imprévus, il est important de ne pas être dépendant de l'extérieur et de pouvoir produire sa propre énergie.

Il existe plusieurs manières de mettre en place un système d'indépendance énergétique :

  • Utiliser des sources d'énergie renouvelables : il existe de nombreuses sources d'énergie renouvelables qui peuvent être utilisées pour produire de l'énergie de manière durable, telles que l'énergie solaire, éolienne ou hydraulique.
  • Stocker de l'énergie : il est important de pouvoir stocker de l'énergie pour pouvoir l'utiliser quand on en a besoin. Cela peut se faire à l'aide de batteries ou de systèmes de stockage hydraulique.
  • Économiser l'énergie : il est important de faire attention à la manière dont on utilise l'énergie et d'adopter des pratiques économes en énergie. Cela peut inclure l'utilisation de dispositifs de gestion de l'énergie, l'isolation des bâtiments, l'utilisation de lampes à LED, etc.


L'autonomie alimentaire

Le groupe doit être capable de produire sa propre nourriture, en cultivant des aliments ou en élevant des animaux de manière durable.

L'autonomie alimentaire désigne la capacité d'un groupe ou d'une communauté à produire sa propre nourriture de manière durable et à s'en servir pour assurer ses besoins alimentaires. Cela implique de ne pas être dépendant de sources alimentaires extérieures, qui peuvent être coûteuses, polluantes ou non fiables.

Le concept d'autonomie alimentaire est lié à celui de base autonome durable, car il s'agit d'une des pierres angulaires de ce système. En effet, pour être capable de s'adapter et de survivre à des changements imprévus, il est important de ne pas être dépendant de l'extérieur et de pouvoir produire sa propre nourriture.

Comment mettre en place un système d'autonomie alimentaire :

  • Cultiver des aliments : il est possible de produire sa propre nourriture en cultivant des fruits, légumes, céréales, etc. Cela peut se faire en utilisant des techniques agricoles durables et respectueuses de l'environnement, telles que l'agriculture biologique ou la permaculture.
  • Élever des animaux : il est possible de produire sa propre nourriture en élevant des animaux de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela peut inclure l'élevage de volailles, de porcs, de moutons, etc.
  • Stocker de la nourriture : il est important de pouvoir stocker de la nourriture pour pouvoir l'utiliser quand on en a besoin. Cela peut se faire en utilisant des techniques de conservation telles que le séchage, le fumage, le salage, etc.


Le respect de l'environnement 

Le groupe doit être conscient de l'impact de ses actions sur l'environnement et mettre en place des pratiques respectueuses de l'environnement. Le respect de l'environnement est essentiel pour permettre à un groupe ou à une communauté de survivre et de prospérer à long terme, en particulier en cas de crise. En effet, l'environnement est la source de nombreuses ressources vitales pour la survie, telles que l'eau, la nourriture, l'énergie, etc. Si ces ressources sont gaspillées ou détériorées, cela peut avoir des conséquences graves sur la capacité du groupe à survivre. Le respect de l'environnement passe par la mise en place de pratiques et de technologies respectueuses de l'environnement.

Cela peut inclure :

  • L'utilisation de sources d'énergie renouvelables : en utilisant des sources d'énergie renouvelables, on peut produire de l'énergie de manière durable et respectueuse de l'environnement.
  • La mise en place de systèmes de gestion de l'eau : en gérant de manière responsable, on peut s'assurer de ne pas gaspiller cette ressource précieuse et de la préserver pour les générations futures. Cela peut inclure la réutilisation de l'eau, l'utilisation de techniques d'irrigation efficaces, etc.
  • La mise en place de pratiques agricoles durables : en adoptant des pratiques agricoles durables, on peut produire de la nourriture de manière écologique et respectueuse de l'environnement. Cela peut inclure l'agriculture biologique, la permaculture, etc.
  • La réduction de la pollution : en réduisant la pollution, on peut protéger l'environnement et assurer la santé et le bien-être des personnes. Cela peut inclure la réduction de l'utilisation de produits chimiques, la gestion responsable des déchets, etc.
  • La protection de la biodiversité : en protégeant la biodiversité, on peut préserver les écosystèmes et leur capacité à fournir des ressources vitales pour la survie. Cela peut inclure la protection de la faune et de la flore, la mise en place de zones protégées, etc.

En adoptant ces pratiques et technologies respectueuses de l'environnement, on peut s'assurer de disposer de ressources vitales pour la survie à long terme et de préserver l'environnement pour les générations futures.


Le développement de compétences et de connaissances

Le groupe doit être capable de développer et de partager des compétences et des connaissances utiles pour assurer sa survie et sa prospérité à long terme.

Le développement de compétences et de connaissances est essentiel pour permettre à un groupe ou à une communauté de survivre et de prospérer.

En effet, disposer de compétences et de connaissances utiles permet de mieux comprendre son environnement et de s'adapter à des situations imprévues. Cela peut être particulièrement important en cas de crise ou de survie où il est important d'être capable de s'adapter et de trouver des solutions pour assurer la survie.

Il existe plusieurs manières de développer des compétences et des connaissances utiles :

  • Apprendre auprès de professionnels : il est possible d'apprendre auprès de professionnels qui possèdent des compétences et des connaissances utiles. Cela peut se faire par le biais de cours, de stages, de mentorats, etc.

  • Apprendre auprès de pairs : il est également possible d'apprendre auprès de pairs qui partagent les mêmes intérêts et qui ont acquis des compétences et des connaissances utiles. Cela peut se faire par le biais de groupes de discussion, de projets communs, etc.

  • Apprendre par soi-même : il est par ailleurs possible d'apprendre par soi-même en utilisant des ressources disponibles, telles que des livres, des articles, des vidéos, etc.

  • Appliquer ce que l'on a appris : il est important de mettre en pratique ce que l'on a appris pour vérifier si cela fonctionne et pour renforcer ses compétences et ses connaissances.

En développant des compétences et des connaissances utiles, on peut être mieux équipé pour affronter des situations imprévues et assurer la survie et la prospérité à long terme.


La résilience

La résilience désigne la capacité d'un groupe ou d'une communauté à s'adapter et à survivre à des situations imprévues, comme des catastrophes naturelles, des conflits, des pénuries de ressources, etc. Cela implique de disposer de mécanismes qui permettent de faire face à ces situations et de s'en sortir indemne ou avec le moins de dommages possible.

Il existe plusieurs manières de renforcer la résilience d'un groupe ou d'une communauté :

  • Mettre en place des systèmes de sécurité et de préparation aux catastrophes : en mettant en place des systèmes de sécurité et de préparation aux catastrophes, on peut être mieux équipé pour faire face à ces situations. Cela peut inclure la mise en place de plans d'urgence, l'élaboration de kits de survie, l'entraînement aux situations d'urgence, etc.

