Aller au contenu

OMY : le déshydrateur solaire de Solar Brother

Je vous propose de découvrir le séchoir solaire (ou déshydrateur solaire) "OMY" de la dynamique entreprise française Solar Brother. Une conception 100% made in France !

L'engouement pour le solaire est de plus en plus présent. On connait tous les panneaux solaires photovoltaïques pour générer de l'électricité, mais le soleil peut faire bien plus que ça et de façon très low-tech : être concentré pour générer de la chaleur.

Étant donné le prix de l'énergie qui ne fait qu'augmenter (et sans avoir de boule de cristal, ça va durer un bon bout de temps), les solutions solaires ont de beaux jours devant elles.

Pourquoi déshydrater sa nourriture ? Comment fonctionne un déshydrateur solaire ? Quels sont les avantages et les limites d'un séchoir solaire ?

Toutes les réponses à vos questions dans cet article qui vous emmène pas à pas dans l'aventure de la déshydratation solaire !


Note : La première partie de cet article présente les principes généraux de la déshydratation solaire. Pour accéder directement à la présentation et au tutoriel du déshydrateur solaire OMY de Solar Brother, je vous invite à cliquer sur la deuxième partie du sommaire. 


Pourquoi vouloir déshydrater de la nourriture ? 


Les aliments et plantes déshydratés se conservent durablement

Longue conservation

Une fois déshydratés, les fruits et légumes se conservent alors très bien en les enfermant dans un simple récipient hermétique.

Cela permet de profiter de vos framboises récoltées l'été dernier en plein hiver. Avec un déshydrateur, on peut donc manger des fruits et légumes toute l'année.


Résilience alimentaire

Il existe de nombreuses méthodes qui permettent de conserver et stocker des aliments : bocaux, stérilisation, lactofermentation, mise sous vide, fumage, salaison, etc. 

Si vous visez plus d'autonomie, alors la déshydratation ajoute une corde supplémentaire à l'arsenal permettant de conserver les récoltes.


Valoriser les surplus de production du potager

Quand on a un potager, les récoltes arrivent toutes en même temps et l'on a rarement la capacité de suivre. Avec un déshydrateur, une partie de la production peut être traitée et conservée facilement.

Ça tombe bien, car la plupart de ces récoltes arrivent l'été, exactement là où l'on a aussi énormément de soleil. Vous comprenez donc l'intérêt d'un déshydrateur solaire. 

 

Faire le plein de vitamines et minéraux à tout moment


Bocaux maison de fruits et légumes déshydratés. En plus d'être une méthode de conservation facile, déshydrater soi même est très économique.


Conserver les nutriments

En effet, en séchant à relativement faible température (entre 40 et 60°C), les fruits et légumes conservent leurs nutriments.


Conserver les plantes aromatiques et médicinales

La déshydratation est le meilleur moyen de conserver facilement tous les bienfaits des plantes de nos jardins et de nos jardinières.  


Varier les gouts

De la compote de pomme maison en conserve stérilisée, c'est bien. Mais pouvoir aussi manger des chips de pomme dans les céréales du petit dej' ou en encas, c'est pas mal non plus 🙂


De la nourriture à emporter partout

Que ce soit pour le gouter des enfants, l'apéro du soir ou comme encas pendant une randonnée, la nourriture déshydratée ne pèse rien. C'est sec, ça ne tâche pas, ça se transporte facilement dans un petit sac.

C'est donc parfait pour les activités outdoor. Quand on voit le prix des trails mix, je peux vous dire qu'il y a de sacrées économies à sécher soi-même ses aliments.



Quels sont les avantages d'un déshydrateur solaire?


Voyons-en quoi les séchoirs solaires sont de super outils pour la résilience et la recherche d'une certaine autonomie !


Avantage #1 d'un dÉshydrateur solaire: L'énergie est 100% gratuite à vie !

Énergie 100% gratuite !

Oui oui, ce n'est pas une blague comme ces trucs qu'on voit sur internet quand on tape "free energy" sur YouTube par exemple.

L'énergie du soleil est complètement gratos. C'est bien là l'un des avantages indéniables d'un déshydrateur solaire. C'est très économique! L'énergie solaire est (et restera) 100 % gratuite.

Donc une fois l'appareil acheté, son "carburant" sera gratuit pendant toute la durée de vie du deshydrateur (une vie entière si vous en prenez soin). 


Lutte contre l'inflation

À l'heure où j'écris ces lignes, l'inflation bat des records en France (et dans le monde en général).

Quand on voit le prix du gaz, du carburant, du bois de chauffage, du kilowatts, des pellets ou du fioul qui augmente, cela vaut le coup de considérer les solutions solaires, n'est-ce pas ?


Avantage #2 d'un déshydrateur solaire: une source d'énergie pratique

L'énergie est facilement disponible

Contrairement à l'électricité, au gaz ou au pétrole qui ont besoin d'être produits, la chaleur du soleil est elle immédiatement disponible.  Il suffit de la capter. De plus, pas besoin de branchement EDF ou autre raccordement, avec le soleil, l'énergie vient à vous toute seule, ou que vous habitiez.


L'énergie n'a pas besoin d'être stockée

Le soleil est également une source d'énergie qu'on n'a pas besoin de stocker. Par exemple, avec un BBQ, vous avez besoin de stocker du charbon de bois. Avec une cheminée, il faut stocker des stères de bois. Avec un déshydrateur solaire, il n'y a aucune gestion de stock à effectuer.


Bocaux maison de fruits et légumes déshydratés. En plus d'être une méthode de conservation facile, déshydrater soi même est très économique.


Avantage #3 d'un déshydrateur solaire : c'est écologique

Écologique: pas de consommation de combustible

Ni gaz, ni électricité, ni bois, ni charbon. Il n'y a aucun dégagement de C02. C'est donc 100% zéro déchet.

L'empreinte écologique d'un déshydrateur solaire est donc très faible, d'autant plus votre déshydrateur, vous allez le garder à vie si vous en prenez soin.  Tout comme un purificateur d'eau berkey, un déshydrateur solaire est un investissement sur le long terme.  


Pas besoin de frigo !

