Filtre Berkey danger ?

L'eau, c’est la vie. Dans cet article très complet, nous allons faire le tour de la question de la potabilisation de l’eau, à l'échelle du citoyen. Pour répondre à la question : NON ! le filtre Berkey ne représente pas un danger! C'est même tout l'inverse.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous allons faire un petit tour d’horizon des notions à connaître. Nous passerons ensuite en revu les normes et filtrations. Vous verrez pourquoi Mouton Résilient à choisi la marque Berkey plutôt que n'importe quel autre système de purification de l'eau (British Berkefeld, osmose inversée, etc)

Nous expliquerons ensuite pourquoi les filtres à gravité Berkey sont un incontournable et chaque citoyen devrait en avoir un. Dans une optique de résilience hydrique, ce filtre a gravité fiable et efficace permet de prendre soins de sa santé au quotidien, en améliorant la qualité de l'eau de ville.

C'est aussi une assurance pour vous et votre famille d'avoir de l'eau potable en cas de situation d'urgence. Cet article vous dit tout ce qu'il faut savoir avant de vous équiper d'un Berkey. 

L’EAU DU ROBINET

Définition d'une eau potable

Avant de vous parler du filtre a gravité Berkey, commençons du début. Vous le savez, toute eau n’est pas bonne à boire. Pour simplifier il existe 2 grandes familles de facteurs pouvant rendre votre eau non potable :

  • Les agents physico-chimiques: nitrate, métaux lourd, pesticides, etc). 
  • Les agents biologiques (virus, bactéries, parasites…)

Rendre une eau potable est donc une eau où ces éléments sont retirés, soit complètement, soit dans des valeurs acceptables pour l'organisme.


Le réseau d’eau courante

En France, sauf incident temporaire, l’eau du réseau de distribution est potabilisée. Pour s’assurer que tout cela est constamment bon, des analyses sont faites régulièrement par les compagnies de distribution de l’eau afin d’adapter les traitements, et dans le pire des cas, prévenir la population de ne plus consommer l’eau courante.

C’est le grand luxe parce qu’en plus de la boire ou cuire les pâtes, on utilise également cette même eau pour se doucher, pour laver le linge et même pour évacuer nos excréments… Pour ces quelques exemples, une eau non potable ferait tout aussi bien l’affaire.

Cela n’est pas fait pour des raisons purement économiques : Créer et entretenir un second réseau d’eau pour un produit à moindre valeur financière (car non potable), depuis les lieux de captages jusqu’à votre robinet, représente un cout énorme et peu de gains.

Même si on l'oublie souvent, il faut avouer : l’eau du robinet est un vrai luxe, que nos ancêtres ont toujours convoités. 

Mais alors diable, pourquoi dédier un article sur la filtration de l’eau alors que ce qui sort du réseau est déjà potable et à un prix imbattable ? 

Et bien comme toutes choses sur ce monde, la médaille a son revers. 


Avantage et inconvénients de l’eau du réseau

Ce qui fait la force de cette eau : c’est le réseau. Traiter de grandes quantités d’eau permet de mutualiser et optimiser les coûts (analyse, inspection des réseaux, traitement), de permettre d’acheminer l’eau partout en mutualisant les engins de chantiers qui creusent les tranchées, forent, de payer des spécialistes qui savent où la trouver, comment l’exploiter et qui garantissent sa qualité. Bref une belle machine bien rodée et performante.


Quant à la faiblesse de l’eau courante : C’est le réseau. « Quoi, mais vous aviez dit que c’était son point fort ? » Effectivement, mais sa plus grande force est aussi sa plus grande faiblesse. On dit que ce système est une belle machine. Et bien comme toute machine, il faut l’entretenir. 

Or ces réseaux sont enterrés, soumis à la charge du sol, à l’humidité, aux mouvements de sol, aux vibrations dû à la circulation, à l’érosion de l’eau qui s’écoule à l’intérieur. Bref, ils n’ont pas la vie facile, et comme tout cela est sous-terrain, il n’est pas aisé non plus de les inspecter et de les entretenir. 

Et comme tout ce qui est technique, cela implique un prix important et beaucoup d’énergies. Et quand bien même ce réseau est bichonné, il ne peut pas avoir une vie éternelle, il arrive un moment où il faut le régénérer, car il est trop vieux/obsolète, c’est-à-dire en gros enlever les vieux tuyaux et en mettre des neufs. 

Lorsqu'on a les moyens (économie florissante), l’énergie (du pétrole à volonté), et les compétences (des techniciens formés), pas de problème.

Mais vous l’avez compris les points cités ne sont pas garantis à vie, et lorsqu’ils commencent à s’affaiblir, le réseau, comme le reste perd de sa splendeur. Il est moins entretenu, moins suivi et les conséquences se font vite ressentir. 

Ajoutez à cela des gens peu scrupuleux qui rognent sur des contrôles et le personnel qualifié, pour assurer les dividendes des actionnaires, vous comprenez que rien n’est garanti éternellement.


Le réseau d’eau est-il SANS FAILLE ?

On vient de le voir un réseau qui marche, c’est très bien, mais il n’est pas à l’abri de la ruine non plus. Et il se peut aussi qu’il soit hors service par moment pour diverses raisons :

  • Panne des pompes (Dépendantes de l'électricité)
  • Pollution temporaire
  • Fuite importante
  • Catastrophe naturelle (glissement de terrain, inondation…)
  • Non réparation sur des branches desservant des habitations isolées
  • Etc.

La conclusion est qu’il est prudent de ne pas tout miser aveuglément sur le réseau d’eau publique.


Les débats sur l’eau du robinet en consommation

Le discours public le plus largement accepté est que l’eau est parfaitement potable. 

Et effectivement, si on regarde statistiquement le nombre de personnes qui consomme cette eau et se porte bien, on peut lui faire confiance, surtout lorsqu’on la compare à celle d’autres endroits au monde.

Néanmoins, par principe de précaution, nous citons les reproches de certains à notre eau courante. Présence d’aluminiums (risque d’Alzheimer ?), de nitrates (attention aux nourrissons), de molécules chimiques comme les pesticides ou des traces médicamenteuses ou encore du radon (gaz radioactif). 

Aussi, comme le souligne très bien Pierre "L'écoleau" dans l'extrait vidéo ci-contre, il faut faire la distinction entre la définition réglementaire (les normes) de l’eau et sa définition sanitaire (la santé).
Par exemple, à une époque, la valeur maximale de nitrate autorisé dans l’eau potable était de 10mg. C’est passé ensuite à 25mg. Aujourd’hui c’est 50mg de nitrate qui peuvent être présent dans l’eau… Ce seul exemple suffit à se poser des questions. La réglementation de l'eau va-t-elle dans le sens de la santé publique?

Il semblerait que par la force des choses, les autorités soient obligées d’augmenter les valeurs pour continuer d’assurer une eau qui soit réglementairement définie comme potable.  

Même si la présence de ses substances est minime, il est légitime de craindre de les consommer. Est-ce normal d'avoir ces substances dans l'eau que l'on consomme tous les jours?  Faut-il le négliger ? L'eau est-elle plus polluée que l’air que nous respirons ? Cette réponse appartient à chacun.

Le choix (et le conseil) de Mouton Résilient? L'utilisation quotidienne d'un purificateur Berkey avec des filtres au charbon actif afin d'améliorer nettement la qualité de l'eau que l'on consomme. Nous allons parler en détail de ce système, plus bas dans cet article.


EN CAS DE COUPURE D'EAU

logo signalétique coupure d'eau

La coupure d’eau, c’est le moyen d’étudier les alternatives temporaires pour obtenir de l’eau potable. La suite de cet article étudiera donc les moyens d'y parvenir. On a souvent à l'esprit une coupure de quelques heures pour des travaux, mais parfois cela peut être beaucoup plus long, notamment en cas de sinistre.

Soyons clair ! Vous ne pouvez pas vous reposer à 100% sur l'eau du robinet. 

De nos jours, pour une poignée d’euros, vous ressortez du supermarché avec votre coffre rempli de packs d’eau. C’est la solution la plus simple et rapide pour se constituer un stock d'urgence sous le coude. Ce stock d'eau en bouteille est indispensable. Si demain plus rien ne coule au robinet, il vous faut un plan B le temps que la situation se rétablisse. 


Prenez l’exemple récent de la crue de la Vésubie (oct 2020). Nous nous retrouvons dans un cas où non seulement le réseau d'eau est HS (hors service) mais en plus l'approvisionnement est complexe et souvent tardif (livraison de packs d'eau, mise en place de citernes pour les habitants). Manquer d’eau potable au cours d'une crue est un comble, mais c'est un classique.


