Aller au contenu

Le Bunker Survivaliste de Mark Zuckerberg : Une VRAIE Base Autonome Durable Efficace pour la Survie

Dans un monde où l'incertitude semble régner, le survivalisme gagne en popularité. Cependant, il est essentiel de garder les pieds sur terre et de comprendre que les Bases Autonomes Durables (BAD) les plus élaborées, dotées de toutes les commodités et du luxe imaginable, restent un privilège réservé aux ultra-riches. Ces installations, bien que fascinantes, sont hors de portée pour la majorité d'entre nous. Cet article vise à projeter une vision réaliste du survivalisme, où l'accessibilité et la praticité prévalent sur les fantasmes de bunkers souterrains et d'îles privées. Nous explorerons des alternatives plus terre-à-terre et réalisables, adaptées aux ressources et aux besoins du citoyen moyen, tout en maintenant l'esprit de préparation et de résilience qui est au cœur du survivalisme.


Une femme avec une expression perplexe se tient devant un bunker de béton. Des éléments graphiques ajoutés incluent un texte en jaune qui questionne si c'est un bunker de Zuckerberg et s'il constitue une base autonome durable.

NB : Tous les liens de cette page sont affiliés via le programme partenaire d'Amazon.  C'est-à-dire que si vous achetez via un de ces liens, le prix reste le même pour vous et je touche une petite commission qui m'aide à financer les frais de ce site. Finalement, vous restez libre d'acheter ce que vous voulez où bon vous semble. Plus d'explications et détails sur cette page.


Synthèse des points importants avec le Bunker de Luxe de Zuckerberg

Si vous n'avez pas trop de temps alors voilà la synthèse en UNE minute de lecture. Et si vous désirez en savoir un peu plus, alors il vous suffit de dérouler la suite de l'article. Dans la team Mouton-Résilient, nous considérons que ces informations comme secondaires par rapport aux grands principes du survivalisme pragmatique et ne nécessitent pas de long travail trop poussé.

Mark Zuckerberg et le Survivalisme

  • Fondateur de Facebook et PDG de Meta.
  • Construction d'un bunker survivaliste à Kauai, Hawaï.
  • Projet incluant maisons, installations sportives et de loisirs et bunker "secret".

L'Histoire Secrète de Zuckerberg

  • Renommée pour la révolution numérique, mais vie privée entourée de mystère.
  • Projet de bunker reflétant un désir de confidentialité et sécurité.

Construction du Bunker

  • Situé sur l'île de Kauai à Hawaï.
  • Comprend des maisons principales, bâtiments annexes et installations de loisirs.
  • Objectif : créer un refuge autonome en cas de catastrophes majeures.

Survivalisme des Géants de la Techno

  • Intérêt partagé par d'autres leaders de la Silicon Valley comme Sam Altman.
  • Suggère une conscience accrue des risques potentiels globaux.

Implications pour les Amateurs de Survivalisme

  • Modèle de préparation et d'autonomie.
  • Souligne l'importance de l'autosuffisance et de la résilience.
  • Invite à la réflexion.

Sécurité et Confidentialité dans le Survivalisme

  • Discrétion du projet de Zuckerberg soulignant l'importance de la confidentialité.
  • Protection des informations sur les préparations et les refuges.

Le Survivalisme comme Lifestyle de Milliardaires

  • Au-delà de la préparation, une approche intégrant confort et luxe.
  • Survivalisme envisagé comme un choix de vie et non seulement comme une réaction à la peur.

Critiques et Controverses

  • Questions sur l'impact environnemental et les implications éthiques.
  • Perçu comme une évasion des responsabilités sociétales par certains.

Avenir du Survivalisme des Ultra-Riches

  • Potentiellement une tendance croissante face aux incertitudes globales.
  • Possibilité d'évolution vers un mouvement plus diversifié.
  • Les ultra-riches à surveiller pour anticiper.

Résumé avec quelques chiffres de l'article de Wired

  • Emplacement : Côte nord-est de l'île de Kauai, Hawaï, dans une zone isolée.
  • Secret : Accords de non-divulgation stricts, sécurité renforcée, peu d'informations publiques. 
  • Taille : Environ 1 400 acres, avec de nombreuses constructions, y compris des abris souterrains.
  • Installations : Plusieurs bâtiments, des équipements de luxe comme des maisons dans les arbres et des complexes sportifs.
  • Impact local : Mesures de secret et de sécurité importantes, modification de l'environnement local.
  • Investissement : Plus de 270 millions de dollars en construction et achat de terrains, coûts de construction élevés localement.

Petite Conclusion : une VRAIE Base Autonome Durable, à ne pas confondre avec un fantasme ou une utopie, ce n'est pas pour adaptée aux individus lambda comme vous et moi. La preuve, personne n'en possède. Il est important de ne pas imiter les ultra-riches et se recentrer sur le réel. Cliquez-ici pour voir directement la conclusion détaillée.



Téléchargez vos Ebooks PDF gratuits

10 guides gratuits aux choix pour booster votre résilience.

Nos 10 guides PDF gratuits de survivalisme pragmatique pour vous donner des idées



Cet article de préparation mentale et stratégie survivaliste s'articule en deux grosses parties : tout d'abord, une synthèse améliorée de l'article de Wired (source en bas d'article), puis une grosse conclusion sur les limites de la BAD pour les gueux.



Mark Zuckerberg : Fondateur de Facebook et Survivaliste à ses heures


Qui est Mark Zuckerberg ? Un Génie de la Technologie à la Conquête de la Survie

Mark Zuckerberg est une figure emblématique de la révolution numérique. En tant que fondateur de Facebook et PDG de Meta Platforms, il a redéfini la façon dont nous communiquons et partageons des informations. Son nom est synonyme d'innovation et d'influence mondiale. Cependant, son intérêt récent pour la construction d'un bunker survivaliste apporte une nouvelle dimension à son profil déjà complexe.


Le Bunker de Zuckerberg : Réflexion sur le Survivalisme Moderne

La décision de Zuckerberg de construire un bunker survivaliste interpelle et intrigue. Pourquoi un leader technologique de son calibre, à la tête d'un empire numérique, se tournerait-il vers le survivalisme ? Cette démarche suggère une prise de conscience de la vulnérabilité de notre monde connecté face à des menaces potentielles - qu'elles soient naturelles, technologiques ou géopolitiques.


La Construction du Bunker : Un Symbole des Craintes de l'Élite Technologique ?

Le projet de bunker de Zuckerberg n'est pas seulement un investissement personnel dans la sécurité ; il est aussi révélateur des préoccupations croissantes au sein de l'élite technologique. Cette initiative soulève des questions cruciales sur notre société : vivons-nous dans une ère de plus en plus incertaine ? Les leaders de la technologie, souvent à l'avant-garde des tendances et des changements sociaux, sont-ils les premiers à sentir le vent tourner ?