Une fois l'humidité retirée des plantes et aliments, ces derniers se conservent simplement dans un contenant hermétique. Pas besoin de frigo ni d'électricité.


Avantage #4 D'UN DÉSHYDRATEUR SOLAIRE : c'est 100% low-tech

Au diable l'obsolescence programmée !

Raaalala, qui n'a jamais ragé devant l'obsolescence programmée de toutes nos machines électriques ? Chaudière de moins de 10 ans à changer parce que le régulateur électronique ne se fait plus.

Idem sur une machine à laver dont un petit composant a rendu l'âme, mais ce dernier est coulé dans la résine, obligeant à changer toute une carte électronique (quasi le prix d'une machine neuve...).

Pièces prévues pour casser à la fin de la garantie... bref, les exemples sont nombreux ! Certaines personnes adorent jeter et consommer du nouveau tous les ans, personnellement, je trouve ça scandaleux et je n'accorde plus qu'une confiance minime à tous ces industrielles et lobbyistes. 


Vive le low-tech !

En opposition au high-tech, le low-tech défini toutes ces technologies simples, rustiques, fiables et faciles à entretenir. À l'époque ont l'on nous parle tous les jours de développement DURABLE, le cahier des charges low-tech d'un déshydrateur solaire colle parfaitement à une vision de développement durable.




Les limites d'un dÉshydrateur solaire 


Hé oui, ça serrait trop beau s'il n'y avait pas d'inconvénients. 

Voici donc, après plusieurs mois de test, les défauts que je trouve. Je vous explique après comment je les aie résolus. 


Ça ne fonctionne QUE lorsqu'il y a du soleil direct

Élémentaire mon cher Watson. Il suffit de nuages ou d'un temps gris pour réduire considérablement les performances d'un déshydrateur solaire. 

Vous allez me dire, c'est normal, si c'est solaire, ça ne fonctionne qu'avec le soleil !

La plupart des déshydratations nécessitent plusieurs jours de soleil. Il faut donc vérifier la météo avant de se lancer. Cependant, on connait tous la fiabilité relative de Météo France.  Or, il suffit que de gros nuages se pointent pour tuer votre capacité à déshydrater. 

Même s'il s'agit de travailler AVEC la nature et de s'adapter à elle, il est vrai que c'est assez frustrant de voir les nuages venir alors qu'il reste de bonnes heures avant de finir complètement une déshydratation.


Ça demande du temps

Même s'il fait beau plusieurs jours d'affilés, une déshydratation solaire prend du temps. Là où un déshydrateur électrique peut tourner jour et nuit, 24h sur 24 et quelle que soit la météo, un déshydrateur solaire n'aura au maximum que 8h de soleil intense par jour. 


Ça demande du soin

Il faut être présent pour sortir le déshydrateur en plein soleil le matin, le tourner au moins une fois en milieu de journée pour qu'il fasse face au soleil, et le rentrer le soir. 

Aussi, si vous voulez garder longtemps votre déshydrateur solaire, sachez que ce genre d'appareil n'est pas fait pour rester dehors toute l'année et subir les intempéries. 

À moins de vernir ce dernier avec du vernis marin "ultra protection" mais dans ce cas, c'est un choix: personnellement, je préfère éviter l'utilisation de produits chimiques dans un appareil qui va "chauffer" ma nourriture. Si j'ai fait la chasse au téflon et à l'aluminium dans ma cuisine, ce n'est pas pour balancer des vapeurs de vernis sur ma nourriture. (Voir les articles fonte et verre). 


Oubliez la viande (beef jerky) 

La viande est trop délicate et il est impossible de sécher de la viande dans un déshydrateur solaire.

Oubliez donc le beef Jerky (languette de viande séchée) qui réclame une température constante et bien maitrisée. 


La résilience, c'est prévoir des back-up*

*back-up = solutions de secours

Après ces inconvénients, vous allez me dire que ce n'est pas si bien finalement. 

Eh bien tous ces inconvénients disparaissent avec l'acquisition d'un déshydrateur électrique. 

Quoi ? Électrique? Il a bien dit électrique? Hérétiiiiique !!!

Oui bon, calmons-nous, je vais m'expliquer. 

Je suis un grand fan des systèmes low-techs, mais je dois avouer que si l'on souhaite se lancer de façon sérieuse dans la déshydratation, alors il faut prévoir un back-up.

En effet, si les nuages se pointent et restent trop longtemps, il ne vous reste que 4 solutions pour éviter de perdre votre nourriture:

  1. Espérer que ce soit passager et attendre le retour du soleil en misant sur le fait que la météo s'est trompée.  
  2. Manger ou cuisiner vos fruits ou légumes avant qu'ils ne se perdent (ce qui n'est pas l'objectif ici, car ou cherche à les conserver). 
  3. Finir la déshydratation dans votre four traditionnel. Cependant, il faut pouvoir régler votre four à 60°C ou moins. En été, réchauffer la cuisine en faisant tourner le four pendant 10 heures n'est pas non plus une solution. 
  4. Finir la déshydratation dans un déshydrateur électrique. La solution que je préconise et que j'utilise quand la météo se gâte.  


Les déshydrateurs électriques

Les déshydrateurs électriques, solution ultime?

On remplit les clayettes, on le branche sur la prise murale, on règle la température et le timing et hop, une résistance se met à chauffer et un ventilateur assure la circulation de l'air.

Il est vrai que ça peut paraitre super pratique au quotidien pour déshydrater facilement à n'importe quel moment. 


Les problèmes d'un déshydrateur électrique

Cependant, il n'en reste pas moins que ces appareils ont un énorme inconvénient : non seulement ils sont dépendants de l'électricité pour fonctionner, mais en plus, ils consomment un max!

Selon les modèles, ces appareils consomment entre 500 et 2000 watts. Il faut savoir que la plupart des recettes réclament généralement 12h de séchage. Cela représente donc un cout en électricité

De plus, dans une optique de résilience (être capable de rebondir et surmonter les imprévus), il est difficile de changer soi-même un composant électronique ou même produire soi-même l'électricité permettant de faire fonctionner cette machine.