En dehors de cela, nous vivons dans une région du monde où l’eau n’est pas si rare. Mais l’eau potable est beaucoup plus rare. Vous l’aurez compris, l’alternative va consister à rendre l’eau potable, sans risquer de trouble ensuite.


Rappels sur l’hydratation

Notre corps est composé à 65% d’eau, c’est donc le composant principal de notre organisme. Il faut savoir que l’eau n’a pas uniquement un rôle de structure, c’est-à-dire qu’elle ne se contente pas de remplir nos cellules pour leur donner de la consistance. Elle joue un rôle essentiel sur tout ! Ne serait ce que sur les deux moyens de communication interne de notre corps : 

  • Chimique (les hormones) : Moins/trop d’eau change la concentration en hormones : L’interprétation par nos organes est donc faussée.
  • Électrique (les messages du système nerveux) : C’est grâce à la conductivité de l’eau que l’influx électrique se transmet. 80% de notre cerveau est d’ailleurs composé d’eau.


Et bien sûr l’eau permet de nettoyer notre corps via les urines, à hydrater nos intestins (sinon c’est la constipation), à la thermorégulation (transpiration)...

Je ne vais pas énumérer toutes ses fonctions, sachez juste qu’elle intervient dans chaque organe, dans chaque processus physiologique. Retenez que le simple fait d’avoir soif et déjà signe de déshydratation.

Quelques chiffre sur l'aspect vital de l'eau


La conclusion de tout cela est que l’eau est un élément essentiel avec lequel on ne rigole pas. Boire est vital. Boire une eau potable qui évite d’aggraver votre déshydratation est essentiel.


Stériliser l’eau

Comme nous l’avons vu au début de cet article, il existe deux familles d’indésirables dans l’eau : La pollution chimique et la pollution biologique (virus, parasites, bactéries etc). La bonne nouvelle, c’est que pour cette dernière catégorie, on peut facilement s’en charger : Faire bouillir l’eau une poignée de minutes permet de tuer tous les micro-organismes, autrement-dit, on la stérilise.

Mais attention, la vie est tenace, au bout de quelques heures, votre eau stérile sera redevenue un vrai bouillon de culture : Microbes et bactéries, sont partout : sur les objets dans l’air, sur vos mains…

Dans une eau vierge, sans concurrence, c’est une aubaine pour la première bactérie qui colonisera facilement ce milieu. Après tout, l'eau est le berceau de la vie !

D’autres méthodes plus technologiques existent : Traitement chimique de l’eau (pastilles de Micropur, chlore) ou stérilisation par ultraviolets par exemple.


Filtrer l’eau

Quand bien même nous savons stériliser l’eau, vous vous douter qu’il ne suffit pas de mettre à bouillir la première flaque que vous trouver pour la consommer sans risque : Celle-ci sera toujours souillée de terre, ou d’huile ayant fuité d’un moteur… bref, il reste des éléments dans cette eau, des minéraux en l’occurrence, qui la rend impropre à la consommation. 

En fait, que ce soit des grains de terre ou des particules huileuses, ce sont en fait toutes les deux des particules solides, plus ou moins grosses. Pour s’en débarrasser la méthode la plus efficace est la filtration.

On peut comparer cela à tamiser l’eau pour en retenir les éléments les plus grossiers. Bien sûr, ici nous parlons de mailles extrêmement fines et cela fait aussi intervenir d’autres principes physiques.


boire une eau non stérilisée et non filtrée

Il existe des endroits dans le monde où l’eau de consommation n’et pas aussi bichonné que chez nous, où les gens boivent une eau jaunâtre, et pourtant ils vivent. Le corps humain est un superbe purificateur d’eau capable de retenir l’eau et de se débarrasser des toxines.

Cependant, si notre corps les absorbe en en trop grand nombre, il n’arrive plus à les éliminer. Donc pouvons-nous tous consommer une eau non purifiée ? C’est possible, cependant il y a de sérieux contre arguments.

Tout d’abord, c’est risqué : tomber malade, particulièrement avec les diarrhées. Cette idée ne nous inquiète plus et se rappelle à nous comme quelque chose de dérangeant, mais pas si grave. C’est une erreur.

On boit pour s’hydrater, la diarrhée vous déshydrate. Imaginez-vous l’avoir plusieurs jours de suite, et cela, à répétition parce que votre eau souillée vous la redonne régulièrement. Ce genre de maladie est à l’origine de 4% des décès dans le monde. Les pays en voie de développement sont les plus touchés (entre 8 et 9% des décés), mais ils ne sont pas les seuls.

Le second contre argument à boire une eau impropre dépend de votre immunité. En effet, une immunité forte vous mettra plus à l’abri des micro-organismes dangereux.

Évidemment, les personnes âgées, les nourrissons et toute personne affaiblie par d'autre pathologie seront beaucoup plus sensibles. Ajoutons à cela un problème de riches : Pour nous qui vivons dans des pays où l’eau est traitée, notre corps n'a pas été confronté à ces micros organismes en si grand nombre et notre immunité face à eux est très mauvaise.

Se soigner demandera certainement des traitements médicaux (antibiotique, etc.), et dans les cas les plus graves, une hospitalisation. On a vu pendant la crise du COVID, que ce n'est pas toujours un acquis... Les formes les plus sévères sont des maladies comme la dysenterie, le choléra, mais l’eau peut aussi en apporter beaucoup d’autres épidémies comme la fièvre typhoïde par exemple.

Pour que vraiment vous ne sous-estimiez pas ces pathologies, sachez qu'en plus c'est contagieux, car les selles sont remplies des bactéries causant la maladie. Une hygiène rigoureuse s'impose (Mains, WC, etc.)

l'UNIVERS DES FILTRES

Au fil du temps l’homme a redoublé d’imagination pour rendre consommable cette ressource qui lui est indispensable. Il a testé, fait de bonnes découvertes, d’autres inutiles, il a amélioré ses idées et l’évolution des technologies a ouvert de nouvelles voies. Faisons un petit tour d’horizon des principales technologies actuelles :


Les carafes filtrantes (type Brita)

L’idée est séduisante, mais malheureusement peu efficace, si ce n’est sur le chlore et le goût de l’eau. Aucune filtration sur les nitrates, les métaux lourds. Retenez qu’il s’agit d’une amélioration de la qualité organoleptique (gout/odeur/consistance des aliments) d’une eau déjà potable à la base.


Les filtres à sédiments

Ces filtres retiennent bien les grosses particules. Pas suffisant pour rendre une eau potable, ils voient surtout un intérêt en tant que préfiltre pour éviter de colmater trop rapidement les filtres les plus performants (qui filtrent les plus petites particules) et souvent les plus chers.


Charbon actif Binchotan

Il s'agit d'un véritable morceau de charbon actif  (cf. paragraphe suivant), mais obtenu de manière traditionnelle : Une bonne essence de bois dense, chauffé à très haute température de nombreuses heures dans un four hermétique.

Ce charbon actif est efficace, les polluants se fixent bien dessus, seulement il est simplement immergé dans l'eau à purifier, ce n'est pas un passage obligatoire comme c'est le cas pour un filtre.

Très tendance, ce filtre n'a pas de certification d'efficacité ou de fabrication et il est soumis à de nombreuses copies douteuses (vulgaire morceau de bois carbonisé, y compris dans de grandes enseignes).


Les filtres à céramiques et à charbons actifs

Avec ces technologies le niveau de filtration est excellent. Le charbon actif permet aussi de fixer les résidus de pesticides de médicaments de métaux lourds et de polluant organiques. Quant à la céramique, elle retient les éléments chimiques plus fins et même certaines bactéries (jusqu’à 0,2 microns). Ces 2 types de filtres sont parfois vendu sous forme d’une cartouche qui combine les deux.


La distillation

La distillation consiste à faire chauffer l’eau jusqu’à ébullition. Les éléments dissouts restent dans le récipient alors que l’eau se transforme en vapeur.

On récupère alors les vapeurs que l’on refroidi, l’eau obtenue est alors distillée, c’est-à-dire que l’on a uniquement de l’eau. Ce procédé a l’avantage de tuer également bon nombre de micro-organismes.


Les filtres à osmose inversée

Ici nous parlons du filtre le plus performent qui filtre tous les polluants et même la majorité des sels minéraux (il faut alors reminéraliser l'eau ensuite). Le principe est de mettre l’eau en pression contre une membrane spécifique dont seule les molécules d’eau peuvent passer.