  • Développer des compétences et des connaissances utiles : en développant des compétences et des connaissances utiles, on peut être mieux équipé pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent et s'adapter à des situations imprévues.

  • Construire des relations de confiance et de solidarité : en construisant des relations de confiance et de solidarité avec d'autres groupes ou communautés, on peut s'appuyer sur ces relations en cas de crise et s'entraider pour surmonter les difficultés.

  • Mettre en place une base autonome durable : en mettant en place une base autonome durable, on peut être mieux équipé pour faire face à des situations imprévues et assurer la survie à long terme.




Les 7 piliers de la base autonome durable


Il existe 7 milieux majeurs à prendre en compte.


1. L'eau

L'eau est une ressource vitale pour la survie et l'un des éléments clés d'une base autonome durable. En effet, l'eau est nécessaire pour la vie humaine et animale, et elle est utilisée dans de nombreux domaines, tels que l'agriculture, l'industrie, etc.

Il est donc essentiel de gérer de manière responsable l'eau dans le cadre d'une base autonome durable. Cela peut passer par plusieurs actions :

  • S'assurer de disposer de sources d'eau fiables : il est important de disposer de sources d'eau fiables pour pouvoir s'en servir de manière durable. Cela peut inclure l'utilisation de forages, de puits, de réservoirs, etc.

  • Gérer de manière efficace l'eau : il est important de gérer de manière efficace l'eau pour ne pas gaspiller cette ressource précieuse. Cela peut inclure l'utilisation de techniques d'irrigation efficaces, la réutilisation de l'eau, etc.

  • Protéger l'eau : il est important de protéger l'eau pour préserver cette ressource et éviter la pollution. Cela peut inclure la mise en place de zones de protection autour des sources d'eau, la gestion responsable des déchets, etc.

RÉSILIENCE ! L'EAU - MANUEL PRATIQUE

Depuis 2021, le livre de référence qui vous explique TOUT ce que vous devez savoir sur l'eau de A à Z.

Livres survievaliste no1 meilleure vente amazon
  • Comment la collecter
  • Comment la gérer
  • Comment la transporter 
  • Comment la stocker
  • Comment la filtrer 
  • Comment la purifier
Résilience! L'eau: Pour tout savoir pour assurer votre autonomie et votre résilience sur le sujet de l'eau


En gérant de manière responsable l'eau, on peut s'assurer de disposer de cette ressource vitale de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela est essentiel pour assurer la survie et la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté.


2. La nourriture

La nourriture est une ressource vitale pour la survie et l'un des éléments clés d'une base autonome durable. En effet, la nourriture est nécessaire pour maintenir la santé et le bien-être des personnes et des animaux, et elle joue un rôle important dans la culture et la vie sociale.

Il est donc essentiel de gérer de manière responsable la nourriture dans le cadre d'une base autonome durable.

Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Produire sa propre nourriture de manière durable : il est important de produire sa propre nourriture de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela peut inclure l'agriculture biologique, la permaculture, l'élevage durable, etc.
  • Stocker de la nourriture : il est important de stocker de la nourriture pour pouvoir l'utiliser quand on en a besoin. Cela peut se faire en utilisant des techniques de conservation telles que le séchage, le fumage, le salage, etc.


3. La santé

La santé est un élément clé de la survie et de la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté. En effet, une bonne santé est nécessaire pour maintenir le bien-être physique et mental des individus et pour leur permettre de s'adapter et de s'épanouir dans leur environnement.

Il est donc important de mettre en place des mécanismes pour garantir la santé des individus dans le cadre d'une base autonome durable.

Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Mettre en place des systèmes de soins de santé : il est important de disposer de systèmes de soins de santé pour assurer la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Cela peut inclure la mise en place de centres de santé, l'utilisation de techniques de soins naturelles, etc.
  • Favoriser une alimentation saine : une alimentation saine est importante pour maintenir une bonne santé. Cela peut inclure la consommation de fruits et légumes frais, la réduction de la consommation de produits transformés et de sucres ajoutés, etc.
  • Pratiquer une activité physique régulière : la pratique d'une activité physique régulière est importante pour maintenir une bonne santé physique et mentale.
  • Prévenir les maladies : il est important de mettre en place des mesures de prévention pour éviter les maladies et garantir la santé des individus. Cela peut inclure l'utilisation de produits de nettoyage et de désinfection, la vaccination, etc.


4. L'énergie

L'énergie est une ressource vitale pour la survie et l'un des éléments clés d'une base autonome durable. En effet, l'énergie est nécessaire pour alimenter les appareils et les activités quotidiennes, et elle joue un rôle important dans le développement économique et social.

Il est donc essentiel de gérer de manière responsable l'énergie dans le cadre d'une base autonome durable.

Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Produire sa propre énergie de manière durable : il est important de produire sa propre énergie de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela peut inclure l'utilisation de technologies énergétiques renouvelables telles que l'énergie solaire, éolienne, hydraulique, etc.
  • Économiser l'énergie : il est important de gérer de manière efficace l'énergie pour ne pas gaspiller cette ressource précieuse. Cela peut inclure l'utilisation de technologies économes en énergie, l'optimisation de l'utilisation de l'énergie, etc.
  • Protéger l'environnement : il est important de protéger l'environnement lors de la production et de l'utilisation de l'énergie pour préserver cette ressource et éviter la pollution.

En gérant de manière responsable l'énergie, on peut s'assurer de disposer de cette ressource vitale de manière durable et respectueuse de l'environnement. Cela est essentiel pour assurer la survie et la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté.

Il est également important de noter que la gestion de l'énergie est étroitement liée à d'autres aspects de la base autonome durable, tels que l'autosuffisance, l'indépendance énergétique, le respect de l'environnement, etc.

En travaillant sur ces aspects de manière conjointe, on peut mettre en place une base autonome durable qui assure la survie et la prospérité à long terme.


5. La connaissance

Le développement de compétences et de connaissances est un élément clé de la survie et de la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté. En effet, la connaissance nous permet de mieux comprendre notre environnement et de trouver des solutions aux problèmes qui se posent.

Il est donc important de mettre en place des mécanismes pour développer et transmettre les compétences et les connaissances dans le cadre d'une base autonome durable. Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Favoriser l'apprentissage tout au long de la vie : il est important de favoriser l'apprentissage tout au long de la vie pour permettre aux individus de développer de nouvelles compétences et de s'adapter à de nouvelles situations. Cela peut se faire par l'intermédiaire de formations, de stages, d'échanges avec d'autres groupes ou communautés, etc.
  • Transmettre les compétences et les connaissances aux générations futures : il est important de transmettre les compétences et les connaissances aux générations futures pour préserver cette richesse et permettre aux individus de s'adapter et de s'épanouir. Cela peut se faire par l'intermédiaire de l'éducation, de la transmission familiale, etc.
  • Développer les compétences et les connaissances en matière de gestion durable des ressources : il est important de développer les compétences et les connaissances en matière de gestion durable des ressources (eau, nourriture, énergie, etc.) pour s'assurer de pouvoir en disposer de manière durable et respectueuse de l'environnement.