Enfin, contrairement au four traditionnel de votre cuisine, vous pouvez comme moi placer votre déshydrateur ou vous le voulez, sous abris (garage, sous-sol, auvent, etc.) en dehors de l'habitation pour éviter de trop réchauffer le logement en été (la plupart des déshydratations ont lieu l'été, lors des récoltes). 


Conclusion sur les déshydrateurs électriques

Bref, dès que possible, j'utilise mon deshydrateur solaire pour tous ces avantages (énergie gratuite, low-tech, etc.) et selon le principe du "tout ce qui est pris n'est plus à prendre". Mais dès que le temps se gâte, alors je bascule sur mon modèle électrique afin de ne pas stopper ma production de fruits et légumes secs. 

Pour les curieux, voici le modèle que j'utilise. De marque Cosori, full inox, 6 plateaux, 650 watts, réglage ultra simple. Très bon matos.

Revenons maintenant au sujet de cet article et aux séchoirs solaires. Si le prix du kilowatt et du gaz ne font qu'augmenter, un séchoir solaire, lui, ne consomment pas un rond !




Comment fonctionne un séchoir solaire ?


Quel que soit le modèle de déshydrateur solaire, les principes sont toujours les mêmes.

Le principe pour déshydrater : Chaleur et ventilation

Ce sont les deux paramètres essentiels pour assurer la déshydratation des aliments.

  • Il faut assurer une température comprise idéalement entre 35 et 55°C.
  • Il faut assurer une ventilation pour évacuer l'humidité des aliments.

 

C'est cette double action (chaleur + ventilation) qui permet l'évaporation de l'eau et la déshydratation optimale de vos aliments. 


Design efficace pour un déshydrateur solaire

Il existe de nombreux designs de deshydrateur visibles sur google. Si les designs diffèrent d'un modèle à un autre, les principes vus ci-dessus, eux, sont toujours les mêmes.

Donc premier paramètre: il faut de la chaleur et pour cela, rien de tel que de créer un effet de serre. 


1/ Une "boite" avec une vitre exposée en plein soleil. 

Rien que ça, ça va chauffer, tout comme votre voiture garée au soleil : une boite avec des vitres. 


2/ Absorbeur solaire 

Pour que ça chauffe un peu plus, on ajoute un absorbeur: une plaque noir mat est placée derrière la vitre.

  • Noir : parce que c'est la couleur qui absorbe le plus le rayonnement solaire.
  • Mat : car une surface brillante réfléchie une partie du rayonnement là ou une surface mat en absorbe plus.  

Il suffit de toucher un objet noir ou très sombre laissé en plein soleil puis de comparer en touchant un objet blanc (ou d'une autre couleur). 

La différence est flagrante. Le noir absorbe le soleil. Le blanc, le réfléchi.  

L'objet noir va se mettre à chauffer, plus qu'un objet blanc. En effet, comme l'objet noir absorbe une partie du spectre lumineux et ne le renvoi pas, il va convertir cette énergie en chaleur.


3/ L'air chaud monte vers les clayettes 

Cet air chaud va ensuite monter naturellement. L'air chaud monte, c'est le principe des montgolfières, et si vous avez une maison à étage durant les périodes de canicules, vous connaissez aussi ce principe : il fait plus chaud en haut qu'en bas.

On dispose donc des clayettes grillagées sur le passage de l'air chaud. Les aliments disposés sur ces clayettes vont donc être baignés d'air chaud qui va absorber leur humidité.


4/ La ventilation naturelle

Maintenant, il faut assurer une ventilation à tout cela pour permettre à l'humidité que l'on retire des aliments de s'échapper.

Pour cela, un déshydrateur solaire dispose de 2 prises d'air: l'une tout en bas du déshydrateur, pour assurer une entrée d'air frais.

Cet air est ensuite réchauffé dans le caisson, il passe ensuite par les aliments, absorbe une partie de leur humidité et fini par s'évacuer par un orifice au point le plus haut du déshydrateur solaire.

Voilà pour le principe général d'un déshydrateur solaire.

Mon ancien déshydrateur solaire fait maison 

Il y a des années, j'avais fait un déshydrateur solaire DIY. Pour le coup, j'avais vu gros! Trop gros...


Le capteur solaire

Le capteur solaire était constitué d'une "boite" en planches de coffrage brutes.

En guise d'absorbeur (surface noire pour faire monter la température), j'avais utilisé des ardoises en pierre naturelle. 

Les ardoises sont très efficaces pour capter la chaleur, mais l'inconvénient majeur est le poids. Impossible de bouger la bête.

C'est un modèle de capteur solaire statique. Par-dessus, une vitre de douche en verre trempée (pour la résistance aux intempéries). 


Mon premier deshydrateur solaire fait maison etait fait en planches de coffrage et en ardoises.

Une ouverture grillagée (grillage fin anti rongeur + moustiquaire anti insecte) était présente à la base du capteur pour faire une entrée d'air. L'air est ensuite réchauffé dans le capteur avant de monter via une conduite vers...

Le caisson de déshydratation

À l'étage de la grange se trouvait le caisson. Il s'agissait un vieux congélateur récupéré en déchetterie et posé à la vertical. J'avais fait 2 trous dedans.

L'un à sa base pour la gaine d'arrivée d'air chaud, et l'autre à son sommet pour l'extraction de l'air chaud / humide.

Des tasseaux vissés dans les parois permettaient de maintenir des clayettes. Il fonctionnait très bien, mais seulement sur une courte période de temps, entre 11h et 15h.

Un congélateur recycler en deshydrateur solaire XXL

En effet, je n'avais pas pu trouver un emplacement idéalement exposé. Avant et après ce créneau horaire, des arbres ombrageaient le capteur solaire.

J'avais le choix entre couper les arbres et optimiser mon capteur, mais j'ai préféré épargner mes fruitiers. La vie est une histoire de compromis pas vraie? 


Mon expérience avec des séchoirs solaires

Ce capteur, entièrement fait avec de la récup, était loin d'être parfait, mais il m'a permis de me rendre compte de la puissance que l'on peut capter et de pas mal expérimenter la déshydratation solaire. 

Nous avons ensuite déménagé et avons laissé "la bête" derrière nous par manque de place dans le camion.