Implications pour la Société : Que Révèle le Survivalisme de Zuckerberg ?

L'engagement de Zuckerberg dans le survivalisme pourrait être perçu comme un signal d'alarme quant à l'état de notre monde. Cela peut nous inciter à réfléchir sur notre propre préparation face aux crises futures et à l'importance de l'autonomie personnelle dans un monde interconnecté mais fragile.




L'Histoire Secrète de Mark Zuckerberg : Entre Révolution Numérique et Quête de Confidentialité


Mark Zuckerberg : Une Trajectoire Révolutionnaire dans le Monde des Réseaux Sociaux

Mark Zuckerberg n'est pas seulement une figure de proue de la technologie moderne ; il est le visage derrière une révolution dans la communication et l'information. En fondant Facebook, il a bouleversé la manière dont nous interagissons, partageons des informations et percevons le monde. Cette transformation a fait de lui l'un des entrepreneurs les plus influents et les plus scrutés de notre époque.


La Vie Privée de Zuckerberg : Un Voile de Mystère dans un Monde Hyperconnecté

Malgré son rôle central dans la création d'un monde hyperconnecté, Zuckerberg a toujours cultivé un certain secret autour de sa vie personnelle. Cette approche contraste fortement avec la transparence souvent associée aux réseaux sociaux. Ce mystère entourant sa vie privée ajoute une dimension fascinante à son personnage public, suscitant curiosité et spéculations.


Le Bunker de Zuckerberg : Un Projet Enveloppé dans le Secret

Le projet de bunker survivaliste de Zuckerberg est le dernier exemple en date de sa quête de confidentialité. Selon les rumeurs, ce bunker serait l'incarnation ultime du désir de Zuckerberg pour la discrétion, combinant technologie de pointe et sécurité maximale. Ce choix soulève des questions sur les motivations et les craintes qui peuvent pousser une personnalité aussi en vue à rechercher un tel refuge.


Le Paradoxe Zuckerberg : Transparence Publique et Quête de Confidentialité

Ce penchant de Zuckerberg pour la confidentialité, juxtaposé à son rôle dans la création d'un espace public de plus en plus transparent, crée un paradoxe fascinant. Comment un homme qui a facilité une ère de partage sans précédent peut-il lui-même chercher à se retrancher derrière des murs de secret ? Cette dualité est le reflet d'un débat plus large sur la vie privée à l'ère numérique.




Le Projet d'Envergure de Mark Zuckerberg : Construction d'un Bunker à Hawaï

un bunker durable et autonome de luxe, intégrant des technologies futuristes et des éléments de vie durable.


L'Île de Kauai : Choix Stratégique pour le Bunker de Zuckerberg

Mark Zuckerberg a choisi l'île de Kauai à Hawaï pour y construire son bunker survivaliste. Cette île, connue pour sa beauté naturelle et son isolement relatif, semble être le lieu idéal pour un tel projet. Ce choix géographique n'est pas anodin ; il reflète une recherche de sécurité, d'intimité et peut-être une anticipation des scénarios les plus extrêmes.


Un Complexe Survivaliste de Haute Technologie

Selon les informations disponibles, le bunker de Zuckerberg serait plus qu'un simple abri. Le projet inclurait des maisons principales et des bâtiments annexes, alliant confort et technologie de pointe. L'existence d'installations sportives et de loisirs suggère une approche du survivalisme qui ne se limite pas à la survie pure, mais qui englobe également la qualité de vie, même en situations extrêmes.


Autonomie et Préparation aux Catastrophes Majeures

L'aspect le plus frappant de ce projet est son orientation vers l'autonomie complète. Le choix de créer un refuge capable de fonctionner indépendamment en cas de catastrophes majeures démontre une compréhension aiguë des risques auxquels notre monde est confronté. Ce niveau de préparation souligne l'importance de l'autosuffisance dans la philosophie du survivalisme moderne.


Réflexions sur la Construction du Bunker

Le projet de bunker de Zuckerberg, par son ampleur et son ambition, interpelle sur les motivations profondes des individus les plus puissants de notre ère. Il soulève des questions sur les types de menaces perçues par ces élites et sur leur vision de l'avenir. Ce bunker est peut-être un indicateur d'un changement dans la manière dont les personnes influentes envisagent la sécurité et la préparation aux crises.




Le Survivalisme des Géants de la Techno : Une Tendance ou un Signe Prémonitoire ?


L'Engouement des Leaders Technologiques pour le Survivalisme

Mark Zuckerberg n'est pas le seul titan de la technologie à se tourner vers le survivalisme. Sam Altman, ancien président de Y Combinator, fait partie des nombreuses figures de la Silicon Valley qui ont manifesté un intérêt similaire pour la préparation à des situations extrêmes. Cette tendance parmi les géants de la technologie suggère une prise de conscience collective des risques potentiels affectant notre monde.


Survivalisme des Élites Technologiques : Plus qu'une Mode

Le mouvement survivaliste au sein de l'élite technologique dépasse le cadre d'une simple tendance. Il reflète une inquiétude grandissante face à des scénarios de crise globale, qu'ils soient liés aux changements climatiques, aux désastres naturels, aux pandémies ou même aux risques de conflits majeurs. Ces préparations indiquent une réflexion approfondie sur la fragilité de nos sociétés hyperconnectées.


Une Connaissance Privilégiée des Risques du Futur ?

La question se pose : les leaders technologiques, en raison de leur accès privilégié à l'information et à des analyses de pointe, ont-ils une compréhension plus aiguë des menaces futures ? Cette vague de survivalisme pourrait être interprétée comme un signal que ces personnalités, souvent à la pointe de l'innovation, anticipent des perturbations majeures que le grand public ne voit pas encore clairement.


Implications pour le Grand Public : Quelles Leçons Tirer ?

L'intérêt marqué des élites technologiques pour le survivalisme devrait inciter le grand public à réfléchir sur sa propre préparation et résilience face à d'éventuelles crises futures. Bien que tout le monde n'ait pas les moyens de construire des bunkers sophistiqués, cette tendance souligne l'importance de développer des compétences de base en matière de survie et d'autosuffisance.