6. La défense

La défense est un élément clé de la survie et de la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté. Elle permet de protéger les individus et les biens contre les agressions extérieures et de maintenir la paix et la sécurité au sein de la communauté.

Il est donc pertinent de mettre en place des mécanismes de défense dans le cadre d'une base autonome durable.

Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Mettre en place des systèmes de sécurité : il est important de mettre en place des systèmes de sécurité pour protéger les individus et les biens contre les agressions extérieures. Cela peut inclure la mise en place de patrouilles de sécurité, l'utilisation de technologies de sécurité, etc.
  • Établir des relations de confiance et de solidarité avec d'autres groupes ou communautés : en établissant des relations de confiance et de solidarité avec d'autres groupes ou communautés, on peut s'appuyer sur ces relations en cas de crise et s'entraider pour maintenir la paix et la sécurité.
  • Mettre en place des mécanismes de résolution pacifique des conflits : il est important de mettre en place des mécanismes de résolution pacifique des conflits pour éviter les violences et maintenir la paix au sein de la communauté.


7. Le lien social

Le lien social est un élément clé de la survie et de la prospérité à long terme d'un groupe ou d'une communauté. Il permet de maintenir la cohésion au sein de la communauté et de favoriser l'entraide et la solidarité.

Il est donc fondamental de maintenir et de renforcer le lien social dans le cadre d'une base autonome durable. Dans son livre, survivre à l'effondrement économique, PSG explique que vous devez regrouper un groupe d'adulte conséquent en mesure de travailler et investir ensemble.

Cela peut passer par plusieurs actions :

  • Favoriser la participation et la démocratie : il est important de favoriser la participation et la démocratie au sein de la communauté pour permettre aux individus de s'exprimer et de prendre part aux décisions qui les concernent.
  • Mettre en place des activités de loisir et de socialisation : il est important de mettre en place des activités de loisir et de socialisation pour favoriser les échanges et les relations entre les individus.
  • Favoriser l'entraide et la solidarité : il est important de favoriser l'entraide et la solidarité au sein de la communauté pour permettre aux individus de s'entraider et de s'appuyer les uns sur les autres en cas de besoin.
  • Développer la cohésion : la cohésion est une notion importante dans le cadre d'une base autonome durable. Elle fait référence à la solidarité et à l'harmonie qui existent au sein d'une communauté ou d'une organisation. Elle peut être affectée par des facteurs tels que les différences de revenus, de niveaux d'éducation et de statut socio-économique, ainsi que par les inégalités et les discriminations.

Les individus extérieurs et le voisinage

Il existe plusieurs façons de créer et d'entretenir des liens sociaux avec ses voisins et avec les personnes qui vivent à l'extérieur de sa BAD. Voici quelques exemples :

  • Participer à des événements organisés dans le quartier ou l'immeuble, comme des fêtes de quartier, des barbecues ou des journées de nettoyage communautaire.
  • Prendre le temps de discuter avec ses voisins et de faire connaissance avec eux. On peut leur demander comment ils vont, s'intéresser à leurs activités, etc.
  • Offrir de l'aide ou du soutien à ses voisins en cas de besoin. Par exemple, on peut leur proposer de leur rendre de petits services, comme ramasser le courrier ou nourrir les animaux de compagnie pendant leur absence.
  • Faire partie d'un groupe ou d'une association qui rassemble des personnes du quartier ou de l'immeuble. Cela peut être une association sportive, culturelle, de jardinage, etc. Évitez la politique source de clivage.
  • Inviter ses voisins à prendre un café ou à manger ensemble de temps en temps. Cela peut être l'occasion de passer un moment agréable et de mieux se connaître.

En entretenant des liens sociaux avec ses voisins et avec les personnes qui vivent à l'extérieur de sa "bad", on peut créer une communauté plus solidaire et plus soudée, et contribuer à rendre notre quartier ou notre immeuble plus agréable à vivre.

Finalement, il est important de favoriser la cohésion afin de créer un climat de confiance et de respect mutuel au sein de la communauté, ce qui peut contribuer à une base autonome durable. Cela peut se faire de différentes manières, par exemple en mettant en place des programmes de sensibilisation et de lutte contre les discriminations, en encourageant l'engagement et la participation de tous les membres de la communauté, ou en créant des opportunités économiques pour tous.



Téléchargez vos Ebooks PDF gratuits

10 guides gratuits aux choix pour booster votre résilience.

Nos 10 guides PDF gratuits de survivalisme pragmatique pour vous donner des idées




Comment mettre en place un système de base autonome durable ?

Une caravane en guise de base autonome durable est stupide

Ne pas confondre vacance quand tout va bien avec situation de rupture de normalité. Une caravane n'est en rien résiliente. C'est une solution de rechange d'urgence et temporaire. Ce n'est pas une BAD ni un DOS.


Mettre en place un système de base autonome durable nécessite de la planification et de l'organisation.

Voici quelques étapes à suivre :

  • Établir un groupe de personnes partageant les mêmes valeurs et objectifs : pour que le système fonctionne, il est important que tous les membres du groupe soient sur la même longueur d'onde et qu'ils aient un objectif commun. Hum facile à dire tout ça...
  • Établir un plan de production et de consommation : il est important de savoir ce que le groupe va produire et comment il va se procurer les ressources nécessaires à cette production. Cela peut inclure la mise en place de jardins potagers, l'élevage d'animaux, la production d'énergie, etc.
  • Mettre en place des mécanismes de gestion de l'énergie : pour être autonome en termes d'énergie, le groupe doit mettre en place des mécanismes pour produire, stocker et utiliser de l'énergie de manière durable. Cela peut inclure l'installation de panneaux solaires, de turbines éoliennes, de micro-centrales hydrauliques, etc.
  • Développer des compétences et des connaissances : pour être en mesure de produire et de se procurer ce dont il a besoin, le groupe doit développer des compétences et des connaissances utiles. Cela peut inclure la formation en agriculture, en élevage, en production d'énergie, etc.
  • Établir des liens avec l'extérieur : bien que le concept de base autonome durable implique une certaine indépendance vis-à-vis de l'extérieur, il est important de maintenir des liens avec l'extérieur pour échanger des biens et des services. Cela peut se faire de manière équitable et respectueuse de l'environnement, par exemple en utilisant des systèmes de troc ou en établissant des partenariats avec d'autres groupes ou communautés.



l'implémentation d'une bad

Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte lors du choix du lieu d'implantation d'une base autonome durable (BAD). Voici quelques éléments à considérer :