Pendant quelques années, le travail et le manque de temps m'ont fait oublier la déshydratation solaire jusqu'à ce que, avec ma femme, on entende parler d'une campagne de financement participatif sur Ulule pour aider le projet de déshydrateur solaire de Solar Brother.  

On a sauté sur l'occasion pour s'y remettre !

Ce qui nous amène à OMY, le déshydrateur solaire de Solar-Brother.




Présentation  du déshydrateur solaire OMY de Solar Brother


Le deshydrateur solaire de Solar Brother OMY. Le miroir améliore les performances.

Les performances du déshydrateur sont booster via le miroir inclinable
et le panneau solaire qui alimente un ventilateur.  

Le séchoir solaire OMY de la société française Solar Brother permet de deshydrater fruits et légumes pour les conserver.

On aperçoit le thermomètre qui permet de contrôler la température du séchoir. 

rondelle de pomme dans un séchoir solaire.

Les aliments sont disposés sur les claies.


Pourquoi le modèle de Solar Brother se démarque?

A propos de Solar-Brother

Solar-Brother est une dynamique société française (cocorico !) spécialisée depuis plus de 20 ans dans la recherche et la conception de solutions solaires innovantes.

Briquets solaires, fours solaires, déshydrateurs solaires et de nombreux autres projets dans les cartons.  Ce sont des passionnés avant tout !

 

Made in France

Il existe des tas de modèles DIY sur la toile, mais très peu de modèles commerciaux. C'est parfait pour ceux qui n'ont pas le temps de se lancer dans le bricolage ou ceux qui veulent un produits tout de suite efficace.


Particulièrement compact !

Si vous avez déjà vu des exemples de déshydrateurs sur le net (ou la bête que j'avais construit ^^) vous avez pu voir qu'ils sont habituellement très grands et pas très mobiles.

Eh bien Solar-Brother, eux, ont réussi à faire un déshydrateur ultra compact (50 cm x 35 cm de base pour 70 cm de haut) qui se déplace facilement grâce à son poids léger, ses poignées rondes de chaque côté ainsi que les cordes jaunes qui verrouillent les plateaux en place. C'est absolument génial. De plus, il ne prend pas une place de dingue quand vous le rangez. 


La ventilation forcée

Pour améliorer encore l'efficacité, un petit ventilateur est mis en place pour forcer la circulation d'air. Ce dernier est alimenté par un petit panneau solaire fourni avec le déshydrateur. 

Non seulement cela force la circulation de l'air et accélère le processus), mais en plus, l'interrupteur à plusieurs vitesse permet de régler la température à l'intérieur du caisson. 

Les morceaux de moustiquaire placés devant toutes les ouvertures évitent aux insectes d'entrer dans votre déshydrateur.

La prise USB permet d'y brancher le panneau solaire ou même une power-bank pour assurer la ventilation 24h/24.

Le miroir du OMY

Le déshydrateur solaire OMY est également équipé d'un miroir placé devant la vitre. Ce dernier permet d'améliorer encore les performances en envoyant encore plus de rayonnement solaire vers la vitre.

Solar Brother connait bien la puissance des miroirs puisque tous leurs fours solaires fonctionnent avec des miroirs pour réfléchir et décupler les performances.


Mouton-Résilient et Solar-Brother

Mouton-Résilient est partenaire avec Solar-Brother. 

Pourquoi ?

Parce que comme je l'ai déjà dit, je suis fan de tout ce qui est low-tech. Je suis convaincu que ces solutions sont l'avenir. Les technologies low-techs répondent en effet à de nombreuses problématiques actuelles : C'est simple, rustique, fiable, facilement réparable soi-même.

Bref, c'est tout l'inverse de ce que les industriels font en ce moment.  

De ce fait, les solutions proposées par Solar-Brother correspondent tout à fait au cahier des charges de Mouton-Résilient : des solutions durables, autonomes et résilientes pour les citoyens prévoyants, les autonomistes, les survivalistes et tous ceux qui recherchent à reconquérir un certain niveau d'indépendance.



 Assemblage du déshydrateur solaire OMY de Solar Brother


Étape #1 : assemblage du déshydrateur OMY

Le déshydrateur solaire arrive en kit. Le packaging est optimal et l'ensemble assez léger. C'est plutôt bon signe pour pouvoir le déplacer facilement.

Le colis du déshydrateur solaire OMY. Parfaitement bien emballé.
Contenu du colis du deshydrateur solaire de Solar Brothers : le OMY

La notice en main, ça se monte comme un meuble Ikea avec simplement un tournevis cruciforme (ou une visseuse), un mètre (pour vérifier la dimension de certains panneaux) et une petite pince plate pour tenir et serrer des écrous. Perso, et sans doute dû à une déformation professionnelle, j'ai également utilisé une visseuse avec une mèche pour prépercer les trous.


Les éléments s'emboitent au quart de poil. L'usinage est parfait et c'est tant mieux, car on cherche à rendre le tout le plus hermétique possible. 

Il faut bien que tout soit parfaitement aligné. Prenez votre temps pour bien faire les choses. Vous allez le garder des années, autant s'appliquer 😉

Alignement parfait, vous pouvez maintenant y mettre la vis.


Montage du deshydrateur solaire est similaire à un meuble en kit Ikea
Le deshydrateur solaire OMY une fois assemblé, avec ses 3 clayettes avec grilles inox et son toit.

Ci-dessus, sur la photo de droite, le séchoir solaire monté :

  • Le caisson vitré avec le volet orientable sur lequel est placé le film miroir
  • Une fine grille inox  (maille de 3 mm) prend place au-dessus du caisson pour recueillir d'éventuels futurs aliments qui tomberaient ;
  • 3 clayettes (pour le modèle de base) avec grille inox sur lesquelles on disposera les aliments à déshydrater ;
  • Le toit ajouré par les ventilations supérieures ;
  • Le thermomètre permettant de contrôler la température ;
Le deshydrateur OMY de Solar Brothers est 100% made in France. Les clayettes prennent place au dessus du caisson solaire avec son miroir, son absorbeur et sa vitre en plexiglass.
Tous les élements du deshydrateur solaire OMY sont assemblés. Prochaine étape : la protection du bois pour plus de durabilité.

Photo de gauche, les clayettes sont mises en place au sommet du caisson. 