La membrane étant fragile et onéreuse, il convient de préfiltrer avec soin l’eau qu’elle doit filtrer afin d’enlever les éléments grossiers et le chlore qui désagrège la membrane.


Le choix de Mouton résilient

Vous l’aurez deviné, les carafes filtrantes ne présentent aucun intérêt pour notre usage. Les filtres à sédiments sont juste des préfiltres, ce qui peut être utile, mais nous, nous voulons un « vrai » filtre. Quant au filtre à osmose inversée, bien qu’il soit le meilleur, il a le gros inconvénient de ne pas être assez rustique : Il nécessite une véritable machinerie (problème des pannes de courant) et de nombreux composants (notamment préfiltres) pour être résilient. Notre choix se porte donc sur les filtres à charbon actif/céramique, et en particulier le Berkey.

LES NORMES

Avant d'entrer dans le vif du sujet sur le Berkey, voici un petit rappel sur le système de normalisation qui encadre l'univers des filtres. C'est un peu technique, mais vous comprendrez dans la suite de l'article pourquoi c'est important. 


Les normes qui encadrent les filtres et les Purificateurs

Les normes sont issues d’une organisation Américaine NSF (National Sanitation Foundation) . Chaque pays a ses normes (ex du WQIA en Inde , AESEQ au Quebec), mais la NFS est reconnue au niveau international, et de toutes façons, toutes les normes sont à peu près alignées.

Il existe donc des normes que doivent passer les filtres pour déterminer si l’eau est potable. Voici donc ci-dessous la liste des principales normes NSF. Vous aurez plus de détails dessus en cliquant sur sa ligne :

Standard NFS/ANSI 42

Elle mesure le côté esthétique de l’eau. Pour faire simple, des particules flottantes et le gout du chlore. Là, on parle des carafes de type Brita.

Standard NFS/ANSI 53

Ce standard mesure la qualité de l’eau par rapport à la santé. Il s’agit de divers polluants chimiques et physiques : Plomb, mercure, benzène, radon, etc, une grosse trentaine de substances au total, dont des protozoaires (parasite unicellulaire).
La majorité des vendeurs de berkey annoncent qu’un filtre doit filtrer 99,99% des bactéries, cela est sans doute un raccourci pour être compris facilement, mais ce n'est pas exact.

 

Standard NFS/ANSI 55

Ce standard s’intéresse lui aux bactéries et virus, mais uniquement pour la stérilisation par rayons ultraviolets.

Protocole NSF/P231

Il établit les exigences minimales pour les caractéristiques de santé et d'hygiène des purificateurs d'eau microbiologiques. Les exigences sont basées sur les recommandations du rapport du groupe de travail de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis

Protocole NSF/P231

Ce protocole évalue les petits purificateurs d'eau individuels pour déterminer leur efficacité à fournir une purification microbiologique à l'eau de toute source d'eau douce. Mais sans vérifier les contaminations chimiques.

Petits rappels sur le fonctionnement des normes

Une démarche officielle

Une norme est évidement cadrée sur l'ensemble du processus de validation : Elle détermine pour divers polluants, le taux initial de polluants dans le liquide avant filtration, puis on mesure ce qu’il reste après filtration. Il y a un seuil à respecter pour chaque polluant. Si tous les tests sont validés, la norme est validée. C’est un peu comme votre prise de sang : On compare des taux à des normes, si tout est OK, alors vous êtes en bonne santé.
Mais comme dans une prise de sang standard, les normes ne mesurent pas tout et sont des valeurs acceptables, mais bien entendu, on pourrait être plus exigeant.

Attention, beaucoup de fabricants détournent le vocabulaire des normes : Seul le mot « certifié » vous garanti que le produit répond aux normes.

Donc toutes les appellations du type « testé selon la norme xxx » ne veulent rien dire du tout : cela veut dire qu’ils ont subi mai les tests, mais on ne sait pas si c’est concluant ou pas ! C’est vicieux, bienvenu dans le monde de la désinformation…

Rappelons aussi que les normes sont bâties autour d’un consensus entre des avis d’experts (sur la santé en l’occurrence) et les produits que les fabricants proposent.

Le but est de déterminer un seuil de qualité pour aider le client à choisir.

Le but n’étant pas de créer des normes inatteignables. Elles s’alignent souvent avec une moyenne de ce que propose le marché. Les gros fabricants participent à son élaboration.


Être certifié n'est pas gratuit

Une norme possède aussi un modèle économique : l’organisme investit pour la fabriquer et ensuite fait payer les industriels sur les produits qu’ils souhaitent certifier. Et pour conserver cette certification, il faut payer des audits tous les ans qui consistent à vérifier les lieux de fabrication ou les produits eux-mêmes.

En contrepartie la certification permet à l’industriel de s’ouvrir des marchés. Bref, c’est aussi un business aussi bien pour l’industriel que pour l’organisme certifiant. Évidement le test officiel est plus cher qu’un labo indépendant, mais c’est aussi pour assurer des tests de qualités.

Pour en revenir sur notre Berkey, il y a un autre paramètre qui coute cher : Plus on cherche des traces infimes, plus le test est complexe, long et donc couteux. C’est pour cela que selon les tests, vous voyez souvent des résultats comme 99,99% ou 99,9999%, rien que des 9. En effet, vous ne verrez jamais 100% (la perfection n’est pas de ce monde, garantir le 100% et utopique), et le nombre de 9 dépend de la finesse du test effectué. On parle de « log » :

  • un test de log 2 vous donnera un niveau de filtration entre 0 et 99%,
  • un test de log 3 entre 0 et 99,9%,
  • un test de log 4 entre 0 et 99,99%,
  • Etc...

Un résultat à 99,90% signifie donc qu’on laisse passer 10 fois plus de bactéries qu’à 99,99%. On pourrait donc tout mesurer avec la plus grande finesse, mais le prix ne serait pas du tout le même !

Évidement la plupart de fabricants déterminent les caractéristiques de leurs produits "juste" pour respecter la norme : Cela les place bien sur le marché, et ça limite les coûts notamment en recherche, en matériaux, en usinage et en frais d'expertise.

LE PURIFICATEUR BERKEY

Nous recommandons Berkey, et nous allons tout vous dire dessus à partir de maintenant. Mais avant, sachez qu’il existe d’autres modèles déjà sérieux (British Berkfied / Doulton) et nous vous expliquerons tout au long pourquoi nous favorisons de loin Berkey.


Le filtre a gravité Berkey

C’est un filtre à la fois très rustique et très technologique : il est composé de deux cuves en inox superposées. Dans celle du haut se trouve la ou les cartouches(s) filtrante(s) portant le nom de Black Berkey. L’eau va les traverser et tomber en goutte à goutte dans la cuve du dessous qui possède un petit robinet pour se servir en eau.

On verse donc de l’eau dans la cuve du dessus, on attend, et on utilise le robinet pour récupérer l’eau filtrée. C’est donc très rustique à l’utilisation, la vraie technologie se trouve dans la fabrication des cartouches qui est leur secret bien gardé.

Il existe différentes tailles de cuve selon votre famille :

Un Berkey est simple, avec peu de composants (le secret de la fiabilité). Une cuve inox avec 2 compartiments, un robinet, quelques joints et les cartouches filtrantes Black Berkey.

La marque vend toutes les pièces de rechanges nécessaires : filtre, filtre à fluor, joints, robinet, etc. (comme tout est durable, ce sera essentiellement des filtres que vous rachèterez).  

Et bien sûr, succès oblige, il existe quelques accessoires : robinet inox, rehausse, robinet avec indicateur de niveau, bouchons...

Voilà pour la présentation du purificateur.

Passons maintenant à la pratique et à la technique !



Pourquoi acheter un berkey ?

Cela peut être pour un tas de raisons :

  • Vous voulez prendre soins de votre santé et celle de vos proches, en buvant au quotidien une eau de meilleure qualité ?
  • Vous en avez marre du goût dégueulasse de l'eau du robinet ?
  • Vous visez l'autonome en eau ?
  • Vous voulez limiter votre impact écologique en arrêtant de jeter des bouteilles plastiques ?
  • Vous ne voulez plus vous tapez la corvée des packs d'eau à ramener du supermarché ?
  • Vous ne faites pas confiance à l'eau du robinet ?
  • Vous voulez garantir de l'eau potable à votre famille en cas de situation d'urgence ou de catastrophe


Quelque soit votre motivation principale, un Berkey satisfait à tous les points ci-dessus ! 