  • La taille et les caractéristiques de la communauté cible : il est important de choisir un lieu qui convienne aux besoins de la communauté, en tenant compte de sa taille, de sa composition et de ses préférences.
  • L'accessibilité : il est important de choisir un lieu facilement accessible pour tous les membres de la communauté, en prenant en compte les moyens de transport disponibles et la proximité de services essentiels tels que les écoles, les centres de santé et les commerces.
  • Les conditions climatiques et environnementales : vérifier que le lieu choisi est adapté aux conditions climatiques de la région, notamment en termes de températures et de précipitations. Il faut également s'assurer que le lieu choisi n'est pas exposé à des risques naturels tels que les inondations ou les tremblements de terre, et qu'il est respectueux de l'environnement.
  • Les ressources disponibles : bien vérifier par ailleurs que le lieu choisi dispose de ressources suffisantes pour soutenir la BAD, telles que de l'eau, de l'électricité et des matières premières.
  • Les opportunités économiques : il peut être utile de choisir un lieu où il y a des opportunités économiques pour la communauté, par exemple en termes de travail ou de développement des entreprises locales.
  • La sécurité : le lieu doit être assez sûr et discret vis-à-vis des cambriolages. Malheureusement, plus la BAD est éloignée dans la campagne, plus elle est susceptible d'être visité sans attirer l'attention du voisinage.


Le choix du pays : fondamental

Le choix du pays pour une base autonome durable (BAD) dépend de nombreux facteurs, tels que les besoins et les préférences de la communauté cible, les ressources disponibles et les opportunités économiques.

Il est important de prendre en compte les caractéristiques du pays en termes de conditions climatiques et environnementales, de stabilité politique et de niveau de développement. Il faut également tenir compte de la proximité des services essentiels tels que les écoles, les centres de santé et les commerces.

Il est recommandé de bien étudier les différentes options avant de prendre une décision finale sur le pays d'implantation de la BAD. Il peut être utile de consulter les membres de la communauté et de travailler en collaboration avec les autorités locales et nationales pour s'assurer que la BAD sera viable et adaptée aux besoins de la communauté.


Créer une bad seul ou en groupe ?

En théorie, une BAD se crée à plusieurs, mais dans la vraie vie, c'est HYPER compliqué de regrouper des individus qui pensent pareil et qui vont mettre la main au portefeuille et travailler durement ensemble.

Il est possible de créer une base autonome durable (BAD) seul ou à plusieurs. Dans les deux cas, il est important de bien réfléchir aux ressources et aux compétences nécessaires pour réussir.

  • Si vous décidez de créer une BAD seul, il sera nécessaire de vous assurer que vous disposez de toutes les compétences et de toutes les ressources nécessaires pour réaliser votre projet. Vous devrez également être prêt à faire face aux défis et aux contraintes qui peuvent survenir.
  • Si vous décidez de créer une BAD à plusieurs, il peut être utile de travailler en équipe avec des personnes ayant différentes compétences et expériences. Cela peut vous permettre de bénéficier de la diversité de points de vue et de mettre en place une stratégie solide. Travailler en équipe peut aussi vous aider à répartir les tâches et à vous soutenir mutuellement.

Finalement, il n'y a pas de solution unique et il est important de choisir celle qui vous convient le mieux en fonction de vos objectifs et de votre situation.




Base autonome durable :
les limites

Base autonome durable cabane ou petite maison dans la forêt : une utopie

Une petite maison, voire une cabane dans la forêt, n'est en RIEN résilient. C'est, au mieux, un point de chute temporaire et non sûr. Ne confondez pas Instagram avec la réalité.


Le concept de base autonome durable est une théorie intéressante pour permettre à une communauté de survivre, voire de prospérer en temps de crise.

Il implique de mettre en place des mécanismes de production, de consommation et de gestion de l'énergie qui sont durables et respectueux de l'environnement, ainsi que de développer des compétences et des connaissances utiles pour assurer la survie et la prospérité à long terme. Mettre en place un tel système nécessite de la planification et de l'organisation, ainsi que des liens avec l'extérieur pour échanger des biens et des services.

Néanmoins, tout ceci à ses limites dans le monde réel...


Coût et temps de mise en place

Mettre en place une base autonome durable peut être coûteux et prendre du temps. Il faut investir dans l'acquisition de compétences, de technologies, de matériel, etc.

En effet, en 2023, se lancer dans un méga-projet qui va prendre des années avec la conjoncture internationale pourrie post-covidique actuelle est à réfléchir à deux fois. Les pénuries, l'incertitude complète du lendemain, l'inflation qui bat de record, les gouvernants qui sont incompétents dans le meilleur des cas et j'en passe, sont autant de trucs à bien réfléchir en plus.

Gardez en mémoire que le petit chalutier (DOS) est souvent plus résilient face à la tempête que le paquebot (BAD).


Regrouper une communauté est utopique et sources de tensions 

Il est vrai que regrouper une communauté sous un même toit peut être un défi, en particulier si cette communauté est composée de personnes ayant des backgrounds, des intérêts et des objectifs différents.

Cependant, cela n'est pas forcément utopique. Il existe de nombreux exemples de communautés qui ont réussi à cohabiter de manière harmonieuse, en mettant en place des structures et des règles de vie communes, en travaillant ensemble pour atteindre des objectifs communs, et en encourageant le dialogue et le respect mutuel.

Il est important de se rappeler que la cohabitation ne se fait pas sans effort et qu'elle nécessite un engagement et un travail continu pour maintenir la cohésion et l'harmonie au sein de la communauté. Bref, faisable, mais TRÈS difficile (essayez et vous comprendrez, vous verrez qu'il aura déjà des tensions dès le départ du projet).


Limites de l'autosuffisance 

Il est souvent difficile de devenir complètement autosuffisant et de se couper complètement de l'extérieur. Il peut être nécessaire de s'approvisionner en certaines ressources ou de vendre ses produits à l'extérieur pour disposer de moyens de subsistance.

À mon sens, c'est 100% utopique et digne d'un comte de fée. 


Contraintes de l'environnement 

L'environnement peut présenter des contraintes qui peuvent limiter les possibilités de développement d'une base autonome durable. Par exemple, un climat trop aride peut rendre difficile la production de nourriture, ou un manque de ressources en eau peut limiter la possibilité de développer certaines activités.

N'oubliez pas que le réel est COMPLÈTEMENT différent des jolies vidéos YT...


Facteurs externes 

Il y a habituellement des facteurs externes qui peuvent influencer le développement d'une base autonome durable. Par exemple, des politiques publiques, des conflits, des catastrophes naturelles, des nouvelles lois de l'état, un passtruc, une autorisation pour faire ceci ou cela, etc. peuvent avoir un impact sur la communauté. Et sans parler de l'état qui peut légalement avec la nouvelle Loi de Programmation Militaire 2023-2030 réquisitionner des civils pour à aller à la guerre hors du territoire national. 


La localisation de la bad

C'est une différence ÉNORME. J'insiste : ça fait TOUTE la différence. 