Implications du Bunker de Zuckerberg pour la Communauté Survivaliste

aspect extérieur d'un bunker futuriste conçu pour la durabilité et les besoins des survivalistes, situé dans un paysage reculé et robuste


La Préparation et l'Autonomie : Des Valeurs Clés du Survivalisme

Le projet de bunker de Mark Zuckerberg met en exergue des aspects fondamentaux du survivalisme : la préparation minutieuse et la recherche de l'autonomie. Pour les amateurs de survivalisme, l'initiative de Zuckerberg n'est pas seulement une source d'inspiration, mais aussi une validation de leurs propres efforts pour se préparer à des scénarios imprévus.


Un Modèle pour les Survivalistes : Apprendre des Élites

Bien que tous les amateurs de survivalisme ne disposent pas des ressources nécessaires pour construire un bunker aussi sophistiqué, le projet de Zuckerberg peut servir de modèle à suivre. Il incite à penser de manière créative sur la façon de maximiser les ressources disponibles pour assurer la sécurité et l'autosuffisance, même dans des situations extrêmes.


L'Importance de l'Autosuffisance et de la Résilience

La démarche de Zuckerberg renforce l'idée que l'autosuffisance et la résilience sont essentielles dans le monde actuel. Pour les survivalistes, cela signifie développer des compétences pratiques, comme la culture de nourriture, la gestion de l'eau et la connaissance des techniques de survie, qui sont cruciales pour maintenir l'indépendance en cas de crise. Sa Base Autonome Durable est certainement, à ce jour, le complexe privé le plus abouti... moyennant des centaines de millions de dollars.


L'Inspiration et l'Innovation dans le Survivalisme

Les projets ambitieux comme celui de Zuckerberg encouragent également l'innovation au sein de la communauté survivaliste. Ils incitent à explorer de nouvelles technologies et méthodes pour améliorer la préparation et la durabilité des refuges survivalistes, que ce soit en milieu urbain ou dans des environnements plus isolés.




Sécurité et Confidentialité : Pierres Angulaires du Survivalisme Moderne


La Discrétion du Projet de Zuckerberg : Un Enseignement pour les Survivalistes

La confidentialité entourant le projet de bunker de Mark Zuckerberg souligne un principe fondamental du survivalisme : la discrétion est essentielle. Dans un monde où l'information peut être aussi précieuse que les ressources matérielles, protéger les détails de ses préparations est crucial. Pour les survivalistes, cela signifie que la sécurité de leur refuge ou de leurs plans ne dépend pas seulement de leur robustesse physique, mais aussi de leur invisibilité.


Confidentialité dans le Survivalisme : Protéger son Sanctuaire

Le choix de Zuckerberg de garder son projet sous le sceau du secret reflète une stratégie de sécurité réfléchie. Pour les amateurs de survivalisme, cela souligne l'importance de garder leurs plans et emplacements de refuge confidentiels. Cette approche minimise les risques de vulnérabilité face à des menaces externes en cas de crise.


Gestion de l'Information : Un Équilibre Délicat

Dans la pratique du survivalisme, la gestion de l'information est un équilibre délicat entre partager des connaissances utiles et protéger les aspects critiques de ses préparations. La prudence est de mise lors de la divulgation de tout renseignement pouvant compromettre la sécurité d'un refuge ou d'une communauté.


Le Survivalisme à l'Ère de l'Information

L'ère numérique a transformé la façon dont les informations circulent et sont accessibles. Pour les survivalistes, cela implique une conscience accrue de leur empreinte numérique et des mesures à prendre pour préserver la confidentialité de leurs plans et ressources.




Le Survivalisme Redéfini : Un Style de Vie au-delà de la Préparation


Survivalisme au 21ème siècle : Une Fusion de Sécurité et de Confort

L'approche de Mark Zuckerberg en matière de survivalisme transcende la simple préparation aux catastrophes. En intégrant confort et luxe dans son bunker, il redéfinit le concept de survivalisme, le transformant en un style de vie complet. Cette vision élargie montre que le survivalisme moderne ne se limite pas à survivre, mais à maintenir un certain niveau de qualité de vie, même dans les scénarios les plus extrêmes.


Un Nouveau Paradigme : Le Survivalisme comme Choix de Vie

Le projet de Zuckerberg incarne une évolution du survivalisme, le positionnant comme un choix de vie conscient plutôt qu'une simple réaction à la peur des catastrophes. Cette perspective encourage les individus à envisager le survivalisme non seulement comme une préparation à l'inattendu, mais aussi comme une opportunité de vivre de manière plus résiliente et autonome au quotidien.




Les Débats Autour du Bunker de Zuckerberg : Controverses et Critiques


Impact Environnemental et Éthique du Projet

Le bunker de Zuckerberg, malgré son ingéniosité, n'échappe pas aux controverses. Des interrogations émergent concernant son impact environnemental, notamment en raison de sa localisation à Hawaï, un écosystème sensible. De plus, les implications éthiques de tels refuges, accessibles uniquement aux élites fortunées, soulèvent des questions sur l'équité et la répartition des ressources en cas de crise majeure.


La Perception d'une Fuite des Responsabilités Sociétales

La construction d'un refuge aussi sophistiqué par un individu aussi influent que Zuckerberg est parfois perçue comme une tentative d'évasion face aux responsabilités sociétales. Cette perception d'une « fuite » des élites face aux problèmes mondiaux peut alimenter un sentiment de division entre les classes sociales, surtout en périodes de troubles ou d'incertitudes économiques.




Envisager l'Avenir du Survivalisme dans un Monde en Mutation


Le Survivalisme à l'Aube d'une Nouvelle Ère

Le projet de bunker de Mark Zuckerberg marque un tournant dans la perception et la pratique du survivalisme. En associant technologie de pointe, confort et autonomie, ce projet ouvre la voie à une nouvelle ère du survivalisme, qui pourrait bien fusionner préparation aux crises et style de vie durable.


Une Pratique Élitiste ou une Tendance Grandissante ?

La question se pose : le survivalisme est-il en train de devenir une norme parmi les élites, un privilège accessible seulement à ceux qui possèdent des ressources considérables ? Ou, au contraire, ce phénomène inspirera-t-il un mouvement plus large, encourageant davantage de personnes à se tourner vers l'autosuffisance et la préparation, indépendamment de leur statut économique ? A surveiller !


Le Survivalisme de bon sens Comme Réponse aux Incertitudes Globales

Dans un monde confronté à des défis environnementaux, économiques et sanitaires croissants, le survivalisme pourrait gagner en popularité comme une réponse pragmatique aux incertitudes. La démarche de Zuckerberg et d'autres pourrait catalyser un intérêt accru pour des modes de vie plus résilients et autonomes.


L'Avenir du Survivalisme pragmatique: Un Mélange de Défis et d'Opportunités

L'avenir du survivalisme est un mélange complexe de défis et d'opportunités. Alors que certains pourraient le voir comme un symptôme d'anxiétés croissantes, d'autres pourraient l'adopter comme une voie vers une plus grande indépendance et une meilleure préparation face à l'imprévisible.