Plus qu’un filtre c’est un PURIFICATEUR

Depuis le début, vous voyez les deux termes. On parle souvent du Berkey comme un filtre, mais à tort : C'est un purificateur (aussi appelé épurateur). La distinction entre les deux se mesure au travers d'un protocole sur la rétention de bactéries et virus bien définis.

Catégorie

Rétention  de la bactérie pathogène Klebsiella Terrigena

Rétention de virus de type Polio et Rotavirus

Norme pour un filtre

99,99% (log 4)

0

Norme pour un purificateur

99,9999% (log 6)

99,99% (log 4)

Performance pour les cartouche Black Berkey

99,9999999% (log 9)

99,99% (log 4)

Que peut-on mettre dans le Berkey ?

Vous pourrez y mettre l’eau du robinet bien sûr, mais aussi celle d’un lac, d’une rivière d’un puits, d’une cuve d’eau de pluie, bref toutes eaux.

En situation d'urgence, afin d’optimiser la durée de vie de votre purificateur, il faudra au minimum laisser décanter une eau sale, c’est-à-dire prévoir un autre récipient (un seau) où l’eau repose au moins 24h, le temps que les éléments lourds (les boues) tombent au fond. Il faudra ensuite récupérer l’eau de surface éclaircie.

Ensuite dans l'idéal filtrer grossièrement l'eau (à travers un tissu en coton par exemple) pour enfin la verser dans le Berkey.

Certains affirment qu’il peut filtrer l’urine. Néanmoins, nous n'avons pas testé nous même (plus que la barrière psychologique, on n’a pas vraiment envi de souiller inutilement nos filtres), donc nous ne nous prononcerons pas sur ce point...


Durée de vie du Berkey

Cartouche Black Berkey

Et bien cette question est un des principaux arguments du Berkey face à sa concurrence :
Une seule cartouche « Black berkey » filtre jusqu’à 11 000L ! Cette importante durée de vie est un véritable atout puisque même si les pièces venait en rupture d’approvisionnement, une paire de cartouche permet de tenir 22000 L de plus ! Berkey affirme même qu'a cette échéance ce sont les métaux lourds qui ne sont garantis, mais que pour le reste les filtres seraient encore opérationnels !

Cela change vraiment l'aspect économique de l’installation :

À la date de rédaction de cet article (les prix peuvent changer), la paire de cartouches black est vendue 150€. Cela revient à 0,68 centimes le litre (eau en bouteille Lidl=9cts/L). La cartouche de son concurrent commercial British Berkefeld filtre 1500L et coute 36€, soit 2,4 cts/L, ce qui est donc 37 fois plus cher !

C'est simple, après l'achat de votre Berkey, vous êtes tranquille pour environ pour des années ! Rien à racheter.

Pour une utilisation au quotidien pour l'eau de boisson, une famille de 4 personnes est partie pour 10 ans de purification avant de devoir changer les filtres ! 

Autant vous dire qu'avec une paire de filtre de rechange, vous maitriser votre résilience hydrique sur le long terme.


Quels sont les atouts et points faibles du Berkey ?

Ici nous avons mis les avantages et inconvénients glanés sur la toile, mais surtout issus de notre retour d'expérience. Nous avons essayé d'être Le plus impartial possible, mais pas si facile étant donné la satisfaction du produit.

Avantages
  • Associé à l’eau du robinet, fini la corvée des packs d’eau.
  • C’est une bonne assurance pour boire l’eau du robinet en diminuant les risques.
  • De conception rustique et solide, il durera une vie.
  • Pas besoin d’électricité pour le faire fonctionner : Pas de risque de panne et convient parfaitement à un logement off-grid (hors réseaux).
  • C'est plus économique de boire de l'eau du robinet purifiée que d'acheter des packs d'eau.
  • Toujours comparé à de l’eau en bouteille c’est beaucoup plus écologique : Moins de plastique, moins de transport, etc.
  • Résilience : Vraie solution de secours pour continuer à avoir de l’eau potable
  • Entretient très facile, un coup d'éponge tous les 2 mois.
Inconvénients
  • La cartouche filtrante est fragile : Une chute ne pardonnera pas
  • Le remplissage de la cuve du haut demande d’être assez grand
  • Le point de fragilité se trouve au niveau du pas de vis de la cartouche : Serrez sans exagérer et ne poussez pas la cartouche lorsqu’elle est fixée dans le filtre. Ne soyez pas non plus parano sur ce point, ce n’est pas de l’obsolescence programmée, il suffit de l’utiliser normalement et de ne pas forcer. Nous n’avons pas eu de retours directs en ce sens, mais c’est toujours le point avancé par les détracteurs de Berkey, donc nous le citons par impartialité.
  • La cuve du haut devrait avoir un débord en inox plus grands que les tétons des cartouches : Cela permettrai de la poser sans exercer de pression sur ces tétons fragiles ou sans être obligé de bricoler un support pour éviter cela.
  • Le robinet de la cuve du bas et 1 cm au-dessus du fond de la cuve : Il y a donc toujours 1 cm d’eau au fond qu’on ne peut récupérer que si on penche le Berkey. Ce qui est déconseillé pour ne pas risquer de le déséquilibrer et de le faire tomber, surtout si la cuve du haut est pleine.

Bon, vous voyez autant les points forts sont de vrais atouts, autant pour ses points faibles nous avons vraiment pinaillés… Et la plupart  des défauts se retrouvent également chez ses concurrents.


le Berkey est il réellement fiable ?

Et bien oui, et c’est notre second argument qui nous fait pencher pour le Berkey.

Ce best-seller mondial existe depuis de nombreuses années, a été testé par des millions de personnes.

Parmi ces personnes, nous allons nous intéresser à une catégorie bien particulière de ces clients : Ceux non raccordés au réseau (off-grid), qui ont des puits, ou des cuves de récupération d’eau de pluie ou des rivières : Vous pouvez être sûr que le Berkey est connu de tous et fait partie des solutions pour purifier l'eau de boisson. 

Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures, c’est exactement ce qu’on recherche !

Et ceux qui ont testé, ont  approuvé ce système !

À cette échelle, on ne parle plus d’un échantillon et la satisfaction parle d’elle-même.


Que filtre-t-il exactement ?

Dire qu’un filtre fonctionne n’est pas aussi simple que dire que tel élément « passe » ou « ne passe pas » à travers la maille du filtre. À des échelles très petites, garantir le niveau de filtration à 100% n’est pas si simple.

Dans le cas du Berkey le phénomène d'adsorbsion (avec un d) est particulièrement efficace, c'est ce qui lui permet de retenir des petites particules beaucoup plus petites que la "maille" du filtre.

Pour en être sûr de l'efficacité, le principe consiste à mesurer une teneur avant filtration et une autre après filtration ; et bien sûr la teneur après filtration doit rester inoffensive pour l’homme.
Le purificateur Berkey retient des particules allant jusqu’à 25nm.

Pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec l'anglais, voici ci-dessous traduction en français des informations provenant du site mère Berkey (USA) : Voici tout ce que le filtre Black Berkey est capable de retirer. 
Cliquez sur les polluants pour afficher plus de détails si vous le souhaitez, la liste est parfois longue...

Ce que Berkey certifie:

Bactérie, parasites et kystes

Rétention de log 6 (99,9999%) sur les bactéries du standard de purification (Les plus petites, à savoir Raoultella terrigena, Bacillus atrophaues et Salmonella Enterica).
Rétention de log 9 (99,9999999%)  sur les bactéries pathogènes

Virus

Rétention de log 5 (99,999%) sur les plus petits virus (MS2 Coliphages et FR Coliphages). La norme impose une rétention de log 4 pour un purificateur (99,99%).

Trihalomethanes

Rétention à 99,8% sur:
Bromodichlorométhane,
Bromoforme,
Chloroforme
Dibromochloromethane (Effects de santé: muscle & troubles du système nerveux, cancer)

Métaux lourds

Aluminium (>99%)

Antimoine (>99.9%)

Béryllium (>99,9%)

Bismuth (>99.9%)

Chrome (>99,9%)

Cuivre (>99.9%)

Acier(>99.9%)

Plomb(>99.9%)

Mercure(>99.9%)

Nickel (>99.9%)

Zinc (>99,9%)

Baryum (> 80%)
Vanadium (>87,5%)
Molybdène (>90%)
Cobalt (>95%)
Cadmium (>99.7%)
Chrome 6 (>99,85%)

Chlore et dérivés

Rétention à 99,9% des chloramines, chlore résiduel (Effets de santé: défauts de naissance, cancer)
Rétention à 99,6% des chlorides

Résidus médicamenteux

Réduction à 99,9% de ces composants:

Acétaminophène
Caféine
Carbamazépine
Ciprofloxacine HCl
Érythromycine USP
Sulfaméthoxazole

Triméthoprime

bisphénol A
Diclofénac sodique
4-para-nonylphénol
4-tert-octylphénol
Primidone

Progestatif
Gemfibrozil
Ibuprofène
Naproxène sodique
Triclosan.