L'endroit où vous implantez votre ferme autonome est FONDAMENTAL. TOUT commence par ça, bien avant le prix d'achat. Une BAD dans un pays peinard n'a strictement RIEN à voir avec l'inverse. Personnellement, je considère notre beau pays, la France comme une terre sismique en guide de métaphore (je ne vous fais pas un dessin, mais il suffit de connaitre l'histoire et d'ouvrir les yeux). Qui veut construire quelque chose de compliqué en zone sismique ?

Parce que, oui, une BAD est très compliqué...


La BAD, c'est Compliqué 

Une BAD est une véritable usine à gaz qui nécessite trop de choses complexes, à commencer par changer complétement de vie et un investissement très important en temps et argent.

La règle de l'efficacité est : SIMPLE.

Les trucs lourdings et compliqués, ça ne marche jamais vraiment comme on veut... du moins ça marche quand tout va bien... alors que le but d'une BAD est de survivre en cas de GROS souci...

Vous voyez le paradoxe ?


Erreur fatale : Tous ses œufs dans le même panier 

Imaginez : vous avez investi énormément de temps, d'argent, de sueur, vous avez des animaux, un énorme potager, vous avez une ferme.

Mais la rupture de normalité est-elle qu'il vous faut évacuer pour une longue durée sans espoir de retour. Par exemple, une catastrophe SEVESO, une guerre (ce scenario est de plus eu plus plausible au fil du temps, y compris en France), émeutes incontrôlables, etc.).

Résultat : vous perdez TOUT.

Je sais bien que le récit dit que l'orage passera au-dessus et que vous serrez bien peinard dans votre BAD... Le réel nous indique que pas toujours. Pour un truc "léger" comme le covid, oui, mais pour un truc plus sérieux comme les Ukrainiens, non.

A minima, il vous faut un bon plan B bien ficelé. 

*****

Bref, il est donc important de prendre en compte ces limites et de trouver des solutions pour surmonter les challenges qui se posent dans la mise en place d'une base autonome durable.

Une BAD, c'est une usine à gaz, ce n'est pas résilient...




Base Autonome Durable VS Domicile Optimisé Survivaliste® (D.O.S.)


Un DOS ou Domicile Optimisé Survivaliste est un concept bien plus réaliste sans avoir la prétention d'être la solution ultime. Vous pouvez atteindre un niveau de résilience supérieure à 95% de la population en quelques semaines. Un DOS, c'est un concept SIMPLE sui permet d'être plus résilient tout en conservant de la mobilité... sans faire l'erreur FATALE de mettre tous ses œufs dans le même panier. 

Le DOS permet d'être léger et rapide à mettre en place pour avoir le temps et l'argent de se concentrer sur des stratégies annexes. Par exemple, pour la minorité capable d'entreprendre, construire un business en ligne, s'émanciper du salariat et devenir libre géographiquement. Utopique ? Et si je vous dis que c'est cent fois moins couteux et plus réaliste que la BAD qui consiste à s'engluer dans un coin en y mettant TROP de temps, trop d'énergie et trop d'argent par rapport aux avantages ("le trop est l'ennemi du bien"). Les avantages retirés sont principalement basés sur l'hypothèse d'un effondrement global et sur la théorie (utopie ?) que l'on sera protégé efficacement. Pour mémoire, les Ukrainiens qui avaient des grosses fermes bien paumées loin de tout dans la verte n'ont pas échappé à la mobilisation (réquisition qui est dans la loi française en 2023).


Un article complet est dédié au DOS® :

Si vous vous désirez creuser le sujet et mettre toutes les chances de votre côté, alors tout est synthétisé avec notre création : D.O.S.® Le concept de Domicile Optimisé Survivaliste.

Le D.O.S.® est l'innovation de Mouton-Résilient : une solution à la portée de tous, simple, réaliste et rapide à mettre en place.




Base autonome durable : FAQ

Cliquez sur les questions pour dérouler la réponse.

Qu'est-ce qu'une base autonome durable ?

En théorie, une BAD est un système de production, de consommation et de gestion des ressources conçu pour être autonome sur le long terme. Elle vise à répondre aux besoins de la communauté tout en respectant l'environnement et en étant financièrement viable.

 

Quels sont les objectifs d'une BAD ?

Les objectifs d'une BAD peuvent varier selon les projets, mais ils peuvent inclure : la réduction de la dépendance aux ressources extérieures, la création de liens économiques et sociaux solides au sein de la communauté, la réduction de l'impact environnemental, la création d'emplois et l'amélioration de la qualité de vie des membres de la communauté.


Quels sont les défis liés à la mise en place d'une BAD ?

Il y a plusieurs défis à prendre en compte lors de la mise en place d'une BAD. Parmi ceux-ci, on peut citer : le manque de financement, le manque de personnel qualifié, les difficultés liées à la réglementation et aux autorisations, la gestion de la demande de la communauté et la gestion des ressources.


Quels sont les avantages d'une BAD ?

Les avantages d'une BAD peuvent inclure : une réduction de la dépendance aux ressources extérieures, une meilleure gestion des ressources, une création d'emplois locaux, une amélioration de la qualité de vie de la communauté et une réduction de l'impact environnemental.

 

Comment mettre en place une BAD ?

Il existe plusieurs étapes à suivre pour mettre en place une BAD. Tout d'abord, il est important de déterminer les objectifs et les besoins de la communauté cible. Ensuite, il faut identifier les ressources et les compétences nécessaires pour réaliser le projet. Il faut également établir un plan de financement et obtenir les autorisations et les permis nécessaires. Enfin, il est important de mettre en place des structures et des règles de fonctionnement pour assurer la durabilité et la viabilité de la BAD sur le long terme.


Quels sont les types de ressources utilisés dans une BAD ?

Les ressources utilisées dans une BAD peuvent être de différents types, notamment : énergétiques (par exemple, l'énergie solaire ou éolienne), alimentaires (par exemple, les cultures locales ou les productions de viande et de lait), matériaux de construction (par exemple, le bois ou les matériaux locaux), et les ressources humaines (par exemple, le travail de la communauté).


Comment mesurer la durabilité d'une BAD ?

Il existe plusieurs indicateurs qui peuvent être utilisés pour mesurer la durabilité d'une BAD, tels que : le taux de couverture des besoins de la communauté en matière de nourriture, d'eau et d'énergie, le taux de participation de la communauté aux décisions et aux activités de la BAD, le taux de diversification des sources de revenus de la communauté, et l'impact environnemental de la BAD.


Comment gérer les conflits au sein d'une BAD ?

Il est normal que des conflits puissent survenir au sein d'une BAD, en particulier si celle-ci regroupe des personnes ayant des intérêts et des objectifs différents. Il est important de mettre en place des structures et des règles de gestion des conflits afin de résoudre les problèmes de manière pacifique et équitable. La communication ouverte et le dialogue peuvent également aider à prévenir les conflits en permettant aux membres de la communauté de s'exprimer et de faire entendre leurs points de vue.


Comment assurer la viabilité financière d'une BAD ?