Photo de droite, le OMY complètement assemblé et fermé. À noter : Le système de poignées rondes et de cordes jaunes (une de chaque côté) permettant de facilement solidariser le tout est à la fois ingénieux, design et efficace. Je trouve que cela ajoute une belle note "low-tech" à l'ensemble. Bien joué !

 

ÉTAPE #2 : traitement du bois

Ce que dit la notice :

"Nous avons choisi un bois doublé en peuplier Oukoumé pour assurer sa durabilité. Cependant, avant utilisation, il est nécessaire de vernir OMY afin de protéger le bois pour prolonger son aspect et sa résistance à l'humidité.

Pour cela, vous pouvez le vernir avec des huiles naturelles. Nous vous recommandons l'huile de lin pour la partie extérieure et l'huile de tournesol pour l'intérieur (contact alimentaire). Appliquer au pinceau et laisser sécher 24 h avant utilisation."


Le traitement du bois

Voilà un traitement du bois qui me parle ! Fan de restauration de vieux outils, l'huile de lin est mon choix numéro 1 pour l'entretien du bois. Quant à l'huile alimentaire, c'est ce que je fais pour entretenir les spatules en bois et autres planches à découper de la cuisine. 

Donc, c'est parti pour la protection du bois à base d'huile de lin et d'huile alimentaire.

Application d'huiles naturelles pour protéger le bois. Huile de lin pour l'extérieur et huile alimentaire pour l'intérieur du deshydrateur solaire?

Toutes les surfaces extérieures ont nécessité un bol d'huile de lin. 

L'intérieur du deshydrateur solaire OMY est traité avec de l'huile de tournesol alimentaire.
L'intérieur du deshydrateur solaire OMY ets traité avec de l'huile de tournesol alimentaire.

 Toutes les surfaces intérieures sont également huilées au pinceau avec de l'huile alimentaire
(ici de l'huile "Fruit d'or").
Là aussi, cela prend l'équivalent d'un bol.


Note : évitez de mettre de l'huile sur le miroir. Protégez ce dernier avec du masking tape (adhésif de protection pour peinture) ou prenez soin d'essuyer aussitôt avec un chiffon les traces d'huile de lin du miroir. Si des traces d'huile de lin sèchent sur le miroir, elles seront très difficiles à enlever ensuite.

traitement extérieur du bois du deshydrateur OMY avant première utilisation. Ici, il s'agit d'huile naturelle de lin.

Si vous n'avez jamais utilisé d'huile de lin avant, sachez que c'est vraiment très facile à appliquer. Ce n'est pas comme de la peinture. Ici, vous pouvez repasser plusieurs fois au même endroit, ça ne se verra pas et ça ne fera pas de traces. L'huile est rapidement absorbée par le bois. 


Recettes pour le traitement du bois à l'huile de lin

Si vous êtes pressé, une couche d'huile pure peut être appliquée. À renouveler disons une fois par an. C'est ce que j'ai fait ^^

Si vous voulez faire les choses comme un pro, alors plusieurs couches sont nécessaires.

Typiquement, avec l'huile de lin, on applique généralement 4 couches plus ou moins diluées avec de l'essence de térébenthine pure gemme. L'essence de térébenthine pure gemme (meilleure qualité) permet de faire voyager l'huile de lin plus en profondeur dans le bois (et ainsi assurer une meilleure protection du bois).

Première couche :    75% d'essence de térébenthine et 25% d'huile de lin

Deuxième couche :  50% d'essence de térébenthine et 50% d'huile de lin

Troisième couche :   25% d'essence de térébenthine et 75% d'huile de lin

Quatrième couche:   huile de lin pure, en application au chiffon.

Vous l'avez compris, au début, on dilue fortement pour faire pénétrer l'huile en profondeur ans le bois puis couche après couche, on met de moins en moins de diluant.

Une fois entièrement traité, j'ai attendu 24h-28h que ça sèche avant de me servir de mon déshydrateur solaire. L'huile de lin a une odeur assez persistante au début. Il est bon de laisser votre séchoir dans un local ventilé ou en extérieur, sous abris, pendant le séchage de l'huile.  


Protégez votre déshydrateur des intempéries

Le bois a beau être protégé ainsi, il ne faut pas laisser votre déshydrateur dehors. Ces traitements écologiques ne sont pas non plus aussi efficaces qu'un vernis marin (ce que vous pouvez faire pour les faces extérieures si le cœur vous en dit) et n'assurent pas une protection face à la pluie. Il faut donc veiller à rentrer votre déshydrateur entre chaque utilisation.


ÉTAPE #3 : Réglage du miroir 

Le miroir est un élément essentiel pour optimiser les performances

Il s'incline plus ou moins pour s'adapter au soleil. 

Votre miroir est bien réglé quand 100% de la réflexion du soleil tape dans la vitre du caisson. 

Explication en image:

Le miroir du deshydrateur bien orienté. Il n'y a pas de reflets sur le bois, tout est sur le la vitre.

Le miroir est bien réglé. On ne voit PAS de lumière sur le bois, au-dessus de la vitre.

Le miroir du séchoir solaire OMY mal réglé. Il ne doit pas éclairer le bois au dessus de la vitre.

Le miroir éclaire trop haut. Il faut donc le baisser jusqu'à la limite où l'on ne voit plus de reflets lumineux sur le bois.  

L'orientation du séchoir solaire OMY est mal réglée. La lumière réfléchie doit être à 100% sur la vitre.

Le miroir éclaire un peu trop haut et la partie droite du bois n'est pas éclairée. Cela signifie qu'il est temps de légèrement tourner votre déshydrateur pour qu'il soit bien face au soleil. 



 Expérimentations et recettes avec le déshydrateur OMY 


Allez hop, c'est parti ! 


Les délais de séchage

Ce n'est pas évident de donner une réponse facile à cette question. Cela dépend de nombreux paramètres:

  • La quantité d'eau dans vos aliments
  • La température extérieure
  • L'humidité extérieure
  • La présence ou non de nuages pendant le processus
  • L'orientation optimale ou non de votre déshydrateur solaire
  • La quantité de nourriture dans le déshydrateur
  • Si les aliments sont coupés plus ou moins fins
  • Etc.