COV (Composés Organiques volatiles) et pesticides

Les substances résiduelles  suivantes sont sous les limites de détection:

1,1,1,2-tétrachloroéthane
1,1,1-Trichloroéthane (TCA)
1,1,2,2-tétrachloroéthane
1,1,2-Trichloroéthane
1,1,2-Trichlorotrifluoroéthane
1,1-Dichloroéthane (1,1-DCA)
1,1-Dichloroéthylène (1,1-DCE)
1,1-Dichloropropène
1,2,3-Trichlorobenzène
1,2,3-Trichloropropane
1,2,4-Trichlorobenzène
1,2,4-Triméthylbenzène
1,2-Dibromo-3-chloropropane (DBCP)
1,2-dibromoéthane
1,2-Dichloro-1,1,2-trifluoroéthane (CFC 123a)
1,2-Dichlorobenzène
1,2-Dichlorobenzène-d4
1,2-Dichloroéthane
1,2-Dichloropropane
1,3,5-Triméthylbenzène
1,3-Dichlorobenzène
1,3-Dichloropropène
1,4-Dichlorobenzène
2,2-Dichloropropane
2,4,5-T
2,4,5-TP (Silvex)
2,4-D
2,4-DB
2-Butanone (MEK)
2-chlorotoluène
2-Hexanone
2-Méthyl-2-propanol
Acide 3,5-dichlorobenzoïque
3-Hydroxycarbofuran
4-Bromofluorobenzène
4-chlorotoluène
4-isopropyltoluène
4-Méthyl-2-pentanone
4-Nitrophénol4,4b 2-DDD4,4b 2-DDE
4.4b 3-DDT
5-Hydroxydicamba
Acétone
Acénaphtylène
Acifluorfène
Alachlor
Aldicarbe
Aldicarb Sulfone
Sulfoxyde d'aldicarbe
Aldrin
alpha-Chlorodane
Amétryn
anthracène
Aroclor (1016, 1221, 1232, 1242, 1248, 1254, 1260)
Atraton
Atrazine
Baygon
Bentazon
Benzène
Bromacil

Acide bromoacétique
Bromobenzène
Bromochlorométhane
Bromodichlorométhane
Brométhane
Bromoforme
Butachlore
Butylate
butylbenzylphtalate
Carbaryl
Carbofurane
Le tétrachlorure de carbone
Carboxine
Chloramben
Chlordane
Acide chloroacétique
Chlorobenzène
Chlorobenzilate
Chloroéthane
Chloroforme
Chlorméthane
Chlorprophame
Chlorpropane
cis-1,2-Dichloroéthylène
cis-1,3-dichloropropène
cis-Nonachlor
Cycloate
Acide dacthal
Dalapon
Diazinona
Acide dibromoacétique
Dibromochloropropane (DBCP)
Dibromométhane
dicamba
Acide dichloroacétique
Dichlorodifluorométhane (CFC 12)
Dichlorométhane
Dichlorvos
Dichlorprop
DieldrineDiéthylphtalate
Dinoseb
Diphénamide
Disulfoton
Disulfoton sulfone
Disulfoton Sulfoxydea
Endrine
EPTC
Éthoprop
Éthylbenzène
Dibromure d'éthylène (EDB)
Fénamiphos
Fénarimol
Fluorobenzène
Fluridone
gamma-chlorodane
Glyphosate
Acides halo-acides (HAA5)
Heptachlore
Epoxyde d'heptachlore
Hexachlorobenzène

Hexachlorobutadiène (CCC)
Hexachlorocyclopentadiène
HexazinoneIsophorone
Isopropylbenzène (Cumène)
Lindane (Gamma-BHC)
Merphos
Méthiocarbe
méthomyl
Méthoxychlore
Méthylcyclohexane-méthane
Paraoxon méthylique
Méthyl tert-butyl éther (MTBE)
métolachlore
Métribuzine
Mévinphos
MGK 264
Molinate
Monochlorobenzène
m-xylènes
Naphtaline
Napropamide
n-butylbenzène
Norflurazon
n-propylbenzène
Oxamyle
o-xylène
Pébuler
Pentachlorophénol
Picloram. Prometon
Prométryn
Pronamidea
Propazine
p-xylènes
sec-butylbenzène
Simazine
Simétryn
Stirofos
Styrène
Tébuthiuron
Terbacil
Terbufos
Terbutryn
tert-butylbenzène
Tétrachloroéthylène (PCE)
Tétrahydrofurane (THF)
Thiobencarbe
Toluène
Toxaphène
trans-1,2-dichloroéthylène
trans-1,3-dichloropropène
trans-Nonachlor
Triademefon
Acide tribromoacétique
Acide trichloroacetic
Trichloroéthène (TCE)
Trichloroéthylène
Trichlorofluorométhane (CFC 11)
Tricyclazole
Trifluraline
Vernolate
Chlorure de vinyle

Autre

Arsenic (>99.9%)
Escherichia coli (E. Coli) (>99.999%)
Fluorène (>99,9%)
Manganese (>99.9%)
MBAS (>96,67 %)

Nitrites (>95%)
PCB (>99,9%)
produits pétroliers >99.9%
Sélénium (>99,9%)
Thallium (>99,5%)

Radon 222
Rouille
limons
Sédiments
Goûts et odeurs

Notez, que si vous allez sur le site mère Berkey (USA) , en bas de page, vous aurez accès aux scans des résultats de laboratoires si jamais vous voulez avoir des éléments factuels.

OK, la filtration est d'enfer (chlore, microplastiques, virus, bactéries, métaux lourds, etc.), mais les sels minéraux dans tout ça?

Le calcaire, comme la majorité des minéraux ne sont pas filtrés.  L'explication est très simple : L'ion calcium (Ca2+) est presque deux fois plus petit qu'une molécule d'eau (H2O). On comprend alors qu'il est impossible de filtrer mécaniquement le calcaire. C'est pour cela qu'il est retiré essentiellement par méthode chimique (pastilles de sel). 

Au final, le Berkey arrête tout ce qu'on ne veut pas et laisse passer ce qu'on a besoin. Plutôt cool n’est-ce pas !

Berkey VS British Berkefeld?

Petite précision avant de commencer, Douton et British Berkefeld sont une seule et même compagnie. La seconde marque est plus connue, mais ce sont les mêmes filtres. Dans cet article, nous ne parlons donc que de British Berkefeld pour éviter d'embrouiller les esprits.

Pour revenir à notre comparatif Berkey, vs British Berkefeld, le net fourmille de partisans de l'un ou l'autre des 2 modèles.

À notre avis, nous avons 2 produits totalement différents : d'un côté, un filtre (British Berkefeld) et de l'autre, un purificateur (Berkey).

Alors que le British Berkefeld traite les molécules jusqu’à 0,5 micron, la cartouche Black Berkey traite quant à elle, à moins de 30 nm, soit 6 fois plus petit.

Cela permet au Berkey de retenir des organismes beaucoup plus petits tels que les virus.

Le tableau ci-dessous compare les 2 modèles sur les performances de filtrations et le prix (bien entendu, les prix peuvent changer.

Ci-dessous sont les prix constatés à la date de rédaction de ce tableau). 

Faites-vous votre avis...


Comparatif berkey vs British Berkefeld

Caractéristique

Berkey

BRITISH BERKeFELD

Prix à l'achat

modèle 8,5L + 2 cartouches - Prix de 2020)

320€

230€

Cartouches pour filtrer les premiers 22 000L

0€

(les cartouches fournies avec le filtres couvrent ce volume)

450€

36€/cartouche x ((22000-3000)/1500)

Coût total

(somme des 2 critères précédents)

320€

680€

Niveau de filtration

0,025 microns

0,2 microns

Réduction des bactéries

99,9999999%

99,99%

Réduction des virus

99,999%

0

Réduction

des métaux lourd

99,9%

99,2

Réduction

des pesticides

Sous les limite de détections

0

Comme vous le voyez, que ce soit au niveau de la performance ou du prix, le choix est vite fait. Notons que de nos jours, la plupart du temps si vous voulez plus de performance, vous payez beaucoup plus cher.