Il existe plusieurs moyens d'assurer la viabilité financière d'une BAD. Tout d'abord, il est important de mettre en place un budget et de le gérer de manière responsable. Il peut également être utile de diversifier les sources de revenus de la communauté, par exemple en développant des entreprises locales ou en proposant des services à la communauté. Il peut également être utile de solliciter des financements auprès de différentes sources, telles que des fondations, des gouvernements ou des investisseurs.

Il est également important de bien gérer les ressources et les dépenses de la BAD, en veillant à ce qu'elles soient utilisées de manière efficace et en minimisant les coûts inutiles.

Enfin, il est recommandé de mettre en place des structures de gouvernance et de gestion transparentes et responsables pour assurer la viabilité financière de la BAD sur le long terme.


Comment intégrer les technologies durables dans une BAD ?

Il est possible d'intégrer des technologies durables dans une BAD afin de réduire l'impact environnemental et d'améliorer l'efficacité des processus de production et de consommation. Il peut s'agir de technologies de l'énergie (par exemple, l'énergie solaire ou éolienne), de l'agriculture (par exemple, les serres chauffées à l'aide d'énergie solaire), ou encore de la gestion des déchets (par exemple, les systèmes de compostage).

Il est important de bien étudier les différentes options et de choisir celles qui conviennent le mieux aux besoins et aux caractéristiques de la BAD. Il peut être utile de consulter des experts et de travailler en collaboration avec des entreprises ou des organisations spécialisées dans les technologies durables.


Comment gérer les relations avec l'extérieur dans une BAD ?

Il est important de gérer de manière efficace les relations avec l'extérieur dans une BAD afin de maintenir des échanges équilibrés et de garantir la durabilité de la communauté.

Il peut être utile de développer des partenariats avec des organisations ou des entreprises extérieures afin de bénéficier de leur expertise ou de leur soutien. Il est également important de communiquer de manière transparente et ouverte avec les autorités locales et nationales, et de respecter les lois et réglementations en vigueur.

Il peut être utile de mettre en place des structures de gouvernance et de gestion transparentes et responsables pour gérer les relations avec l'extérieur de manière efficace et équitable.


Comment assurer la durabilité à long terme d'une BAD ?

Il existe plusieurs moyens d'assurer la durabilité à long terme d'une BAD. Tout d'abord, il est important de mettre en place des structures et des règles de fonctionnement qui permettent de gérer de manière responsable les ressources et les activités de la BAD.

Il est également important de développer des compétences et des savoir-faire au sein de la communauté afin de favoriser l'autonomie et la résilience de la BAD. Il peut être utile de mettre en place des programmes de formation et de développement des compétences pour les membres de la communauté.

Enfin, il est recommandé de développer des relations de confiance et de collaboration avec les autorités locales et nationales, et de maintenir une communication ouverte et transparente avec l'extérieur.


Qu'est-ce qu'un D.O.S.® ?

Un domicile optimisé pour la survie est un lieu conçu pour être autonome et résilient face aux situations d'urgence ou de crise. Il peut être situé en milieu urbain ou en milieu rural, et peut être individuel ou collectif.

Pour être optimisé pour la survie, un domicile doit être équipé de moyens de production et de stockage de nourriture, d'eau et d'énergie. Il doit également être conçu de manière à être résistant aux intempéries et aux catastrophes naturelles.

Le D.O.S., c'est chez vous. C'est rapide et réaliste à mettre en place.


Une Base autonome durable est-elle réaliste en ville ?

Non, nous avons vu qu'une BAD est une usine à gaz complexe. La définition du livre de PSD n'est pas compatible avec la ville.

Un DOS est plus approprié.


Comment se déplacer ? Les différents moyens de déplacement.

Les moyens de locomotion sont importants pour assurer la mobilité et l'autonomie de la base autonome durable. Voici quelques options à prendre en compte :

  • Véhicules tout-terrain : idéaux pour se déplacer sur des terrains accidentés ou non goudronnés, les véhicules tout-terrain peuvent être utilisés pour acheminer du matériel ou des personnes sur de longues distances.
  • Vélos : économiques, écologiques et faciles à entretenir, les vélos sont une option de transport idéale pour se déplacer à proximité de la base. Prévoir des remorques.
  • Trottinettes électriques : légères et pratiques, les trottinettes électriques peuvent être une solution de transport rapide et pratique pour les déplacements de courte distance.
  • Quads : similaires aux véhicules tout-terrain, les quads sont particulièrement adaptés aux terrains accidentés et peuvent être utilisés pour acheminer du matériel ou des personnes sur de courtes distances.
  • Mobylette : rustique et fiable, pourquoi pas.


Comment défendre et sécuriser la base autonome durable ou DOS en cas de rupture de la normalité ?

La sécurisation et la défense d'une base autonome durable en situation de crise peuvent être deux défis importants.

Voici quelques éléments à prendre en compte pour y parvenir :

  • Mettre en place des mesures de protection physiques, telles que des barrières, des systèmes de surveillance et des systèmes d'alarme pour détecter toute intrusion ou menace. La base reste des ouvertures solides et de la discrétion globale. Le principe de panic room (pièce de sureté) est à prendre en considération selon les cas.
  • Assurer une communication fiable et sécurisée avec l'extérieur, afin de pouvoir recevoir de l'aide ou de l'assistance en cas de besoin. Prévoir des plans de secours (plan A, B, C).
  • Avoir des provisions suffisantes de nourriture, d'eau et de fournitures médicales pour faire face à une crise.
  • Avoir des moyens de production d'énergie alternatifs, tels que des panneaux solaires ou des générateurs, pour assurer une source d'électricité fiable en cas de panne ou de coupure de courant.
  • Former les membres de la communauté à la gestion de crise et à la prise de décision en situation d'urgence.
  • Mettre en place des protocoles de sécurité et de secours en cas de danger imminent, tels qu'un incendie ou une attaque.
  • S'assurer que la base dispose d'un accès à des services de santé de qualité, afin de pouvoir répondre aux besoins médicaux de la communauté en cas de crise.


Principes pour le stock de médicaments à prévoir

Il est important de maintenir un stock de médicaments de base pour faire face à des situations de crise ou d'urgence à la base autonome durable. Voici quelques éléments à prendre en compte lors de la gestion de ce stock :

  • Identifier les médicaments de base qui sont essentiels à la communauté, en fonction de ses besoins médicaux courants et des risques potentiels auxquels elle peut être exposée.
  • S'assurer de disposer de quantités suffisantes de chaque médicament, en tenant compte de la durée de conservation de chacun et de la fréquence à laquelle ils sont utilisés.
  • Stocker les médicaments dans des conditions appropriées, en veillant à ce qu'ils soient protégés de la lumière, de l'humidité et de la chaleur excessive.
  • Mettre en place un système de gestion du stock qui permet de suivre les entrées et les sorties de chaque médicament, afin de s'assurer qu'il y a toujours une quantité suffisante disponible.
  • Prévoir des mécanismes de réapprovisionnement en cas de besoin, en établissant des relations avec des fournisseurs de confiance ou en préparant des plans de secours pour obtenir des médicaments en cas de crise.