Je pense que les résultats doivent varier fortement d'un utilisateur à un autre.

Pour vous donner une idée, de mon expérience, il faut au moins 2 jours en plein soleil pour déshydrater la plupart des aliments qui contiennent peu d'eau. 

Le site de Solar-Brother annonce "6 à 48 h de séchage en fonction des aliments". 


Comment savoir si c'est suffisamment déshydraté? 

Pour savoir si vous avez laissé vos fruits assez longtemps, le test est simple: mettez vos fruits dans un bocal hermétique (ici un bocal le parfait) et fermez le bocal. Au bout de quelques instants, si de l'humidité arrive sur les bords du bocal, c'est que vos fruits contiennent encore de l'humidité et qu'il faut les remettre un moment dans le séchoir.

L'humidité du bocal prouve qu'il y a encore de l'humidité dans les fruits.
Bocal de prunes pas suffisamment déshydraté au vu de la condensation.

On voit bien ici la condensation qui s'est déposée sur les parois du bocal. Les aliments ne sont pas encore prêts, il faut continuer le séchage. 


Séchage de plantes (menthe) 

Branches de menthe en place dans le deshydrateur solaire.

Notre première expérimentation fut la menthe du jardin. Normalement, il faut enlever les tiges pour ne déshydrater que les feuilles (ça va ainsi beaucoup plus vite), mais nous avons tout mis pour le côté pratique.  

Après une journée en plein soleil, le résultat est déjà convaincant. Par sécurité, nous avons remis le déshydrateur au soleil la matinée suivante.  

Mise en bocaux des feuilles de menthe sèches. Je peux vous dire que ça sent drôlement bon et que ça va être super pour les tisanes cet hiver.

menthe fraiche séchée, en bocal pour la maintenir à l'abris de l'humidité.

Si vous séchez beaucoup de plantes du jardin pour vos tisanes, les herbes aromatiques, pour la cuisine ou encore pour alimenter votre pharmacie, un déshydrateur solaire est l'outil idéal pour rapidement dessécher les plantes et ainsi pouvoir les conserver.  


Pommes déshydratées 

La règle d'or avec un déshydrateur solaire, c'est de couper fin les aliments pour accélérer leur séchage. Plus ils ont de surface en contact avec l'air, plus vite, ils vont sécher. 

Pour ce faire, il existe différents outils :


Perso, nous avons la chance d'avoir une superbe mandoline de pro (achetée sur leboncoin) qui rend ce travail très rapide. Je n'arrête pas de le dire, mais si vous voulez faire de bonnes affaires, il faut connaître les bonnes adresses.

disposition des rondelles de pomme dans un séchoir solaire.
faire des rondelles de pommes avec une mandoline. L'outils parfait.
rondelle de pomme dans un séchoir solaire.

Le résultat : hé oui, ça rétrécit vachement !

Les clayettes avec des rondelles de pomme.
pommes séchées en bocal.

Pommes déshydratées. C'est super dans le bol de céréales du matin.


Prunes déshydratées

Nous avons coupé les prunes en deux et avons enlevé les noyaux. 

Clayette de prunes déshydratées.
séchage de prune dans un deshydrateur solaire.
Les clayettes du deshydrateur OMY avec des prunes séchées.

Lors du test de mise en bocal, de l'humidité est apparue très rapidement, une fois le bocal fermé (photo ci-dessus du bocal humide). C'est donc le signe que les prunes manquent de séchage. Nous les avons donc remises pendant quelques heures. 

Cependant, nous n'avons PAS pris le temps de refaire le test du bocal et avons estimé que ces quelques heures supplémentaires devaient être suffisantes. Le bocal a été fermé et mis dans le placard. 

Quelques jours plus tard, nous avons découvert des moisissures sur nos prunes. Le délai de séchage était en conséquence insuffisant.

Rien de dramatique au final, mais je préfère vous transmettre cette expérience pour que vous soyez vigilant sur le timing de vos séchages. On apprend en se brulant pas vrai 😉

les prunes déshydratées avaient encore de l'humidité au moment de les mètres en bocal. Résultat, ça a moisi.


Abricots déshydratés au séchoir solaire

Un demi abricot déshydrater dans le déshydrateur solaire OMY de Solar Brother.

Ce coup-ci, on a fait ça dans les règles de l'art, pas de mauvaises surprises.

Nous les avons coupé en deux, enlevé les noyaux et disposé sur les clayettes, coté peau sur la grille. 

Nous avons eu des épisodes nuageux. Il a fallu 4 jours.

Résultat impeccable. Ils sont moins beaux que ceux du supermarché, mais le gout est là.

Un demi abricot déshydrater dans le déshydrateur solaire OMY de Solar Brother.


Bananes séchées au déshydrateur solaire 

Rondelles de banane déshydratées dans le déshydrateur solaire OMY de Solar Brother.


Nous avons fait 900 grammes de bananes (soit 9 bananes épluchées). Après déshydratation, la balance n'indique plus que 300 g.

Il ne reste plus qu'un tiers du poids (et également 1/3 du volume de départ). C'est en déshydratant qu'on se rend compte de la quantité d'eau présente dans les aliments. 

Apparemment, on peut pousser jusqu'à avoir des rondelles de banane croquantes. Nous préférons les avoirs encore moles.

Même si elles paraissent encore un peu humides en surface, elles ont passé le test du bocal et se conservent parfaitement.

Rondelles de banane déshydratées dans le déshydrateur solaire OMY de Solar Brother.



Journal de bord à imprimer


Durant nos experimentations, nous avons pris l'habitude de prendre des notes. Date de début, type de nourriture, durée du séchage, conditions météo durant le séchage, etc. 

Le but est de garder une trace de nos "recettes" :

- Pouvoir comparer nos résultats

- Nous souvenir des délais pour tel ou tel aliments

- Comparer la différence de temps de séchage entre les aliments coupé de telle ou telle façon

- Mieux envisager les années suivantes. 

- Etc. 

Pour éviter de nombreuses feuilles volantes, nous avons rédigé un tableur au format A4, qui permet de très rapidement prendre quelques notes sur le terrain.


Ce document à imprimer est disponible gratuitement ci-dessous.  