Pour le Berkey vous n'avez même pas à choisir !

Vous pourrez vérifier les caractéristiques de l'ensemble des filtres la gamme British Berkefelds/Doulton sur le site du fabricant. Notez que nous avons gardé la valeur de 0,2 microns couramment utilisé sur internet concernant Doulton, mais toutes les documentations techniques du fabricant parlent plutôt de 0,5 microns...

Mais sans atteindre pour autant le niveau du Berkey.

Néanmoins, nous ne retenons pas ce modèle, car il dépend de la pression du réseau d'eau (qui est lui-même dépendant de l'électricité pour les pompes des châteaux d'eau)

La polémique Berkey : le Berkey n’est pas normé NSF

Le Berkey n'est pas normé NSF. Est-il un danger pour autant, malgré ses millions de ventes ?

On l'a vu, répondre à une norme est couteux. Or, notre Berkey est au sens propre « hors norme », il surclasse ses concurrents, il est le seul dans son genre.

Payer pour satisfaire la norme le place au même niveau que ses concurrents.

Payer la même somme en test poussés démontre son vrai potentiel, et ça été le choix de Berkey.

Vous pourrez me dire qu'il n'y a qu'à créer une nouvelle norme plus restrictive. Effectivement, ça serait une solution, mais créer une norme pour un seul produit revient à dire que c'est la marque qui va financer une bonne partie des frais de création de la norme et une norme pour un seul produit.

Ça n'a pas de sens, c'est extrêmement couteux et long.


Berkey a donc choisi de pousser les tests en labos indépendants au-delà des exigences de la norme.

Par exemple sur les bactéries pathogènes, Berkey est allé jusqu'à démonter une efficacité à 99,9999999% (log 9) là où la norme impose 99,99% (log 4). Évidement cela a couté très cher et on comprend qu’il n’a pas envie de payer une 2de fois surtout pour des tests de moindres exigences.

Rappelez-vous, pour être certifié, il faut faire l'ensemble de la démarche selon ses critères, et par ses laboratoires partenaires, le reste ne compte pas.


"Le Berkey n'est pas certifié" : la réalité est plus compliquée que cette affirmation simpliste sans nuances.

En effet, les détracteurs du Berkey (Généralement les concurrents, les partenaires commerciaux, et ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent) affirment ou laissent sous-entendre que s’il n’est pas certifié, c’est que Berkey est passé par des laboratoires plus laxistes.

Nous avons lu une estimation des frais pour passer les tests officiel sur tous les polluants testés s'élever à 1 million de dollars.

Mouton résilient n’a pas la prétention de se poser en expert scientifique, n’a pas non plus dépensé 1 million en tests de labo pour savoir si c’est vrai.

Mais si on s’en tient aux faits, Berkey est utilisé à travers le monde et les avis sont positifs (Voir notre chapitre Le Berkey est-il réellement fiable ?)…


Et si jamais Berkey gonflait ses résultats ?

Premièrement il serait bien bête de jouer sa réputation sur une donnée si facile à prouver (Celui qui accuse n’a qu’a lui payer le test !).

Et ensuite ses niveaux de filtrations sont si élevés, que même si on retire 20%, il reste largement supérieur au reste du marché.


En passant, notons que la cartouche la plus performante de Douton/British Berkefelds n'est pas non plus normé NSF !

En effet, sur la documentation constructeur, les 3 premières colonnes sont pour les filtres à gravité, par ordre de performance : Seule la première (la moins performante) est certifiée NSF...

Par conséquent, nous avons pleinement confiance en nos Berkey. Plus précisément à ses cartouches Black Berkey les yeux fermés.

  LE BERKEY EN PRATIQUE

Pour ce chapitre, nous nous sommes principalement basés sur nos expériences avec le Berkey. Chez Mouton Résilient, on possède une dizaine de Berkey : Entre nous, nos parents, nos beaux-parents, nos frères et sœurs, nos cousins, nos collègues, tout le monde possède son Berkey à la maison.

Tout cela pour vous dire que comme nous sommes entièrement satisfait de ce matériel on n'hésite pas à le recommander autour de nous. 


1ère utilisation

Nous avons suivi la notice sans rencontrer de difficulté particulière :

Pour l’assemblage, C’est très facile. La poignée du couvercle se s’attache avec une vis. Pour le robinet, il faut placer un joint à l’extérieur, passer le pas de vis du robinet à travers la paroi inox, mettre un second joint depuis l’intérieur puis l’écrou et serrer.

Pas besoin de serrer comme un malade. Il s’agit de joint caoutchouc, un serrage ferme à la main et sans forcer est suffisant.

Quant aux cartouches, il faut les amorcer, c’est-à-dire mettre de l’eau en pression à l’intérieur via le trou d’où est censé sortir l’eau filtrée. Pour cela plusieurs solutions :

  • On équipe l’embout avec le joint fourni et on le plaque sur le robinet. Continuez jusqu’à ce que l’eau sorte du filtre par toute sa surface (on voit des gargouillis sur les surfaces en eau).
  • On peut faire la même opération, mais à l'aide d'une bouteille plastique qu’on presse. La remplir et répéter autant que nécessaire.
  • Autre solution confortable : Utiliser une grosse seringue.

Une fois les cartouches black Berkey en place, mettez de l'eau dans la cuve supérieure. Contrôlez visuellement que l'eau sort bien par le centre des tétines noires et qu'elle ne suinte pas au niveau de la bague de serrage. Cela voudrai dire que la cartouche n'est pas assez serrée.

Il est également possible de faire un test avec un colorant alimentaire spécial. On en met dans la cuve du haut et on regarde si l'eau est colorée dans la cuve du bas. SI l'eau est parfaitement translucide en sortie du robinet, c'est tout bon !  

Remplissez 1 ou 2 fois la cuve supérieure puis arrosez les plantes avec cette eau. Cela va rincer les filtres de la "poussière" qu'ils contiennent. Si vous voyez des résidus dans l'eau, c'est tout à fait normal au début. Arrosez les plantes avec cette eau. 

Remplissez de nouveau la cuve supérieure. Votre Berkey est prêt !

L'eau que vous y mettez est alors parfaitement purifiée et peut être bu sans le moindre danger

Choix du lieu d’installation

Le placer près d’un point d’eau vous évitera les allers-retours. Ensuite il y a deux possibilités :

Sur le support
  • Avantage : on peut poser la carafe en dessous pendant qu’elle se remplie.
  • Inconvénient : le Berkey est plus haut et donc moins pratique à remplir, il va falloir lever un peu plus les bras.
Posé directement sur un plan de travail
  • Avantage : on gagne en hauteur pour le remplir plus facilement. 
  • Inconvénient : Il faut tenir la carafe pendant qu’elle se remplie. Le robinet est à hauteur d'un chien. Un jeune enfant peut "s'amuser" à saisir le robinet qui dépasse.

Retour d'expérience

Vous l’avez peut-être déjà lu sur ce blog, nous nombreux à utiliser des purificateurs Berkey au quotidien, dans notre entourage.  Voici quelques petits retours d'expériences :

Le modèle Travel 
  • (l'un des plus petits) est très bien pour une ou deux personnes. En étant bien organisé, l'un de nous parvient à subvenir régulièrement aux besoins de 5-6 personnes. Il faut une organisation carrée et une ou 2 carafes à maintenir plein tant que possible. Si c'est jouable, ce n'est pas pratique au quotidien. C'est pour vous dire la capacité du modèle de votre choix peut être étendue s'il y a plus de monde à la maison. 


Difficile de dire précisément combien de temps prend la filtration
  • . Comme la filtration est ultra fine, ça tombe au goutte à goutte dans la cuve du bas. Cela dépend du niveau de remplissage (plein, quand les cartouches black sont totalement immergées, ça coule plus vite dans la cuve du bas),  de l'âge des filtres, etc. Pour vous donner une idée, il faut compter grosso modo 30 minutes pour filtrer 5 litres d'eau avec deux cartouches. Bref, on ne s'y prend pas à la dernière minute pour le remplir. Avec un Berkey, la gestion de votre eau s'anticipe. Si du monde arrive à l'improviste et que vous étés "à sec", faites durer l'apéro pour avoir de l'eau au moment du repas 😉


Utiliser un seul filtre
  • L’un de nous n’utilise qu’un seul filtre et bouche le trou du second avec un bouchon (vendu séparément) : C’est une bonne pratique, car cela permet de garder un filtre en back-up en cas d’accident. Dans d’autres circonstances cela permet de « partager » le filtre en le prêtant à un ami dans le besoin en bricolant une cuve de fortune avec des seaux ou des faitouts inox. En contrepartie, le débit est forcément divisé par 2.