Prévoir une bibliothèque survivaliste est-il utile ?

Les livres ne tombent pas en panne, c'est LA valeur sûre !

Une bibliothèque de survie peut être un élément important de la base autonome durable (BAD), car elle peut fournir des informations et des connaissances précieuses pour faire face à des situations de crise ou de survie.

Voici quelques éléments à prendre en compte pour mettre en place une bibliothèque de survie :

  • Identifier les thèmes et les sujets qui seraient pertinents pour la BAD, tels que l'agriculture, la médecine de survie, l'énergie solaire, la réparation d'équipements, etc.
  • Rechercher et sélectionner des livres, des manuels et d'autres ressources qui traitent de ces sujets de manière approfondie et fiable.
  • Stocker les ressources de manière organisée et accessible, en mettant en place un système de classement et de catalogage.
  • Mettre à disposition des membres de la BAD un accès à ces ressources, en organisant des séances de lecture ou en mettant en place un système de prêt.
  • Mettre à jour régulièrement la bibliothèque en ajoutant de nouvelles ressources et en retirant celles qui ne sont plus utiles ou pertinentes.

Pour aller plus loin, visiter notre Bibliothèque du Survivalisme et de la Résilience


Comment diriger harmonieusement une BAD/DOS ?

L'occupation dans la base autonome durable (BAD) désigne la manière dont les membres de la communauté y vivent et s'organisent pour réaliser les activités quotidiennes nécessaires à leur survie et à leur bien-être.

Voici quelques éléments à prendre en compte pour assurer une occupation efficace et harmonieuse de la BAD :

  • Établir des règles et des normes communes qui régissent la vie en communauté, en tenant compte des besoins et des intérêts de chaque membre.
  • Mettre en place des structures de gouvernance et de décision qui permettent à la communauté de s'organiser et de prendre des décisions de manière collaborative.
  • Assurer une distribution équitable des tâches et des responsabilités au sein de la communauté, en tenant compte des compétences et des intérêts de chaque membre.
  • Favoriser la communication et la coopération entre les membres de la communauté, en mettant en place des espaces de discussion et d'échange.
  • Créer un environnement de vie agréable et confortable, en veillant à l'entretien et à la propreté des lieux de vie communs.


Quelles sont les limites de la Base Autonome Durable ?

Le concept de base autonome durable (BAD) est de plus en plus populaire en France et en Europe, particulièrement au sein de la communauté des survivalistes. Cette idée séduit par son appel à l'autonomie, la durabilité et la résilience face à divers scénarios de crise. Cependant, comme tout concept, il présente certaines limites qu'il est important de reconnaître pour une mise en œuvre plus réaliste et efficace.

  • Coût et Accessibilité Financière : La mise en place d'une base autonome durable peut s'avérer coûteuse. L'achat de terres, la construction d'habitats autonomes, l'acquisition de matériel de survie et de systèmes de production d'énergie renouvelable nécessitent un investissement initial important. Cette barrière financière peut rendre le concept inaccessible à une grande partie de la population.
  • Compétences et Connaissances Techniques : Le développement et la gestion d'une BAD exigent un large éventail de compétences en agriculture, gestion de l'eau, énergies renouvelables, construction, et plus encore. Acquérir ces compétences peut être un défi important pour les personnes n'ayant pas de formation ou d'expérience préalable dans ces domaines.
  • Dépendance aux Ressources Extérieures : Bien que l'objectif soit l'autonomie complète, certaines ressources, comme les pièces de rechange pour les équipements ou certains types de nourriture, peuvent encore nécessiter une dépendance à l'égard des systèmes commerciaux extérieurs.
  • Réglementations et Législations : En Europe et en France, les réglementations en matière d'urbanisme, de construction, d'assainissement et d'utilisation des ressources naturelles peuvent limiter la mise en place et le fonctionnement d'une BAD. Ces contraintes légales peuvent entraver l'autonomie complète et la durabilité.
  • Intégration Sociale et Isolement : La vie dans une BAD peut conduire à un certain isolement social. Il est crucial de maintenir un équilibre entre autonomie et intégration communautaire pour éviter la marginalisation et assurer un échange de connaissances et de ressources avec d'autres.
  • Impact Environnemental et Durabilité : Bien que l'objectif soit de minimiser l'impact sur l'environnement, certaines pratiques peuvent néanmoins avoir des effets négatifs, notamment si elles ne sont pas correctement gérées (par exemple, la gestion de l'eau et des déchets).
  • Adaptabilité aux Changements Climatiques et Catastrophes Naturelles : Les BAD doivent être conçues pour résister à divers scénarios, y compris les changements climatiques et les catastrophes naturelles. Cela nécessite une planification et une conception approfondies, qui peuvent être complexes et coûteuses.
  • Limites en Termes de Soutien Médical et Services d'Urgence : En cas de maladie grave ou d'accident, l'accès limité aux services médicaux et d'urgence peut être un inconvénient majeur des BAD, surtout si elles sont situées dans des zones isolées.
  • Temps et Énergie Consacrés : La mise en place et la maintenance d'une base autonome durable (BAD) demandent un investissement considérable en termes de temps et d'énergie. Construire les infrastructures, cultiver des aliments, entretenir des systèmes d'énergie renouvelable, gérer les ressources en eau, et effectuer les nombreuses autres tâches nécessaires pour maintenir une BAD fonctionnelle sont des activités chronophages. Ce niveau d'engagement peut être difficile à soutenir, surtout pour ceux qui ont d'autres responsabilités, comme un emploi à temps plein ou des engagements familiaux. Outre les tâches physiques, il y a également un besoin constant d'apprentissage et de planification. Se tenir informé des meilleures pratiques en agriculture durable, gestion des ressources, et technologie de survie exige du temps et de l'énergie intellectuelle. De plus, pour ceux qui ne sont pas en mesure de se consacrer à temps plein à leur BAD, trouver un équilibre entre les exigences de leur vie quotidienne et les besoins de leur projet de BAD peut être un défi majeur. Enfin, les activités requises pour maintenir une BAD peuvent être physiquement et mentalement exigeantes, particulièrement dans les premières phases de mise en place ou lors de périodes de travail intensif, comme la récolte ou la construction.

En conclusion, bien que le concept de base autonome durable offre une vision attrayante de l'autonomie et de la résilience, sa mise en œuvre pratique en France et en Europe est confrontée à plusieurs défis significatifs. Ces limites doivent être prises en compte et abordées de manière créative pour rendre le concept de BAD plus viable et accessible.


Quels sont les défis émotionnels de la mise en place d'une Base Autonome Durable ?