Conclusion sur le séchoir solaire OMY de Solar Brother


Derrière sa taille compacte se cache un déshydrateur solaire tout à fait performant. Il est facile à déplacer au soleil et à rentrer le soir. Complètement low-tech, ce système permet de faire de sérieuses économies. Nous avons passé l'été à faire différents séchages et nous en sommes très contents. 

Dans le panel des différentes techniques de conservation de la nourriture, (lactofermentation, salaison, pasteurisation, congélation, etc.), le séchage est un outil de plus qui permet une autre forme de conservation de la nourriture qui ouvre de nouvelles portes :

  • Chips de légumes pour l'apéro
  • Fruits secs pour faire des céréales muesli maison
  • Pour le gouter
  • Pour les encas pendant les balades et les randos
  • Pour mettre dans les salades
  • Pour conserver nos plantes aromatiques et médicinales


La déshydratation est un processus assez simple à faire. Il faut juste de la patience et un investissement de base à faire. Ensuite, avec un déshydrateur solaire, toute l'énergie que l'appareil va consommer durant sa vie sera 100% gratuite, et ça, ça vaut de l'or! 

C'est sans parler de l'impact écologique quasi inexistant.

En revanche, comme tout ce qui fonctionne à l'énergie solaire, il y a des limites. C'est la raison pour laquelle j'ai également investi dans un déshydrateur électrique.

Ce dernier est complémentaire et il est ma solution de secours quand il n'y a pas de soleil.


Ainsi, dans le but de développer notre indépendance, notre autonomie et notre résilience pour les année à venir, tous ces appareils low-tech correspondent parfaitement à notre cahier des charges survivaliste.

 



Ressources


Solar-Brother

-=> Découvrir le séchoir solaire OMY sur la boutique de Solar Brother

Séchoir solaire OMY – S

Séchoir solaire OMY – M

Séchoir solaire OMY – XL

=> Découvrir tous les produits innovants de Solar Brother dont voici quelques exemples:

Briquet Solaire SunCase

Cuiseur solaire pliable SunGood

Matériel de survie solaire

Cuiseur solaire enfant SunLab

Four solaire Sunplicity

Barbecue Solaire GoSun Sport

Four solaire Suntaste
200 XL

Four solaire Sunchef

Barbecue GoSun Fusion


PLANS gratuits pour fabriquer un déshydrateur solaire

Si vous êtes bricoleur et que vous avez du temps, il existe de nombreux plans sur internet pour faire soi-même son déshydrateur solaire. Les conceptions DIY sont économiques, mais surtout très fun à réaliser en famille !

Attention cependant aux matériaux que vous utilisez. J'ai vu pas mal de vidéos sur le net ou la personne peint à la peinture en bombe son absorbeur en noir.

Je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'utiliser une peinture chimique à l'intérieur d'un séchoir solaire. Le but, avec un séchoir, est de conserver la nourriture, mais surtout de manger sain.


Les plans open sources (gratuits) de Solar-Brother

À ce propos, Solar-Brother met à la disposition de tous des plans et conseils d’utilisation en open source (téléchargeable gratuitement) pour réaliser toutes sortes de conception en auto-construction : cuiseur solaire transportable, barbecue solaire, chauffe-eau solaire, Four solaire, etc.

=> Accéder aux plans gratuits de Solar-Brother

Partagez cet article !

Téléchargez votre guide PDF gratuit

Le matériel survivaliste pertinent qu'il est particulièrement judicieux d'avoir. 

Le guide super utile pour partir sur de bonnes bases et vous donner des idées..

Couverture du Ebook gratuit: Les 15 objets simples qu'il faut prévoir "au cas où" de Mouton Résilient. 2e version, revue et augmentée.
Mouton-Résilient Logo

Mouton-Résilient

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des principes simples dans le but d'être plus indépendant avec une meilleure qualité de vie. En prime, cela permet de bien mieux surmonter les crises et les situations d'urgence et d'envisager l'avenir plus sereinement. [En savoir plus sur notre équipe et nous contacter] 

En cas de suggestions ou de remarques, vous avez à votre disposition un espace commentaire dédié sous les articles (votre commentaire sur le blog restera parfaitement pérenne, bien au contraire des réseaux sociaux éphémères). 

42 commentaires sur “OMY : le déshydrateur solaire de Solar Brother”

  1. Contrairement à tout ce que l’on voit jusqu’ici, chapeau le design !
    Les deshydrateurs sont toujours énormes, sans poignées de transport, sans roulettes, c’est du n’importe quoi pour des meubles que l’on doit régulièrement déplacer pour optimiser leurs performances.
    Votre modèle est parfait à ce niveau.
    Je me demande si un vrai miroir ne serai pas plus efficace? Qu’en pensez-vous?
    Merci de cette découverte et bravo au designer!
    Paul

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour PL,
      Je suis entièrement d’accord avec vous, excellent design de Solar Brother.
      Je me suis posé la même question pour le miroir, mais sur le site de SolarBrother, vous verrez que le film miroir est quasi réfléchissant qu’un vrai miroir (et beaucoup moins lourd).
      Bonne journée

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour,
      S’ils sont parfaitement déshydratés, alors pas d’eau = pas de moisissure possible.
      Au moins un an, je dirais.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Le Made In France à un prix.
      De plus, il faut voir ça comme un investissement sur le long terme.
      Dans ce cas, c’est très rentable. Il suffit de regarder votre facture d’énergie qui augmente tous les trimestres… 😉

  2. je ne vois pas pourquoi acheter un sechoir alors que les plans sont partout sur la toile en une petite recherche google de 2 minute

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Je me répète, mais Solar Brother met à disposition des plans gratuits ainsi que les matériaux nécessaire à la fabrication DIY (miroir).
      Le temps, c’est de l’argent comme on dit 😉

  3. Bonjour, j’ai un modèle fait maison et je l’ai attaché à un diable pour le déplacer plus facilement. Ce modèle est bien plus petit (bien plus cher aussi) mais on ne peu pas rivaliser avec de l’autoconstruit.
    Vous le rentrer la nuit, c’est bien ça?