Un Mouvement en Évolution

En définitive, le projet de Zuckerberg ne représente pas seulement un jalon dans l'histoire du survivalisme, mais aussi un point de réflexion sur son avenir. Cette pratique, autrefois marginale, pourrait se transformer en un mouvement plus diversifié, reflétant les diverses préoccupations et aspirations de notre époque.


Source de l'article : Wired


Bunker Secret de Zuckerberg à Hawaï


Courte vidéo en Anglais avec sous-titre et photos si vous voulez encore creuser (durée de 9 minutes). On notera qu'il n'a que faire du "changement climatique" et de la montée des eaux.


FAQ sur le Survivalisme et les Bases Autonomes Durables


Cliquez sur les questions pour dérouler la réponse.

Qu'est-ce qu'une Base Autonome Durable (BAD) ?

Une Base Autonome Durable (BAD) est un lieu de vie conçu pour être complètement indépendant et autosuffisant. Il est équipé pour fournir de la nourriture, de l'eau, de l'énergie et une sécurité à ses occupants, souvent avec des technologies avancées. Ces bases sont conçues pour assurer une survie confortable et durable, même dans des scénarios de crise majeure. Ceux qui ont un chalet ou une ferme ont un chalet ou une ferme, à ne pas confondre.

 

Pourquoi les ultra-riches investissent-ils dans des BAD ?

Les ultra-riches investissent dans des BAD comme mesure de précaution extrême pour se protéger contre d'éventuelles catastrophes globales, qu'elles soient naturelles, politiques ou économiques. Ayant les moyens de se permettre ce niveau de préparation, ils considèrent ces investissements comme une assurance pour leur sécurité et celle de leur famille. Dans les faits, en se mettant à leur place, il serait stupide de ne pas le faire étant donné le rapport bénéfice/risque ultra-favorable (dans le pire des cas, ils perdent une toute petite partie de leur patrimoine).

 

En quoi le concept de Domicile Optimisé Survivaliste (DOS) diffère-t-il d'une BAD ?

Le Domicile Optimisé Survivaliste (DOS) est une approche plus accessible et réaliste du survivalisme. Contrairement aux BAD, coûteuses et complexes, un DOS se concentre sur l'amélioration et l'optimisation des ressources et de l'habitat existants pour augmenter la résilience et la préparation sans nécessiter un investissement massif.

Est-il réaliste pour une personne moyenne de construire une BAD ?

Pour la plupart des gens, construire une véritable BAD n'est pas réaliste en raison du coût élevé et de la complexité technique. Les ressources nécessaires pour établir une véritable autonomie dans tous les domaines sont généralement hors de portée pour le citoyen moyen.

Quels sont les éléments clés à considérer dans la création d'un DOS ?

Dans la création d'un DOS, les éléments clés à considérer incluent la durabilité des ressources (eau, nourriture, énergie), la sécurité, la capacité à rester connecté (communication) et la flexibilité pour s'adapter à différents scénarios de crise. Il s'agit de faire des choix stratégiques qui améliorent la résilience globale sans nécessiter un investissement financier disproportionné.

Quels sont les autres ultra-riches qui sont équipés de bunker ?

Plusieurs ultra-riches sont connus pour avoir investi dans des bunkers ou des installations de survie, reflétant une tendance croissante parmi les élites mondiales à se préparer pour des scénarios de crise. Voici quelques exemples notables :

  • Elon Musk : Bien que des détails spécifiques sur un bunker ne soient pas largement publicisés, Elon Musk, avec ses initiatives comme SpaceX et Mars colonization plans, montre un intérêt clair pour la survie à long terme de l'humanité dans des conditions extrêmes.
  • Bill Gates : Il a été rapporté que Bill Gates possède un bunker dans chacune de ses résidences. Compte tenu de sa richesse et de son intérêt pour les problématiques globales comme le changement climatique et les pandémies, cette information semble plausible.
  • Peter Thiel : Cofondateur de PayPal et investisseur en capital-risque, Peter Thiel a acheté un vaste terrain en Nouvelle-Zélande, qui est souvent mentionné comme un refuge potentiel en cas de catastrophe mondiale.
  • Larry Ellison : Le fondateur d'Oracle possède une île à Hawaï, où il pourrait avoir des installations de survie. Les îles privées sont souvent choisies par les ultra-riches comme lieux de refuges autonomes.
  • Jeff Bezos : Bien que des informations précises sur un bunker ne soient pas confirmées, l'investissement de Bezos dans l'exploration spatiale avec Blue Origin suggère un intérêt pour des solutions de survie à long terme et innovantes.
  • Etc.


Conclusion : La (Dure) Réalité du Survivalisme entre Ultra-Riches et Citoyens Ordinaires


Face à l'ampleur des projets de survivalisme entrepris par des figures comme Mark Zuckerberg, une réflexion s'impose sur la disparité des moyens entre les ultra-riches et le citoyen moyen. Pour les personnes possédant des fortunes colossales, il apparaît presque logique, voire prudent, de consacrer une fraction minime de leur patrimoine à la création de Bases Autonomes Durables (BAD) équipées de bunkers et de luxes divers. Ces installations, bien au-delà des simples abris, offrent une véritable autonomie dans tous les domaines essentiels à la survie et au confort.


La Croyance Erronée de l'Autonomie Complète dans le Survivalisme

Il existe une croyance répandue, parfois erronée, parmi certains amateurs de survivalisme, selon laquelle ils possèderaient une Base Autonome Durable (BAD), alors que leur réalité est bien différente.

Cette croyance nécessite d'être examinée à la lumière des faits réels :

  • La Proximité des Dangers : De nombreux soi-disant survivalistes en France habitent près de sources potentielles de danger, comme des centrales nucléaires ou des sites SEVESO. Cette proximité contredit l'idée même d'une BAD sécurisée et isolée des menaces environnementales.
  • Manque d'Autonomie Énergétique : La possession de quelques panneaux solaires ne garantit pas l'autonomie énergétique, surtout dans des régions avec un faible ensoleillement. L'autosuffisance énergétique requiert une installation et une gestion bien plus complexes et robustes.
  • Autonomie Alimentaire Limitée : Avoir un jardin et quelques animaux, comme des poules, est un excellent début vers l'autosuffisance. Cependant, cela ne constitue pas une autonomie complète. Une véritable BAD nécessite un système de production alimentaire diversifié et durable, capable de soutenir ses occupants indépendamment des systèmes d'approvisionnement externes.
  • Sécurité et Résilience : Une maison équipée pour le survivalisme n'est pas forcément synonyme de résilience face à toutes les formes de crises. Une vraie BAD est conçue pour résister à divers scénarios catastrophiques, ce qui va au-delà de la simple détention d'une simple maison et de quelques ressources.
  • La Réalité de l'Autonomie : Beaucoup confondent autonomie partielle avec autonomie totale. Avoir une certaine capacité à vivre de manière indépendante ne signifie pas être complètement autonome, surtout dans un contexte où les dépendances aux réseaux extérieurs (comme l'électricité, l'eau ou la nourriture) persistent.