Le robinet 
  • Le robinet avec indicateur de niveau est un vrai avantage pour permettre de savoir en un coup d'œil ou en est le niveau dans la cuve. Toute la famille peut alors prendre l'initiative de remettre de l'eau ou non dans la cuve supérieure.
  • Ce robinet inox (à acheter séparément) à un meilleur débit que le modèle plastique d'origine. Un truc vraiment sympa si utilisation régulière. 


Les cuve inox
  • Nous avons tous des cuves inox (Travel, Big, Royal) et n'avons aucune expérience avec le modèle Berkey Light en plastique. 


Taille des modèles
  • Regardez bien le modèle que vous choisissez, les grands modèles sont aussi les plus hauts, avec le support en plus, ça peut être inconfortable si vous le posez sur un plan de travail. Mieux vaux avoir un petit meuble bas pour y poser le Berkey.


support
  • Un membre de mouton a acheté le support Berkey : Il est très stable et résistant. Par contre, votre carafe devra faire moins de 15 cm (pas si facile à trouver, il a opté pour un bol mesureur de 2L en plastique, puis un autre modèle en verre de 1L,  et finalement un pichet inox de 1L, plus léger et plus pratique. Tous ces modèles ont la bonne hauteur.


  • Un support à poser sur plan de travail est très facile à faire avec 3 planches en forme de "U" et une 4e pour contreventer et solidifier le tout. On le fait ainsi à la hauteur que l'on veut. 


  • Une autre solution est de prévoir un robinet dédié à votre Berkey positionné au-dessus de la cuve. C’est un peu plus de travail, mais plus pratique au quotidien. 


Comme on peut le voir sur les deux images ci-dessus, placer une plante verte juste a coté de votre Berkey le rend beaucoup plus discret dans votre cuisine. Son effet miroir reflète la plante.


COMMENT NETTOYER SON FILTRE BERKEY

Pour l’entretient, démontez TOUJOURS les cartouches pour éviter les fausses manipulations et exercer une pression dessus sans le vouloir.

En fait, le plus simple est de tout démonter pour pouvoir nettoyer facilement les cuves inox sans risquer de casse. Pour le nettoyage, du simple liquide vaisselle sur une éponge fait très bien l'affaire.  L'inox étant bien lisse, l'éventuel dépôt calcaire n'accroche pas plus que ça et se décolle bien.

Les cartouches black peuvent également être nettoyés. Attention, pas d'éponge ! Elle va perdre des bouts. Le mieux est d'utiliser une petite brosse ou une brosse à dent attitrée.  

Frottez doucement les filtres en laissant couler de l’eau dessus, principalement pour retirer le la couche de surface. Si votre eau est fortement calcaire, et que le débit de vos filtres diminue fortement, je vous conseille la lecture de cet article pour apprendre en 5 minutes tout ce qu'il faut savoir pour l'entretient de vos cartouches Black Berkey.

Après nettoyage, répétez ensuite la manipulation d’amorçage des cartouches afin d’évacuer, de l'intérieur vers l'extérieur des filtres, d’éventuelles particules de surface.

Truc de grand-mère que nous n'avons pas testé, mais entendu quelque part : Pour limiter le dépôt de calcaire, laissez une coquille d'huitre dans le réservoir du dessus : Le calcaire a tendance à se déposer sur l'huitre plutôt qu'ailleurs.

Info ou intox ? Dites-le-nous dans les commentaires.


Gestion du remplissage

La cuve étant opaque, pas facile de savoir ce qu’il reste dedans, et un débordement est toujours possible si l'on met trop d'eau dans la cuve du haut et que celle du bas est encore bien remplie.  

Aussi, il est normal lors des premières utilisations d'avoir un débordement ou deux. Cela fait partie de l'expérience. Cependant, voici comment éviter ce petit désagrément.


L’expérience  

À force de l’utiliser, on se rend compte du volume d’eau que l’on boit. Une routine se crée pour savoir approximativement combien verser d’eau dedans tous les jours. Cette option ne fonctionne pas toujours, car il y des jours où l’on reçoit, les jours où l’on mange sur le lieu de travail, etc. 


Le changement de débit 

Quand le réservoir du bas est presque vide, le débit change et le bruit au remplissage également. On peut se rendre compte « à l’oreille » et même à l’œil (le jet est moins fort) qu’il est temps d’y remettre de l’eau. Selon l’allure du jet ajoutez zéro, une ou deux carafes dans la cuve du haut (tout dépend de la taille de votre modèle bien sur, mais vous avez compris l'idée).  


Compenser 

L'idée est de compenser immédiatement ce qu'on a enlevé, en ajoutant le même volume dans la cuve du haut. C'est surtout efficace si l'on se sert tout le temps d'une carafe. Remplissez votre carafe d'eau purifiée puis à l'aide d'une casserole de même volume, ajouter dans la foulée de l'eau dans la cuve du haut.  


L’indicateur de niveau

Accessoire Berkey pratique permettant de visualiser, à travers un tube de verre, le niveau d’eau dans le réservoir du bas. C'est juste dommage qu'il n'existe pas avec un robinet inox plutôt que plastique.

Note : Les robinets a niveau d'eau ne sont plus fabriqué actuellement. Selon notre partenaire, cela risque de durer des années. Encore une fois, si vous êtes intéressé par un système de purification Berkey, n'attendez pas !


Vérifier visuellement le niveau

Avant de remettre de l'eau, une autre technique serrai de soulever la cuve du haut pour contrôler visuellement le niveau d'eau dans la cuve du bas. Nous vous déconseillons cette méthode. Par mesure d'hygiène et pour ne pas "contaminer" la cuve du bas, mieux vaut éviter d'aller y jeter un œil, sauf au moment de l'entretient.

 
Quoi qu'il en soit, comme le système est un goutte-à-goutte, il faut prendre quelques habitudes :

  • Anticipez. Vous recevez ? Prévoyez à l’avance le remplissage de carafes et/ou des bouteilles.
  • Remplir après utilisation : Après les repas ou quand vous trouvez qu’il est vide.


CHOISIR VOTRE BERKEY

Le modèle qu'il vous faut

Tous les modèles utilisent les mêmes cartouches filtrantes Black Berkey. La différence et la taille des cuves inox et le fait que plus les modèles sont gros, plus on peut ajouter des filtres supplémentaires pour éventuellement augmenter le débit.  

Le site Pure-Berkey vous indique, pour chaque modèle, le nombre de personnes pour une utilisation idéale. 

En complément, voici quelques informations et pistes de réflexions pour vous aider a bien choisir le volume de votre Berkey en fonction du nombre de personnes et de votre future utilisation. 

  • Uniquement pour boire?
  • Voulez-vous purifier également l'eau pour le thé et le café?
  • Aller vous cuisiner avec cette eau (cuire des pâtes, du riz, etc.)
  • Laver les légumes?
  • Faire des conserves (lactofermentation) avec cette eau ?
  • Abreuver vos animaux de compagnie (et oui, il n'y a pas de raison qu’eux continuent à boire de l'eau chlorée non purifiée).


À partir du modèle Big, on peut y mettre 4 filtres pour augmenter le débit. Si vous êtes organisé, 2 suffissent largement (il faudra alors placer 2 bouchons obturateurs sur les perçages non utilisés).

Pour la BAD (base autonome durable) ou votre maison de regroupement familiale, gardez en tête que vous pouvez avoir potentiellement plus de monde à héberger (situation SHTF, regroupement stratégique, etc). Prévoir un modèle en conséquence.

En règle générale, on a tous tendance à voir petit pour économiser quelques euros. Ne faites pas cette erreur. Votre Berkey, vous aller le garder à vie.

Côté tarification, gardez en tête un écart d'une trentaine d'euros entre 2 tailles.

Pièces de rechange

Nous recommandons également de penser a quelques pièces de rechange. Pensez aux bouchons blancs qui permettes de boucher les orifices. Si jamais vous avez un problème avec une cartouche filtrante (casse malheureuse lors d'un évènement SHTF) ou que vous ne voulez pas utiliser tous les filtres.


Si vous avez le budget, (cela peu se faire bien plus tard), il est sage de prévoir également un jeu de filtre d'avance.

Ou acheter un Berkey ?