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Oui, il faut le rentrer. Déjà pour le protéger de l’humidité et de la rosée, mais aussi pour limiter le fait que cette même humidité nocturne ne réhydrate vos aliments.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Je ne sais pas encore. Je doute de l’efficacité quand il fera moins 5 dehors. En revanche, pour toute la saison d’été (moment des grosses récoltes), c’est parfait 👌

  4. Simple, efficace, lowtech, j’entends bien vos arguments !
    Merci pour ce retex, je vais creuser le sujet.
    Bonne continuation et merci pour vos article, notamment le DOS (au top!)
    Sentinelle

  5. Cela fait un moment que je me tâte à en fabriquer un. Ce qui me gène le plus, c’est la place que ça prends.
    Êtes vous satisfait par le contreplaqué de ce modèle?

    Merci pour cet article détaillé.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour Bernard, Pour votre bricolage, je vous conseille de vous inspirer de ce modèle, compact et facile à déplacer.
      Oui, le contreplaqué n’a pas bougé de l’été. Je pense aussi que c’est un choix judicieux pour encaisser chaleur et humidité sans se déformer.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Haha, un micro maison peut-etre 😄
      En revanche, sur le meme principe, il existe les murs trombes ou les panneaux solaires à air chaud qui eux, sont dimensionnés pour aider à chauffer un logement 😉

      1. Plutôt pertinent quand on voit l’époque ou l’on va nous couper électricité ou le chauffage en plein hiver…

    2. Regarde le site et la chaine YouTube le brulant ; il propose des chauffe air pour chauffer des habitations ; et il livre partout en France métropolitaine.

  6. Excellent article, merci !!!!
    C’est vrai que le prix de la nourriture séchée est exorbitant.
    Que pensez vous des fours solaires de la même compagnie? Secher de la nourriture je veux bien, mais de là à cuire, j’ai du mal à le concevoir.
    A votre avis? outil intéressant pour un DOS?

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Pas de quoi Sabine.
      Leurs fours sont super, surtout les modèles avec tube de verre sous vide.
      Oh que si ça chauffe !
      En quelques minutes, en plein soleil, vous obtenez à l’intérieur une température similaire à votre four traditionnel.

  7. Bonjour ! Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour cette mine d’informations que vous partagez sur votre site, le soin avec lequel vous le faites. Je n’avais pas encore pris le temps de déposer un commentaire alors que je visite régulièrement vos contenus depuis des mois. Merci beaucoup !

    Vivant en appartement (sans balcon, sinon c’est pas drôle), le déshydrateur attendra, par contre j’aurai toujours l’occasion d’en parler autour de moi.

    Je vois que le déshydrateur est proposé en diverses tailles. Comment définir ses besoins ? Pourriez-vous s’il vous plaît me dire quelle taille vous avez choisie ? Merci ! 🙂

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour,

      Merci pour votre message.

      Le déshydrateur est le même, il y a simplement plus ou moins de clayettes dessus.

      De mémoire la version de base viens avec 3 clayettes, puis 5 et enfin 7 pour le plus gros.

      Moins de clayettes = moins de capacité, mais ça va plus vite pour sécher vos aliments.

      Plus de clayettes = pouvoir mettre plus d’aliments d’un seul coup (mais le temps de séchage sera un peu plus long).

      Perso, j’ai le modèle à 7 clayettes pour mieux encaisser les grosses récoltes du verger / potager.

      Enfin, il est possible de commencer avec le plus petit modèle et d’ajouter ensuite des clayettes supplémentaires si le cœur vous en dis.

  8. pas tres résilient d’acheter du tout fait alors que le bricolage est simple.
    merci quand même pour votre article qui m’a donné quelques idées pour améliorer mon modèle fait maison.
    Vincent P

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour,
      Il en faut pour tout le monde. Même en ayant les compétences, les outils et les matériaux à disposition, le problème est souvent une question de temps.
      On court tous après, pas vrai?

  9. merci pour le pdf qui est tres bien penser. J’ai un sechoir maison et j’aurai du ecrire mes resultats les annees precedentes. On pense se souvenir mais on oubli vite…

  10. Ça semble être un bon produit.
    Et je suis sûr qu’avec un nom à consonance anglo (Solar Brother), ça va impressionner les Français et “booster” les ventes. Surtout que c’est « Made in France » et « low-tech ». Et ça permet de prévoir des « back-up » avec du « masking tape » 🙂

    Comme disait Obélix : Ils sont fous, ces Gaulois!

    JH

  11. Merci pour cet article très intéressant. J’aimerais faire sécher des figues blanches entières, les clayettes ne me semblent pas assez hautes pour cela… Qu’en pensez vous ?
    Merci

    1. Bonjour,

      Dans un séchoir solaire, la finesse et la taille des morceaux de fruits sont très important pour assurer un séchage rapide. Plus vous exposez de surface de fruit à l’air, plus il va sécher rapidement. Je vous conseille plutôt de les couper pour un bon résultat. Pierre

    2. Solar Brother a publié depuis l’été 2023 les plans de ce séchoir là et vend des éléments en kit (grilles, miroir). Je l’ai fait et ajouté des roulettes. Les clayettes sont assez hautes pour y mettre des figues (ça marche très bien), ou des brochettes avec des rondelles de fruits, de champignons (dans ce cas on enlève la grille)….

  12. Bonjour, je suis intéressée par vos déshydrateur solaire mais je me pose la questions des COV étant donné que vous utilisez du contreplaquée donc il y des colles dedans donc ces polluants volatiles peuvent aller se mettre sur les aliments…?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouton Résilient: Survivalisme, autonomie, low-tech

À propos de nous

Nous nous définissons comme citoyens résilients. Nous développons dans nos vies des solutions pragmatiques, à notre échelle, afin d'être le plus indépendant possible...[en savoir plus sur notre équipe]

Mouton Résilient sur Facebook Mouton Résilient sur Instagram Mouton Résilient sur Youtube Mouton Résilient sur Pinterest Mouton Résilient sur Odysee Mouton Résilient sur Telegram

Voir les livres écrits par Mouton Résilient    Recevoir le bon plan Berkey


 

© Mouton Résilient 2019-2024  -   Plan de site  -   Contact & newsletter  -   Partenaires  -   Politique de confidentialité
 

Success message!
Warning message!
Error message!