La Situation Politique et Économique de la France : Un Facteur Crucial dans le Survivalisme

  • Instabilité Politique et Économique : La situation actuelle en France, marquée par une instabilité politique et économique, doit être considérée dans toute planification de survivalisme. L'inflation croissante affecte le pouvoir d'achat et la capacité à stocker des ressources. De plus, les tensions politiques peuvent entraîner des changements imprévus dans la législation, affectant les plans de préparation.
  • Risque de Conscription en Cas de Conflit : La possibilité d'être recruté pour participer à un conflit armé, bien que peu probable dans le contexte actuel, est un risque à prendre en compte. Cette éventualité renforce l'importance d'une préparation qui va au-delà des aspects matériels, incluant des compétences de base en survie et en autodéfense.
  • Augmentation de l'Insécurité : L'augmentation de l'insécurité, tant sur le plan social que du fait de la criminalité, est un autre facteur à considérer. Elle souligne l'importance d'une préparation axée sur la sécurité personnelle et la protection des proches et des biens.

Et j'en passe. En effet, vous êtes certainement, comme nous, atterré de la situation du pays des droits de l'homme et du citoyen.

L'Exclusivité des Véritables Bases Autonomes Durables

Les ultra-riches ont non seulement les moyens financiers, mais aussi l'accès à des technologies et des emplacements qui permettent l'établissement de véritables BAD. Ces structures sont conçues pour une indépendance totale, avec des systèmes avancés en matière d'énergie, de nourriture et de sécurité. L'emplacement de ces bases, souvent dans des pays aux conditions politiques et environnementales favorables, ainsi que les plans d'évacuation impliquant des moyens de transport privés comme des avions ou des bateaux, sont hors de portée pour la majorité des gens.


Le Contraste avec les Solutions Réalistes pour le Citoyen Moyen

Pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, les options de préparation au survivalisme sont nettement plus limitées. Une caravane, un chalet ou une fermette, bien qu'utiles, ne constituent pas des BAD à proprement parler. Ils sont des abris ou des lieux de vie qui, malgré leur potentiel, ne fournissent pas une autonomie complète en cas de crise majeure.


Pourquoi Imiter les Stratégies des Ultra-Riches en Matière de Survivalisme est Irréaliste pour le "Gueux" Moyen ?

L'imitation des stratégies de survivalisme adoptées par les ultra-riches, comme la construction de Bases Autonomes Durables (BAD) sophistiquées, est souvent irréaliste et même contre-productive pour le citoyen moyen.

Voici pourquoi en quelques points :

  • Disproportion des Ressources Financières : Les ultra-riches disposent de ressources financières quasi illimitées, ce qui leur permet d'investir dans des projets de survivalisme de grande envergure. Le citoyen moyen, en revanche, doit gérer ses finances plus prudemment, en se concentrant sur des investissements et des préparations plus accessibles et durables.
  • Complexité Technique et Logistique : Construire et maintenir une BAD implique une complexité technique et logistique significative. Les ultra-riches peuvent se permettre des équipes d'experts pour gérer ces aspects, tandis que la plupart des gens n'ont ni l'expertise ni les moyens de le faire efficacement. Vous allez vous ruiner inutilement.
  • Différence dans les Besoins de Sécurité : Les besoins de sécurité des ultra-riches peuvent inclure des mesures extrêmes en raison de leur statut et de leur richesse. Pour la majorité des gens, des préparations plus modestes, mais bien planifiées, sont généralement suffisantes pour faire face à des situations d'urgence.
  • Évacuation des Ultra-Riches : Une réalité souvent méconnue dans le survivalisme est la capacité des ultra-riches à évacuer rapidement et efficacement en cas de crise majeure. Ces individus, grâce à leur richesse considérable, ont accès à des moyens de transport privés comme des hélicoptères, des avions privés ou des bateaux de luxe. Cette option leur permet de s'éloigner immédiatement des zones à risque, offrant une sécurité et une mobilité que la majorité des gens ne peuvent pas se permettre. Cette capacité d'évacuation rapide est un facteur clé qui différencie les stratégies de survie des ultra-riches de celles du grand public. En cas de crise, ils peuvent se relocaliser vers des destinations plus sûres, généralement bien équipées et préparées pour de longues périodes d'isolement ou de troubles, renforçant ainsi significativement leurs chances de survie et de confort durant des périodes d'instabilité. On est loin, de la voiture coincée dans les bouchons ou de l'évacuation à pied avec sac d'évacuation de Mr tout le monde.
  • Inadéquation avec la Réalité Quotidienne : Reproduire la stratégie des ultra-riches peut mener à négliger des aspects plus pratiques et immédiats de la préparation au survivalisme, tels que les compétences de base, la planification communautaire et la gestion des ressources à long terme.
  • Création d'un Faux Sentiment de Sécurité : Se concentrer sur des solutions grandioses et coûteuses peut créer un faux sentiment de sécurité, en ignorant les risques plus probables et les préparations plus pragmatiques nécessaires pour les affronter.
  • L'Inefficacité de Copier les Riches ou des Sociétés Organisées Comme les Mormons : Il est important de reconnaître qu'essayer de reproduire les stratégies de survie des ultra-riches ou de communautés hautement organisées comme les Mormons est souvent irréaliste pour la majorité des gens. Ces groupes disposent de ressources, de structures, et d'une culture spécifiques qui ne sont pas accessibles ou applicables à tous. Les ultra-riches possèdent des moyens financiers considérables, leur permettant d'investir dans des équipements, des technologies et des infrastructures de survie haut de gamme. De même, les communautés comme les Mormons ont développé au fil du temps une culture de préparation et de survie soutenue par une organisation communautaire forte et des ressources collectives. La plupart des gens n'ont ni l'argent nécessaire pour imiter les ultra-riches, ni l'accès à une communauté structurée et solidaire comme celle des Mormons. Essayer de copier ces modèles sans en avoir les moyens ou le contexte approprié peut mener à des décisions peu judicieuses et à une allocation inefficace des ressources. 


Le Facteur Humain Systématiquement Oublié ou Minoré : 
La Nécessité d'un Nombre Suffisant de Personnes pour une Sécurité à Long Terme


Contrairement à la croyance populaire parmi certains survivalistes, une famille seule ne peut pas assurer efficacement la sécurité et la maintenance à long terme d'une Base Autonome Durable (BAD), qui plus est en cas de situation de crise sérieuse avec insécurité avérée. Pour une autonomie relative en termes de personnel, il est essentiel d'avoir l'effectif minimal d'une section de combat, soit environ 30 adultes en forme, répartis en trois groupes. Ceci permet d'assurer de manière durable la sécurité, la maintenance et le repos. Une telle organisation est nécessaire pour faire face aux défis variés et soutenus dans le temps, allant au-delà de la simple survie immédiate.

Étrangement, ce point FONDAMENTAL du nombre n'est jamais abordé. Pourquoi ? Parce que tout le monde sait qu'il est IMPOSSIBLE de réunir 30 personnels au même endroit et sur la même longueur d'onde (logistique, relations sociales, coût, etc.).

Le fameux lien social : "quand tout va bien" est TRÈS DIFFÉRENT de "quand tout va mal"

Partir du principe, que c'est dans les situations critiques que "l'on se soude", c'est très mal connaitre les humains sous stress. En effet, dans les situations de rupture de normalité grave, comme des catastrophes naturelles ou des crises économiques, le lien social de voisinage peut s'avérer très insuffisant. Ces circonstances extrêmes nécessitent souvent plus que la simple proximité géographique ou la bonne volonté des voisins. Les individus peuvent manquer des ressources, compétences ou connaissances nécessaires pour faire face efficacement à ces défis. En outre, les réactions en cas de crise varient considérablement d'une personne à l'autre, allant de la solidarité à l'indifférence, voire l'hostilité. Sans préparation et coordination préalables, les efforts de voisinage peuvent être désorganisés et inefficaces.

Il est donc crucial de sélectionner avec soin l'entourage en vue de telles situations. Ce groupe devrait être composé de personnes partageant des valeurs et objectifs similaires, ce qui facilite la prise de décisions et l'adaptation aux situations changeantes. Un groupe diversifié, doté de compétences variées (médicales, techniques, logistiques, etc.), peut répondre plus efficacement à un éventail de défis. La confiance et l'engagement envers le groupe sont essentiels pour une coopération et une assistance mutuelle efficaces.

La préparation, incluant la formation, la planification et la mise en place de ressources, est également cruciale. Ainsi, bien que les liens de voisinage puissent offrir un soutien dans des perturbations mineures, une planification stratégique et la sélection d'un entourage adapté sont indispensables pour affronter les ruptures de normalité graves.

Et là, on se confronte à la réalité...

Rassembler au même endroit un groupe de plus de deux familles : BEAUCOUP plus facile à dire qu'à faire

Rassembler un groupe soudé partageant les mêmes valeurs et se trouvant au même endroit représente un défi de taille, en particulier face à la complexité de la réalité.Il faut bien distinguer la théorie de la réalité.

Plusieurs facteurs contribuent à cette difficulté :

  • Diversité des valeurs et des croyances : Dans une société de plus en plus diversifiée, il est rare de trouver un groupe de personnes qui partagent exactement les mêmes valeurs, croyances et objectifs. Les différences individuelles en matière de politique, de religion, d'éthique et de style de vie peuvent rendre difficile la formation d'un groupe homogène.
  • Contraintes géographiques et logistiques : Amener des personnes ayant des valeurs similaires à vivre ou à se réunir dans le même espace géographique peut être compliqué. Les contraintes professionnelles, familiales et financières influencent fortement les choix de résidence des gens. De plus, dans les zones urbaines densément peuplées, il peut être difficile de trouver un espace suffisant pour accueillir un tel groupe.
  • Dynamiques de groupe et conflits internes : Même au sein de groupes apparemment homogènes, des différences subtiles dans les opinions ou les personnalités peuvent conduire à des conflits. La gestion de ces dynamiques est un processus complexe et nécessite souvent des compétences en communication et en résolution de conflits.
  • Changements dans les circonstances et les attitudes : Les personnes évoluent avec le temps. Ce qui semblait être un groupe de personnes partageant les mêmes idées peut se fragmenter à mesure que les individus changent d'opinions, de priorités ou même de circonstances de vie.
  • Défis pratiques de la vie en communauté : La vie en communauté implique de partager des ressources, de prendre des décisions collectives et de gérer les tâches quotidiennes, ce qui peut être source de tensions. L'alignement des horaires, des routines et des préférences de chacun est un défi en soi.
  • Etc.

Bien que l'idée de rassembler un groupe soudé autour de valeurs communes soit séduisante, sa mise en œuvre pratique est confrontée à de nombreux obstacles. La diversité inhérente aux sociétés modernes, les contraintes géographiques, les dynamiques de groupe complexes, et les changements inévitables dans les attitudes et les circonstances des individus rendent cette tâche particulièrement ardue. Essayez pour voir et vous m'en donnerez des nouvelles.



Bref, il est donc crucial de développer une stratégie de survie personnelle qui tienne compte des ressources, des compétences et des circonstances personnelles de chacun, plutôt que de chercher à imiter des modèles inadaptés à sa propre situation. 

Finalement, soyez honnête envers vous-même, connaissez-vous VRAIMENT quelqu'un qui possède une VÉRITABLE B.A.D. ? Jusqu'à présent, et après 15 ans à nous intéresser au sujet, nous n'avons jamais vu un groupe important de personnes LAMBDA réunies au même endroit et parfaitement équipés/organisés pour faire face à une rupture de normalité. Le prétexte sécuritaire pour ne pas dévoiler les préparatifs ne va convaincre que les naïfs et les rêveurs, quoique...


Une petite histoire fictive pour susciter la réflexion

Pour exemple, imaginez Jean, un homme passionné par le concept de survivalisme. Il y a dix ans, il décide de transformer radicalement sa vie pour créer une ferme autonome. Il investit toute son énergie, son temps et ses économies dans ce projet. Jean construit un abri, stocke des provisions, et apprend à cultiver et à élever des animaux. Au fil du temps, sa passion devient une obsession. Il se dispute avec sa famille, ses amis ne comprennent pas sa démarche. Finalement, Jean divorce, s'éloignant encore plus de son entourage.

Dix ans plus tard, une crise majeure éclate. Jean se sent prêt, mais rapidement, il réalise la dure vérité. Sa ferme, bien que dotée de nombreuses ressources, ne peut pas être considérée comme une véritable Base Autonome Durable. Il manque de main-d'œuvre pour assurer la sécurité et le maintien des opérations. Il n'a ni la structure ni la communauté nécessaire pour faire face à une crise de longue durée.

Au même moment, il apprend que Thomas, un ancien ami qu'il a perdu de vue, a réussi à quitter la zone de crise. Thomas n'avait pas une ferme, ni un abri de survie, mais il avait un passeport valide et des économies. Il a pu se réfugier dans un endroit plus sûr, loin des dangers immédiats.

La réalisation de cette vérité frappe Jean de plein fouet. Tout ce en quoi il croyait, tout ce pour quoi il a sacrifié sa vie personnelle, semble s'effondrer. Il ressent un profond sentiment de désillusion et de trahison envers lui-même. Jean comprend qu'il a peut-être négligé des aspects essentiels de la survie, comme la flexibilité et la capacité d'adaptation.

En plus de sa désillusion, Jean se rend compte qu'il est entravé par sa propre création. Sa ferme, qu'il a bâtie avec tant d'efforts, est devenue un boulet au pied. Il ne peut pas simplement tout quitter, car cela signifierait perdre le résultat de dix années d'investissement intense. Tous ses actifs, financiers et émotionnels, sont liés à ce seul endroit. 

Jean a littéralement "mis tous ses œufs dans le même panier". Une erreur classique.

Cette réalisation rend sa situation encore plus difficile. Il se trouve dans une impasse, ne pouvant ni avancer ni reculer sans subir de lourdes conséquences. Tout son argent, son temps et son énergie sont engloutis dans cette ferme. Si Jean part, il abandonne son rêve et tout ce qu'il a construit. S'il reste, il continue de vivre avec le poids de savoir que sa préparation n'est pas aussi complète qu'il l'avait espéré et qu'il n'est pas en mesure de faire face efficacement à une crise majeure.

L'impact psychologique de cette désillusion est dévastateur. Il se retrouve confronté non seulement à une crise extérieure, mais aussi à une crise intérieure, réalisant que la survie est un concept bien plus complexe et nuancé qu'il ne l'avait imaginé. Jean passe la crise très difficilement avec une santé et un moral dégradé. Jean finira plus pauvre qu'avant sa préparation, seul et en dépression. 


Bien réfléchir avant de vous lancer dans un projet "usine à gaz" en ère post-covid

Ce qu'il était encore possible de réaliser il y a quelques années et BEAUCOUP plus complexe et BEAUCOUP plus couteux avec la conjoncture nationale et international actuelle. PLus on avance dans le temps, plus la simplicité est de mise. Cette histoire "fictive" touche du monde, bien plus que ne vous le croyez. En effet, très rare, sont les personnes à s'en vanter sur les réseaux sociaux et on trouve de plus en plus d'annonces immobilières de gens qui revendent leur "petit paradis de maison autonome" après des années de dur labeur.


L'Approche du Domicile Optimisé Survivaliste (DOS) : Une Alternative Réaliste à défaut d'être parfaite

Notre concept de Domicile Optimisé Survivaliste (DOS) représente une approche plus réaliste et accessible pour la majorité des gens. Plutôt que de viser une autonomie totale et coûteuse, le DOS se concentre sur l'optimisation des ressources existantes, l'amélioration de la résilience et la préparation à des scénarios de crise, tout en tenant compte des réalités économiques et politiques actuelles. Au minimum, vous ne perdrez pas de temps et d'argent et vous ne tomberez pas de très haut une fois les illusions confrontées à la réalité.

Si vous vous désirez creuser le sujet et mettre toutes les chances de votre côté, alors tout est synthétisé avec notre création : D.O.S.® Le concept de Domicile Optimisé Survivaliste.

Le D.O.S.® est l'innovation de Mouton-Résilient : une solution à la portée de tous, simple, réaliste et rapide à mettre en place.


Réflexion sur la Mobilité Géographique dans le Contexte Survivaliste :

La mobilité géographique présente une stratégie intéressante dans le survivalisme, surtout lorsqu'on considère l'histoire et les crises majeures. Être mobile offre l'avantage de pouvoir se déplacer vers des lieux plus sûrs en fonction des circonstances changeantes. Cependant, cette stratégie comporte aussi des contraintes et des exigences spécifiques :

  • Compromis avec l'Agriculture et l'Élevage : Pour ceux qui possèdent une ferme et des animaux, la mobilité est fortement limitée. Laisser les animaux seuls et un potager non entretenu pendant plus d'une semaine n'est pas viable. Cette situation peut ressembler à une forme d'esclavage, où l'on est lié à ses responsabilités agricoles, réduisant la flexibilité de mouvement.
  • Exigences Pratiques : Pour être géographiquement mobile, il est essentiel d'avoir un passeport valide et des ressources financières suffisantes. Cette nécessité rend la mobilité moins accessible pour tous, car elle dépend de la capacité à voyager légalement et de la disponibilité de fonds.
  • Leçons de l'Histoire : Dans les crises majeures, comme l'exemple récent de l'Ukraine, les personnes mobiles ont souvent un avantage. Elles peuvent fuir les zones de conflit ou de danger pour se réfugier dans des régions plus sûres. Cette capacité à se déplacer peut être cruciale pour la survie.
  • Stratégie de Survie : La mobilité géographique devrait être envisagée comme une stratégie viable en survivalisme. Elle permet une adaptation rapide aux changements de l'environnement et aux menaces potentielles. Toutefois, elle nécessite une planification minutieuse et la capacité de vivre de manière autonome, même en déplacement.

Bref, bien que la mobilité géographique offre des avantages significatifs en termes de sécurité et d'adaptabilité, elle est limitée par des contraintes pratiques et n'est pas une option réalisable pour tous, en particulier pour ceux engagés dans des activités agricoles ou d'élevage. C'est une stratégie qui nécessite une réflexion approfondie et une préparation minutieuse pour être efficace.


Surveillance des activités des ultra-riches

La surveillance des activités et des mouvements des ultra-riches peut être un sujet fascinant et pertinent pour les passionnés de survivalisme. Dans l'univers du survivalisme, l'observation des comportements et des investissements des personnes très fortunées peut servir d'indicateur pour anticiper certains événements ou tendances. 

Voici quelques raisons pour lesquelles cela peut être pertinent :

  • Précurseurs des Tendances Économiques et Sociales : Les ultra-riches, ayant accès à une multitude de ressources et d'informations, sont souvent parmi les premiers à réagir à des changements économiques, politiques ou sociaux imminents. Leurs actions, comme l'achat de propriétés dans des lieux isolés ou l'investissement dans des technologies spécifiques, peuvent signaler des mouvements ou des préoccupations qui pourraient affecter le reste de la société à terme.
  • Investissements dans la Technologie de Survie : Certains milliardaires investissent dans des technologies avancées de survie, allant des bunkers de luxe à des innovations dans le domaine de l'autosuffisance alimentaire et énergétique. Ces investissements peuvent indiquer des domaines d'intérêt pour les survivalistes.
  • Migration et Sécurité : L'achat de terres et la construction de refuges dans des régions éloignées ou géopolitiquement stables par les ultra-riches peuvent signaler des zones perçues comme plus sûres ou plus viables en cas de crises majeures.
  • Changements Climatiques : Les investissements des ultra-riches dans des domaines liés aux changements climatiques peuvent fournir des indications sur les régions considérées comme plus résilientes ou sur les technologies jugées essentielles pour l'adaptation ou la mitigation des effets du changement climatique. À ce propos, on notera que les riches n'ont que faire des prévisions alarmistes et achètent des propriétés près des rivages et sur des zones soi-disant qui vont être immergés dans 10 ans... comprenne qui pourra.

Nous faisons ce travail de veille facilité par le fait que nous sommes parfaitement bilingues avec l'Anglais. Les lecteurs inscrits à notre newsletter seront avertis. Et ces mêmes lecteurs peuvent témoigner dans l'espace commentaire que nous ne spammons pas... TRÈS loin de là.


Réflexion et Prudence dans la Préparation

Dans le contexte actuel, surtout en France avec ses particularités politiques et économiques, il est essentiel de réfléchir soigneusement avant d'investir massivement dans un projet de survivalisme. Peser le pour et le contre, et considérer des solutions adaptées à ses moyens et à sa situation, est crucial. Le concept de DOS offre une alternative pragmatique et réaliste, contrastant avec les ambitieuses BAD des ultra-riches, qui, bien qu'impressionnantes, restent hors de portée pour la 99, 99% des gens. Gardez les pieds sur terre et réfléchissez bien avant de vous embarquer dans un projet complexe et ruineux. 


Pour aller plus loin :

Bunkers de Luxe vs Solidarité (La Stratégie des Milliardaires face à l’Apocalypse)

Le monde après nous : Analyse du film produit par Barack Obama (non conseillé aux émotifs)

Survie Urbaine et Stratégie de l’Homme Gris (Techniques Essentielles pour la Discrétion en Ville)

Derniers articles du blog

Anatomie des muscles : bonus des livres "Musculation du Paresseux" et "Méthode de Musculation et Nutrition"
Historique rupture de normalité : 10 exemples de l'histoire
TOP 10 des livres sur les arts martiaux français gants de boxe

Partagez cet article !

Téléchargez votre guide PDF gratuit

Le matériel survivaliste pertinent qu'il est particulièrement judicieux d'avoir. 

Le guide super utile pour partir sur de bonnes bases et vous donner des idées..

Couverture du Ebook gratuit: Les 15 objets simples qu'il faut prévoir "au cas où" de Mouton Résilient. 2e version, revue et augmentée.
Mouton-Résilient Logo

Mouton-Résilient

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des principes simples dans le but d'être plus indépendant avec une meilleure qualité de vie [En savoir plus sur notre équipe et nous contacter] 

En cas de suggestions ou de remarques, vous avez à votre disposition un espace dédié sous les articles (votre commentaire sur le blog restera parfaitement pérenne, bien au contraire des réseaux sociaux éphémères).


2 commentaires sur “Le Bunker Survivaliste de Mark Zuckerberg : Une VRAIE Base Autonome Durable Efficace pour la Survie”

  1. Merci pour cette lecture, édifiante sur bien des aspects.
    Il est tout de même paradoxal que ces ultra-riches qui participent activement à la disparition de la civilisation actuelle (surconsommation, pollution etc.) se préparent pour cette sorte “d’au-delà” où eux, leur progéniture et quelques robots règneront sur un tas de ruines…
    Il n’y a qu’à constater le bilan carbone (tandis qu’on envisage de limiter les voyages en avion pour les simples gueux que nous sommes) pour envoyer quelques passagers fortunés en orbite (blue origin). Ces types sont des voyous (et le qualificatif est léger).

    J’avais déjà soulevé la question sur un autre topic de façon plus philosophique mais “quel est l’intérêt de survivre (à part un réflexe d’instinct primaire) si 99,9% de l’humanité (sans compter le reste du monde vivant) a disparu ?”
    Je serais curieux de savoir combien de personnes dans le monde disposent d’un bunker capable de résister à un hiver atomique et même au-delà (en admettant que la nature reprenne ses droits)…en France on est proche du zéro il me semble.
    Le sujet me fait penser à cette trilogie de romans adaptée en série TV (Silo)…

    1. Salut Gilles,

      Zuk a une fortune de 170 milliards. 300 Millions pour un bunker apocalyptique, c’est env. 0,18 % de sa fortune (1 milliard = 1000 millions).
      Par conséquent, il serait stupide de ne pas avoir un plan B “bunker de riche”, voire de ne pas en avoir plusieurs sur des continents différents. Par exemple, certains bunkers “vitrine” pour les gueux via les magazines people et d’autres vraiment secrets.

      Ensuite, je pense qu’il est important de rester vigilant face aux biais induits par les scénarios de films hollywoodiens et les romans post apo. Ces récits, bien qu’engageants et souvent spectaculaires, peuvent fausser notre perception de la réalité et influencer de manière disproportionnée notre compréhension des probabilités réelles d’événements extrêmes.

      Chez MR, nous n’avons JAMAIS abordé le scénario d’un effondrement à la Mad Max. Ce postulat, pourtant largement répandu par de nombreux influenceurs, alimente les fantasmes et les scénarios extravagants que l’on retrouve chez Netflix et Walt Disney. Bien qu’un tel événement reste dans le domaine du possible (car, techniquement,Ok tout peut arriver), il est extrêmement improbable et relève davantage de la spéculation, sur fond de vente de peur, que d’une véritable préoccupation réaliste.

      Survivalisme pragmatique = basé sur la réalité.
      L’avenir est un mystère que personne ne détient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouton Résilient: Survivalisme, autonomie, low-tech

À propos de nous

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des solutions pragmatiques, à notre échelle, afin d'être le plus indépendant possible...[en savoir plus sur notre équipe]

Mouton Résilient sur Facebook Mouton Résilient sur Instagram Mouton Résilient sur Youtube Mouton Résilient sur Pinterest Mouton Résilient sur Odysee Mouton Résilient sur Telegram

Voir les livres écrits par Mouton Résilient    Recevoir le bon plan Berkey


 

© Mouton Résilient 2019-2024  -   Plan de site  -   Contact & newsletter  -   Partenaires  -   Politique de confidentialité
 

Success message!
Warning message!
Error message!