La mise en place d'une base autonome durable (BAD) peut avoir un impact profond sur le moral et la santé mentale, dû à la confrontation avec la réalité des défis, la longueur du processus, et la gestion des échecs et des déceptions. Le stress lié à la pression de maintenir un système autonome, potentiellement aggravé par l'isolement social, nécessite un équilibre émotionnel solide et une gestion réaliste des attentes. Pour préserver la santé mentale, il est essentiel de maintenir des réseaux de soutien, de célébrer les petites victoires, et de s'accorder du temps pour le soin personnel, tout en restant flexible et ouvert aux ajustements nécessaires au fil du projet. Il est possible que cela implique des ruptures amoureuses, perde d'emploi ou autres complications. Finalement, personne ne se vante de leurs échecs et personnes ne prouve la viabilité effective et vérifiable de leur "BAD".

Le gouvernement Français ne préconise pas de B.A.D, mais conseille de se préparer un minimum... Courte vidéo de synthèse avec les équipements de survie indispensable en cas de situation de crise.




Base autonome durable : conclusion

Base Autonome Durable : comment faire et les limites d'un tel concept


Il est difficile de déterminer de manière générale si la mise en place d'une base autonome durable est pertinente ou non, car cela dépend de très nombreux facteurs qui varient d'un cas à l'autre.

En général, la mise en place d'une base autonome durable peut être pertinente dans les situations suivantes :

  • Dans les régions où les ressources sont limitées et où il est difficile de s'approvisionner en ressources extérieures.
  • Dans les situations de crise (catastrophes naturelles, conflits, etc.) où il est nécessaire de se tourner vers des solutions autonomes pour assurer la survie. Dans ce cas, il faut être prêt AVANT la crise. 
  • Dans les régions où les moyens de subsistance traditionnels ne sont plus viables ou où il y a un manque d'opportunités économiques.
  • Dans les situations où l'indépendance et l'autonomie sont des valeurs importantes pour les individus ou les communautés.

Toutefois, il est important de noter que la mise en place d'une base autonome durable nécessite un investissement énorme en temps et en moyens et peut être particulièrement coûteuse. Il est donc important de bien évaluer les opportunités et les contraintes avant de décider de mettre en place une telle base. 

Le récit est différent du réel. Aucun plan n'est parfait, mais certains le sont bien plus que d'autres. En dernière instance, vous faites ce que bon vous semble, cet article était destiné à susciter la réflexion et à vous proposer d'autres possibilités. C'est comme cela que l'on avance, non ?

À chacun ses choix.



Visite de la BAD
de Piero San Giorgio


Piero est à l'origine du concept de BAD. Son premier livre, « Survivre à l'effondrement économique», paru en 2011 (et réédité aux éditions « Culture & Racines » en 2020), a été un best-seller. Ce succès a fait de Piero San Giorgio un éminent « porte-parole » et une référence du mouvement survivaliste dans le monde francophone.  Voici la "BAD" de Piero, 22 ans après la parution de son livre. 


Pour aller plus loin :

D.O.S.® : Le Concept du Domicile Optimisé Survivaliste (Le temps est compté : un projet simple, mais rapidement en place est préférable à un projet parfait, mais théorique et compliqué à réaliser).

Sélection pragmatique de matos survivaliste pour bien débuter (pour vous donner des idées).

Guide débutant survivaliste (Vous n'avez plus le temps de faire des erreurs de débutant).


Découvrez nos derniers articles 

Anatomie des muscles
Historique rupture de normalité : 10 exemples de l'histoire
TOP 10 des livres sur les arts martiaux français gants de boxe

Partagez cet article !

Téléchargez votre guide PDF gratuit

Le matériel survivaliste pertinent qu'il est particulièrement judicieux d'avoir. 

Le guide super utile pour partir sur de bonnes bases et vous donner des idées..

Couverture du Ebook gratuit: Les 15 objets simples qu'il faut prévoir "au cas où" de Mouton Résilient. 2e version, revue et augmentée.
Mouton-Résilient Logo

Mouton-Résilient

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des principes simples dans le but d'être plus indépendant avec une meilleure qualité de vie [En savoir plus sur notre équipe et nous contacter] 

En cas de suggestions ou de remarques, vous avez à votre disposition un espace dédié sous les articles (votre commentaire sur le blog restera parfaitement pérenne, bien au contraire des réseaux sociaux éphémères).

2 commentaires sur “Base Autonome Durable : comment faire et les limites d’un tel concept”

  1. En effet, le DOS est mille fois mieux que la BAD.
    Merci pour votre travail et ce site pépite qui est le meilleur blog survivaliste, c’est ça qui m’a fait relativiser, ça faisant presque 5 ans que je tournais en rond à cause de ces conneries de BAD irréaliste pour le commun des mortels.
    Maintenant je me concentre à trouver un plan B et surtout un plan C comme vous l’avez expliqué dans un autre article (je le retrouve plus). Je valide à 1000% car tout miser sur un DOS équivaut à tout mettre ses oeufs dans le même panier, et ça c’est 100% stupide.
    Et dire que des survivalistes influenceurs connus conseillent encore comme solution ultime une BAD (que eux même n’ont pas !!!)
    La BAD est morte, vive le DOS !

  2. Hello les moutons!
    Je connaissais survivre à l’effondrement, mais pas son auteur. Incroyable la vidéo de sa BAD! Je m’attendais à autre chose que de l’empilage! même son potager fait la 1/2 du mien et je suis loin d’être autonome! J’avoue que j’ai toujours en tête un projet de BAD depuis des années, mais celle de “Piero” me semble… nulle (désolé, je suis dur, mais je ne trouve pas d’autres mots). Je m’attendais à qqc de super abouti: Autonomie en eau, energie, nourriture, des ateliers, 10 chambres de quoi accueillir des amis en renfort (comme c’est ecrit ds le livre) et finalement c’est une cave et un grenier rempli. Ok, c’est mieux que rien avoir, mais du souvenir que j’ai du livre, c’est moins sexy!
    Dans ce sens, j’avoue que votre DOS fait moins rêver qu’une BAD, mais effectivement c’est du 100% opérationnel et réaliste. J’adopte le DOS, mais je garde l’espoir d’avoir une BAD (une vraie!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouton Résilient: Survivalisme, autonomie, low-tech

À propos de nous

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des solutions pragmatiques, à notre échelle, afin d'être le plus indépendant possible...[en savoir plus sur notre équipe]

Mouton Résilient sur Facebook Mouton Résilient sur Instagram Mouton Résilient sur Youtube Mouton Résilient sur Pinterest Mouton Résilient sur Odysee Mouton Résilient sur Telegram

Voir les livres écrits par Mouton Résilient    Recevoir le bon plan Berkey


 

© Mouton Résilient 2019-2024  -   Plan de site  -   Contact & newsletter  -   Partenaires  -   Politique de confidentialité
 

Success message!
Warning message!
Error message!