Étant donné la situation actuelle avec la crise du covid, il peut être compliqué de se procurer un Berkey de nos jours. Le commerce mondial est impacté. Le prix de certaines matières premières flambe. Les usines doivent faire face à des pénuries et j'en passe. Berkey USA est bien entendu touché.

Ajoutez à cela le fait que des tas de gens se sont "réveillés", les purificateurs d'eau Berkey sont victimes de leurs succès.  

Résultat, les prix ont grimpé chez tout le monde et il certains attendent parfois plusieurs mois avant de recevoir leur Berkey. 

Bref, en ayant conscience de ses éléments et si la lecture de cette page vous a décidé, nous vous conseillons de : 

  1. Ne pas attendre ! Si vous le pouvez, achetez votre Berkey au plus vite afin de ne pas regretter plus tard. Pénurie, inflation, hausse des prix. La situation actuelle prouve que ça ne va pas aller en s'arrangeant. 
  2. Achetez-le chez notre partenaire Pure-Berkey. On vous explique pourquoi cette boutique de confiance est pour vous la garantie d'obtenir votre Berkey dans les meilleures conditions


Fausse bonne idée

Avant de commencer, voici une fausse bonne idée expérimentée par une de nos connaissances : Commander aux USA, faire livrer le Berkey aux USA chez une connaissance et se faire transférer le colis jusqu'en France (Berkey USA n'envoie pas en France). Bilan de l'opération : 40€ économisés sur le prix du produit, mais 80 € de frais d'expédition pour la France (UPS) et 40€ de taxes douanières... Maintenant vous savez.


Amazon?

Vous avez peut-être vu du matériel Berkey sur Amazon. Certains de ces revendeurs sont peut-être des pros, mais méfiez-vous. Nous avons plusieurs fois entendu parler de problème de service après-vente. 


Pure Berkey

Il existe de nombreux revendeurs en Europe. L'un d'eux se démarque.

C'est en tant que partenaire que je vous recommande la société Pure-Berkey.

Pourquoi passer par Pure-Berkey? Ça se résume en 1 mot : Professionnalisme.

  • C'est le plus gros revendeur d'Europe, ce n'est pas pour rien.
  • Le gérant est revendeur Berkey depuis plus de 10 ans, Autant vous dire qu'il connait parfaitement son affaire (il a toujours répondu parfaitement à toutes mes questions techniques, même les plus pointues). 
  • Ils s'occupent du service après-vente de A à Z.
  • Ils gèrent leur propre stock, dans leurs locaux et ne sont pas dépendants d'un intermédiaire.
  • Pure-Berkey reçoit régulièrement d'énorme stock à chaque livraison venant des USA. Vous avez donc plus de chance d'avoir du stock chez eux, mais n'attendez pas trop, ça part vite !


Conclusion


Voilà, vous savez maintenant tout sur le purificateur à gravité Berkey.

C'est un investissement essentiel pour prendre en main votre résilience en eau.

Que l'on vive à la campagne, en ville, en appart ou même en van, posséder un Berkey est l'un des piliers d'un mode de vie plus résilient, autonome et indépendant. 

Non seulement il sert au quotidien pour purifier l'eau du robinet, lui donner bien meilleur gout et améliorer notre santé, mais surtout, posséder un Berkey est un atout incontestable en cas de situation d'urgence afin d'assurer de l'eau potable a votre famille. 


N'oubliez pas que l'eau, c'est la vie. 

L'équipe Mouton Résilient 


PS: N'hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous.


[EDIT 1] : J'ai reçu de nombreuses demandes pour savoir si les cuves inox British Bekerfeld et Berkey étaient compatibles. En, gros, est-il possible de mettre des cartouches Black Berkey dans une cuve British ? Et inversement. 

Étant tous chez Berkey, nous n'avons jamais eu sous la main une cuve British Bekerfeld afin de tester. Cependant, un lecteur a gentiment pris le temps de prendre les mesures de son British Bekerfeld. 

Voici donc les dimensions: 

Les trous au fond d'une de nos cuves Berkey (là où l'on met les cartouches filtrantes) mesurent 14 mm de diamètre ; qu'une cartouche Black mesure 21 cm de haut (hors tétine) ; et que le diamètre de la tétine est de 10 mm. 

Pour British Bekerfeld, les trous dans la cuve font 14 mm de diamètre. Une cartouche fait 19 cm de haut (hors tétine) ; et le diamètre de la tétine fait 13 mm.

Ainsi, les cartouches filtrantes sont compatible d'une marque à l'autre. 

RESSOURCES 

Ci-dessous quelques vidéos complémentaires.

Téléchargez votre guide PDF gratuit

Le matériel survivaliste indispensable qu'il vous faut avoir à tout prix.
Le guide super utile pour partir sur de bonnes bases.

Ebook survivaliste autonomiste proposant 11 objets utiles à la résilience

10 commentaires sur “Filtre Berkey danger ?”

  1. Bonjour,
    Pour faire des économies. j’ai fabriqué mon berkey via cette méthode: Lien indisponible

    J’ai donc un filtre berkey et j’ai utilisé deux sceaux pour fabriquer le contenant. (4 fois moins cher qu’un berkley).

    J’ai testé avec l’eau de robinet et du colorant. L’eau sort claire. Ensuite, j’ai essayé avec de l’eau dune rivière proche de chez moi (un peu vaseuse). Alors l’eau sort claire, mais j’ai testé la purification de l’eau avec un appareil électronique et les résultats étaient quasi le même (l’eau était potable, mais limite). J’aimerai savoir quel appareil tu utilises pour voir si l’eau est potable?

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour Toto,
      Merci de ton message. Bien vu pour le bricolage. Seul un test en labo vous donnera une mesure fiable de la qualité de votre eau.

  2. Cet article ressemble a une pub pour Berkey. Une marque sans norme n’est pas une marque transparente, votre tableau comparatif se base sur les données que donne Berkey, hors il y a quand même des gens sur le net qui ont démontré que les propriétés annoncées ne sont pas respectées et que contrairement a ce qu’il est dit ca ne filtre pas TOUT. Je préfère un marque comme British Berfeld qui me donne des données fiables mais mois élevées qu’une marque qui me vend la lune et ne tiens pas ses promesses. Pour être résilient ayons un peu d’esprit critique.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour Daniel,
      iPhone aussi est le roi de la marge, ça ne les empêche pas d’en vendre des millions. Comme ont dit, “le prix s’oublie, la qualité reste”.
      Effectivement, les bricoleurs peuvent remplacer la cuve inox par des seaux alimentaires ou des faitouts inox.

  3. Belle démonstration mais légalement vous êtes obligés de signaler qu’il s’agit d’un publi-reportage puisque au final vous ne faites que reprendre les affirmations du fabriquant avec beaucoup d’enthousiasme et aucune expérience.
    Quand vous voulez nettoyer vos cuves, il suffit de poser celle du haut sur n’importe quel récipient, un plat, une casserole… ça évite de tordre la pipette, pas la peine de tout démonter à chaque fois.
    J’ai un filtre sans marque, très bon marché, j’ai ajouté du charbon actif dans la cartouche et basta, j’en suis très contente, ma machine à café ne s’entartre jamais.
    Une amie a le Berkey, sa bouilloire s’entartre, si ce système n’est même pas fichu de filtrer le calcaire, je ne pense pas qu’il soit très performant.
    Au prix du Berkey, le minimum aurait été de prendre la vérification. Mon avis c’est que c’est une société à faire du fric et basta.

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour Catherine,
      Merci de votre message. Si j’ai fait cet article, c’est en tant que d’utilisateur satisfait. Je n’ai pas reçu d’avantages en nature ou en argent pour la rédaction de cet article.
      Mon expérience personnelle s’appui sur 8 ans d’utilisation quotidienne de mon Berkey. C’est sans compter les autres Berkey dans la famille, comme dis dans l’article.
      Le coup de la casserole est astucieux, mais si possédiez un Berkey, vous sauriez que les cartouches filtrantes sont proches du bord de la cuve, empêchant un nettoyage convenable de cette dernière.
      Pour le calcaire, la réponse est dans l’article 😉

  4. Bonjour,
    Mesures sur mon Berkefeld : diam. filet tétine 13mm, trous dans la cuve 14mm, longueur cartouche 190mm de bout à plan de pose, hauteur disponible dans la cuve : 245

    1. Pierre - Mouton Résilient

      Bonjour Pinart,

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de mesurer et de nous apporter ces informations. C’est très sympa de votre part.
      Je vais indiquer vos mesures en fin d’article, dans [EDIT 1] afin de mettre cote à cote les mesures British / Berkey.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *